تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

23 مايو 2013

Rapport 2013 : un monde de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants

Rapport 2013 : un monde de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants
Faute d'action internationale dans le domaine des droits humains, le monde est en train de devenir de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants.

Faute d'action internationale dans le domaine des droits humains, le monde est en train de devenir de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants.

© Pete Muller


See video
L'incapacité à traiter effectivement les situations de conflit est en train de créer une classe d'exclus au niveau de la planète. Les droits des hommes, des femmes et des enfants qui fuient les conflits ne sont pas protégés. De nombreux États bafouent les droits fondamentaux au nom du contrôle de l'immigration et vont bien au-delà des mesures légitimes de contrôle aux frontières.
Source: 
Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International

Faute d'action internationale dans le domaine des droits humains, le monde est en train de devenir de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants, a déclaré Amnesty International le 23 mai à l'occasion de la sortie de son rapport annuel sur la situation des droits humains dans le monde.

Les droits de millions de personnes qui ont fui les conflits et les persécutions, ou qui ont quitté leur pays en quête de travail et d'une vie meilleure, pour eux et leur famille, sont bafoués, a dénoncé l'organisation. Partout dans le monde, les États se montrent davantage désireux de protéger leurs frontières nationales que les droits de leurs citoyens et ceux des hommes et des femmes qui viennent chercher refuge ou de meilleures chances chez eux.

« L'incapacité à traiter effectivement les situations de conflit est en train de créer une classe d'exclus au niveau de la planète, a déclaré Salil Shetty, le secrétaire général d'Amnesty International. Les droits des hommes, des femmes et des enfants qui fuient les conflits ne sont pas protégés. De nombreux États bafouent les droits fondamentaux au nom du contrôle de l'immigration et vont bien au-delà des mesures légitimes de contrôle aux frontières.

« Les personnes fuyant les conflits ne sont pas les seules à pâtir de ces mesures, a souligné Salil Shetty. Du fait de politiques de lutte contre l'immigration qui ouvrent la porte à leur exploitation en toute impunité, des millions de migrants se retrouvent dans une situation de violence ou de violation de leurs droits – y compris le travail forcé et les violences sexuelles. Cette situation est nourrie en bonne partie par le discours populiste qui désigne les réfugiés et les migrants comme responsables des problèmes internes des États. »

La communauté internationale a été le témoin en 2012 de toute une série de crises des droits humains qui ont contraint de grands nombres de personnes à quitter leur foyer pour chercher refuge ailleurs, sur le territoire national ou au-delà des frontières. De la Corée du Nord au Mali, du Soudan à la République démocratique du Congo, des hommes, des femmes et des enfants sont partis de chez eux dans l'espoir de trouver la sécurité.

Pour le peuple syrien, 2012 a été une nouvelle année inutile, une année où les choses n'ont guère changé – à l'exception du nombre sans cesse croissant de vies perdues ou brisées par un conflit qui a déjà jeté des millions de personnes hors de chez elles. Le monde est resté les bras croisés alors que l'armée et les forces de sécurité syriennes continuaient de mener des attaques aveugles ou ciblées contre les civils, et de soumettre à des disparitions forcées, d'arrêter arbitrairement, de torturer et d'exécuter sommairement les opposants supposés, tandis que les groupes armés poursuivaient de leur côté les prises d'otages et, dans une moindre mesure, les exécutions sommaires et les actes de torture.

Pour bloquer toute initiative internationale sur des crises telles que la situation en Syrie, certains ont brandi l'excuse que les droits humains relèvent des « affaires intérieures » d'un pays. Le Conseil de sécurité des Nations unies, instance chef de file mondiale dont la mission est de veiller à la sécurité de la planète, ne produit toujours pas d’action politique concertée et unifiée.

« L'argument du respect de la souveraineté des États ne peut pas être utilisé comme une excuse pour rester passif, a souligné Salil Shetty. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit s'élever inlassablement contre les violations des droits humains qui détruisent des vies et forcent des personnes à quitter leur foyer. Cela signifie qu'il faut rejeter toutes les doctrines immorales et d'un autre âge selon lesquelles les massacres, la torture et la famine ne regardent personne. »

Dans bien des cas les personnes fuyant les conflits et les persécutions se sont heurtées à de redoutables obstacles lorsqu'elles cherchaient à franchir les frontières internationales. Le passage de ces frontières s'est révélé bien souvent plus difficile pour les réfugiés que pour les fusils et les autres armes qui nourrissent les violences, celles-là mêmes qui contraignent les populations à quitter leur foyer. L'adoption aux Nations unies en avril 2013 d'un traité sur le commerce des armes soulève toutefois l'espoir que les transferts d'armes susceptibles d'être utilisées pour commettre des atrocités pourront enfin être arrêtés.

« Face aux réfugiés et aux personnes déplacées, on ne peut plus avoir l'attitude du “ni vu, ni connu”, a martelé Salil Shetty. Leur protection nous incombe, à nous tous. Dans le monde sans murs des communications modernes, il est de plus en plus difficile de dissimuler les violations des droits humains derrière les frontières des États. Et ce monde offre à chacun la possibilité de défendre les droits de millions de déracinés chassés de chez eux. »

Les réfugiés qui réussissent à gagner un autre pays pour y chercher asile se retrouvent souvent – au propre et au figuré – dans le même bateau que des migrants qui quittent leur pays en quête d'une vie meilleure pour eux et pour leur famille. Laissés-pour-compte des politiques et des lois inefficaces, beaucoup se retrouvent contraints de vivre aux marges de la société et sont directement visés par les discours populistes et nationalistes qui attisent la xénophobie et accentuent le risque de violences à leur encontre.

L'Union européenne applique des mesures de contrôle aux frontières qui mettent en danger la vie des migrants et des demandeurs d'asile et ne garantissent pas la sécurité de celles et ceux qui fuient les conflits et les persécutions. Dans le monde entier on enferme de manière régulière les migrants et les demandeurs d'asile dans des centres de détention – et parfois même dans des conteneurs ou des caisses de métal.

Les droits fondamentaux d'un grand nombre des 214 millions de migrants de par le monde ne sont pas protégés, ni par leur pays d'origine ni par leur pays d'accueil. Parce que les États les traitent comme des criminels ou des délinquants et que les entreprises se préoccupent davantage de profit que des droits des travailleurs, des millions de migrants travaillent dans des conditions équivalant à du travail forcé – ou dans certains cas à de l'esclavage. Les migrants sans papiers sont particulièrement exposés au risque d'exploitation et de violations des droits humains.

« Celles et ceux qui vivent hors de leur pays, dans le dénuement et sans statut, sont les personnes les plus vulnérables du monde mais sont dans bien des cas condamnés à vivre dans la misère et dans la clandestinité, a déclaré Salil Shetty. Un avenir plus juste est possible, si les États respectent les droits fondamentaux de toutes les personnes, quelle que soit leur nationalité. La mobilisation en faveur des droits humains est mondiale, et le monde ne peut pas se permettre de maintenir des "zones interdites" dans ce domaine. La protection des droits humains doit s'appliquer à tous les êtres humains, où qu'ils soient. »

حملات

Abolish the death penalty  
Arms control and human rights 
الأمن مع حقوق الإنسان 
فلنطالب بالكرامة 
العدالة الدولية 
فلنضع حداً للعنف ضد المرأة 

موضوعات

نشطاء 
AI@50 
نزاع مسلح 
جماعات مسلحة 
الشركات وحقوق الإنسان 
الأطفال 
جرائم ضد الإنسانية وجرائم الحرب 
الوفاة في الحجز 
عقوبة الإعدام 
فلنطالب بالكرامة 
الاحتجاز 
حالات الاختفاء وعمليات الاختطاف 
التمييز 
الحقوق الاقتصادية والاجتماعية والثقافية 
الإعدام خارج نطاق القضاء وغيره من عمليات القتل غير القانوني 
حرية التعبير 
معايير حقوق الإنسان 
الإفلات من العقاب 
الشعوب الأصلية 
أفراد معرضون للخطر 
العدالة الدولية 
المنظمات الدولية 
تنفيذ القوانين 
الطبي والصحي 
MENA unrest 
المعدات العسكرية والأمنية والشرطية 
الفقر 
أوضاع السجن 
سجناء الرأي 
اللاجئون والمهاجرون والنازحون 
Roma Rights 
الميول الجنسية وهوية النوع الجنسي 
التعذيب وإساءة المعاملة 
المحاكمات والأنظمة القانونية 
الأمم المتحدة 
المرأة 

المنطقة

أفريقيا 
الأمريكتان 
آسيا والباسيفك 
أوربا وأسيا الوسطى 
الشرق الأوسط وشمال إفريقيا 

Follow #AIR2013 @amnestyonline on twitter

أخبار

10 يوليو 2014

قالت منظمة العفو الدولية إن إصدار أحكام بالسجن لمدة 10... Read more »

11 يوليو 2014

جمعت منظمة العفو الدولية أدلة مصورة دامغة تثبت تعرض عدد من النشطاء والمتظاهرين والصحفيين لضرب وحشي وغير ذلك من صنوف التعذيب في شرق أوكرانيا على مدى الشهور الثلاثة الماضية

... Read more »