Document - Colombia: Human rights defender’s life threatened: Martha Elena Díaz Ospina

Colombie. Une défenseure des droits humains menacée de mort

AU 22/13, AMR 23/004/2013 – Colombie 29 janvier 2013

ACTION URGENTE COLOMBIE. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS MENACÉE DE MORT La défenseure des droits humains Martha Elena Díaz Ospina a trouvé une menace de mort devant chez elle à Barranquilla, dans le nord de la Colombie. Le message l'accuse d'appartenir à la guérilla. Le 24 janvier 2013, Martha Elena Díaz Ospina a découvert une menace de mort qui avait été déposée sur le seuil de son domicile à Barranquilla, dans le département de l'Atlantique. À l'intérieur d'un faire-part de décès se trouvait un message dont les lettres avaient été découpées dans des journaux : « Tu es morte, sale collaboratrice de la guérilla. Vous les guérilleros, sachez qu'on ne joue plus, certains d'entre vous vont tomber. » Martha Elena Díaz Ospina est la fondatrice et la présidente de l'Association des familles unies par une même douleur (AFUSODO) ; elle est également membre de la branche de l'Atlantique du Mouvement national des victimes de crimes d'État (MOVICE ). L'AFUSODO soutient les proches de personnes ayant fait l'objet de disparitions forcées ou d'homicides extrajudiciaires aux mains des forces armées dans le département de l'Atlantique. En tant que porte-parole de cet organisme, Martha Elena Díaz Ospina demande que les corps des victimes soient rendus aux familles. Lors de la Conférence nationale sur les droits humains, qui s'est tenue du 11 au 13 décembre 2012, cette femme a mis en doute le rôle du président colombien Juan Manuel Santos, qui occupait le poste de ministre de la Défense pendant le mandat d'Álvaro Uribe, dans les exécutions extrajudiciaires de civils, qui sont présentés comme des guérilleros tués au combat. Elle a notamment déclaré qu'elle aimerait savoir pourquoi les généraux responsables de ces agissements, les « faux positifs », étaient encore libres. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :  faites part de votre inquiétude quant à la sécurité de Martha Elena Díaz Ospina, et exhortez les autorités à lui fournir une protection, dans le respect total de ses souhaits ;  engagez-les à diligenter une enquête minutieuse et impartiale sur la menace de mort adressée à cette femme, à rendre les conclusions publiques et à traduire les responsables présumés en justice ;  rappelez-leur qu'en vertu de la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l'Homme, elles ont l'obligation de protéger les défenseurs des droits humains ;  appelez-les à prendre des mesures immédiates pour démanteler les groupes paramilitaires et rompre leurs liens avec les forces de sécurité, conformément à l'engagement du gouvernement et aux recommandations des Nations unies et d'autres organisations intergouvernementales ;  priez-les instamment de s'engager à prendre des mesures fermes pour mettre fin aux exécutions extrajudiciaires, amener les responsables présumés à rendre des comptes et garantir la protection des personnes qui militent pour obtenir justice, conformément aux recommandations formulées à plusieurs reprises par les Nations unies.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 MARS 2013 À : Président de la Colombie Juan Manuel Santos Presidente de la República Palacio de Nariño, Carrera 8 No.7-26 Bogotá, Colombie Fax : +57 1 596 0631 Formule d'appel : Excmo. Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre de l 'Intérieur Fernando Carrillo Ministro del Interior Carrera 8 No 7–83, Bogotá, Colombie Fax : +57 1 283 9876 (merci de vous montrer persévérant-e) Formule d'appel : Estimado Sr. Ministro, / Monsieur le Ministre,

Copies à : MOVICE Carrera 5 No. 16–14 Oficina 807 Bogotá, Colombie

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse/s à compléter) : nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

29 janvier 2013

ACTION URGENTE COLOMBIE. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS MENACÉE DE MORT

COMPLÉMENT D'INFORMATION Le 21 janvier dernier, la Centrale unitaire des travailleurs (CUT) a reçu une menace de mort par courriel, signée par les Commandos urbains Los Rastrojos, un groupe paramilitaire. Le message, adressé à la branche de l'Atlantique du MOVICE et à plusieurs syndicats, indiquait : « Les Commandos urbains Los Rastrojos considèrent la CUT comme une cible militaire en raison de ses actions terroristes, menées par des guérilleros déguisés en défenseurs des travailleurs [...] »

Le MOVICE est une vaste coalition d'organisations de la société civile, qui milite pour obtenir vérité, justice et réparation au nom des victimes du conflit armé qui déchire la Colombie depuis des années. Ses membres rassemblent des informations et présentent de nombreux cas d'homicides et de disparitions forcées orchestrés par les forces de sécurité et les groupes paramilitaires.

L'AFUSODO est une organisation composée de proches de victimes d'exécutions extrajudiciaires. Elle soutient également les mères de victimes de disparitions forcées imputables aux forces armées. Dans le cadre du conflit armé qui déchire la Colombie depuis des années, les forces de sécurité ont systématiquement recours aux exécutions extrajudiciaires. Elles s'en servent comme d'une tactique visant à répandre la terreur dans le cadre de leur stratégie anti-insurrectionnelle. Le Bureau du procureur général enquête actuellement sur plus de 2 000 cas d'exécutions extrajudiciaires qui auraient été commises par les forces de sécurité. Les personnes militant pour obtenir justice dans ces affaires sont fréquemment menacées de mort ou tuées par des membres des forces de sécurité ou des paramilitaires collaborant avec eux.

Les forces de sécurité et les groupes paramilitaires assimilent souvent les membres d'organisations de défense des droits humains et de syndicats à des collaborateurs ou des sympathisants de la guérilla, et vont jusqu'à menacer, enlever ou tuer certains d'entre eux. Les groupes de guérilla se rendent eux aussi coupables de menaces et d'homicides visant des défenseurs des droits humains.

Nom : Martha Elena Díaz Ospina Genre : femme

AU 22/13, AMR 23/004/2013, 29 janvier 2013

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE