Document - Death Penalty 2012: Facts and Figures

La peine de mort en 2012 : Faits et chiffres

AMNESTY INTERNATIONAL SYNTHÈSE DESTINÉE AUX MÉDIAS AILRC-FR Index AI : ACT 50/004/2013 EMBARGO: Mercredi 10 avril 2013, à 00h01 TU

LA PEINE DE MORT EN 2012 : FAITS ET CHIFFRES CHIFFRES MONDIAUX Pas moins de 682 personnes ont été exécutées dans 21 pays en 2012. En 2011, Amnesty International avait recensé 680 exécutions dans 21 pays du globe.

La plupart des exécutions se sont déroulées en Chine, en Iran, en Irak, en Arabie saoudite, aux États-Unis et au Yémen – dans cet ordre. La Chine a exécuté un nombre de prisonniers plus élevé que l'ensemble des pays du globe réunis. Toutefois, il s'avère impossible d'obtenir des chiffres précis sur l'application de la peine capitale dans le pays, ces données étant classées secret d'État. Aussi le chiffre de 682 personnes exécutées dans le monde n'inclut-il pas les milliers d'exécutions qui ont eu lieu en Chine.

En Irak, on a observé une hausse alarmante du recours à la peine de mort : pas moins de 129 personnes ont été exécutées, près du double par rapport à 2011, où 68 exécutions avaient été recensées.

Au cours de l'année 2012, seuls 21 États dans le monde, environ un sur 10, ont procédé à des exécutions – ce chiffre reste inchangé par rapport à 2011, mais a baissé d'un quart en 10 ans (en 2003, il s'élevait en effet à 28).

De par le monde, 140 pays, à savoir plus des deux-tiers, sont abolitionnistes en droit ou en pratique.

Le 20 décembre 2012, 111 États membres des Nations unies ont voté en faveur de la 4e résolution de l'Assemblée générale de l'ONU qui préconise l'instauration d'un moratoire sur le recours à la peine de mort.

Des commutations ou des grâces de sentences de mort ont été recensées dans 27 pays en 2012 – un chiffre en baisse par rapport à 2011, puisqu'il s'élevait alors à 33.

Au moins 1 722 nouvelles condamnations à mort ont été prononcées dans 58 pays – ce chiffre était de 1 923 dans 63 pays en 2011.

Fin 2012, au moins 23 286 personnes se trouvaient dans le quartier des condamnés à mort. En 2012, des pays qui n'avaient pas eu recours à la peine de mort durant de longues périodes ont procédé à des exécutions, par exemple le Pakistan (première exécution depuis plus de quatre ans), l'Inde (première exécution depuis plus de huit ans) et la Gambie (première exécution depuis près de 30 ans).

Les méthodes d'exécution utilisées en 2012 ont été les suivantes : la décapitation, la pendaison, le peloton et l'injection létale.

Au moins deux personnes ont été exécutées au Yémen pour des crimes commis alors qu'elles étaient âgées de moins de 18 ans, en violation du droit international.

Dans la plupart des pays où des gens ont été condamnés à mort ou exécutés, la peine capitale a été prononcée à l'issue d'une procédure non conforme aux normes internationales d'équité des procès. Dans certains États, des « aveux » leur étaient arrachés sous la torture ou d'autres formes de contrainte, notamment en Afghanistan, au Bélarus, en Chine, en Iran, en Irak, en Corée du Nord, en Arabie saoudite et à Taiwan.

Au Bélarus et au Japon, les prisonniers exécutés, leurs familles et leurs avocats n'ont pas été informés de leur exécution imminente. Au Bélarus et au Botswana, les corps des prisonniers exécutés n'ont pas été rendus à leurs familles en vue d'être inhumés.

À la connaissance d'Amnesty International, des exécutions publiques ont eu lieu en Iran, en Corée du Nord, en Arabie saoudite et en Somalie.

En 2012, des accusés ont encore été condamnés à la sentence capitale pour des infractions qui n'entrent pas dans la catégorie des « crimes les plus graves », définis par le droit international comme des crimes intentionnels ayant des conséquences fatales, notamment pour des infractions liées aux stupéfiants dans divers pays, ainsi que pour « adultère » et « sodomie » (en Iran), « blasphème » (au Pakistan), des infractions d'ordre économiques (en Chine) et viol (en Arabie saoudite).

AFRIQUE Au moins 40 exécutions ont eu lieu dans cinq pays d'Afrique subsaharienne.

Au mois d'août, neuf personnes ont été mises à mort en Gambie le même jour – il s'agit des premières exécutions signalées dans le pays depuis près de 30 ans.

En 2012, au moins 19 exécutions ont été recensées au Soudan et pas moins de 199 condamnations à mort y ont été prononcées.

Le 5 juillet, le Bénin a adhéré à un traité clé de l'ONU visant à abolir la peine de mort. Madagascar a signé ce même traité le 24 septembre, mais doit encore le ratifier. Le gouvernement du Ghana a accepté les recommandations préconisant d'abolir la peine capitale dans sa nouvelle Constitution.

À la différence de 2011, aucune condamnation à mort n'a été appliquée au Burkina Faso, au Malawi ou en Sierra Leone. En Sierra Leone, il n'y a plus un seul condamné à mort, des grâces ayant été accordées au mois d'avril.

AMÉRIQUES Les États-Unis demeurent le seul pays de la région à avoir procédé à des exécutions, 43 au total en 2012 – le même nombre qu'en 2011. Seuls neuf États ont mis à mort des prisonniers en 2012, alors qu'ils étaient 13 l'année précédente. Le Connecticut est devenu le 17e État abolitionniste du pays en avril.

À l'exception de 12 condamnations à mort prononcées dans trois pays (la Barbade, le Guyana et Trinité-et-Tobago), la sous-région d'Amérique du Sud et Centrale et des Caraïbes était une zone sans peine de mort en 2012.

Le Guatemala a commué 53 condamnations à mort en 2012, après que la Cour suprême a réexaminé toutes les affaires concernant des condamnés à mort.

ASIE-PACIFIQUE

Au moins 38 exécutions ont eu lieu dans huit pays de la région. Toutefois, ce chiffre n'inclut pas les milliers d'exécutions qui auraient eu lieu en 2012 en Chine, qui a ôté la vie à un nombre de prisonniers plus élevé que tous les autres pays du globe réunis. Il est impossible de connaître la véritable ampleur du recours à la peine capitale en Chine, où ces données sont classées secret d'État.

En novembre, l'Inde a procédé à sa première mise à mort depuis plus de huit ans et exécuté par pendaison le seul survivant parmi les auteurs des attentats perpétrés à Mumbai en 2008.

Le Pakistan a renoué avec les exécutions après y avoir renoncé pendant quatre ans, tandis que l'Afghanistan et le Japon ont repris les exécutions après les avoir interrompues pendant 17 et 18 mois respectivement.

Le Viêt-Nam n'a procédé à aucune exécution en 2012, tandis que Singapour a observé un moratoire sur la peine de mort tout en envisageant de modifier ses lois relatives à ce châtiment.

Le 13 mars, la Mongolie a ratifié un traité international clé visant à abolir la peine de mort. EUROPE ET ASIE CENTRALE Le Bélarus demeurait le seul pays d'Europe et d'Asie centrale à procéder à des exécutions, et ce dans le plus grand secret. Au moins trois hommes ont été mis à mort en 2012.

La Lettonie est devenue le 97e pays du globe à abolir la peine de mort pour tous les crimes, le 1er janvier 2012.

MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD Au moins 557 exécutions ont eu lieu dans six pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. L'Iran, l'Irak, l'Arabie saoudite et le Yémen étaient responsables de 99 % des exécutions confirmées qui ont eu lieu dans la région.

Amnesty International n'a pas été en mesure de confirmer si des exécutions avaient eu lieu en Égypte et en Syrie. On a également observé une augmentation alarmante du recours à la peine de mort en Irak, où pas moins de 129 personnes ont été mises à mort – près du double par rapport à 2011, lorsque ce chiffre s'élevait à 68.

En Tunisie, 125 condamnés à mort ont vu leurs sentences capitales commuées. Cependant, la peine de mort est toujours inscrite dans le projet de Constitution.

FIN

Pour plus d'informations sur la peine de mort en 2012, veuillez prendre contact avec le Service de presse d'Amnesty International à Londres (Royaume-Uni), au : +44 207 413 55 66 press@amnesty.org @amnestypress

Secrétariat international, Amnesty International, 1 Easton St., Londres WC1X 0DW, Royaume- Uni, www.amnesty.org.

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE