Document - Colombia: Human rights defender's car fired on: Father Alberto Franco

Colombie. Tirs sur la voiture d'un défenseur des droits humains

AU 40/13, AMR 23/007/2013 – Colombie 15 février 2013

ACTION URGENTE

TIRS SUR LA VOITURE D'UN DÉFENSEUR DES DROITS HUMAINS

La voiture d'Alberto Franco a été la cible de tirs le 13 février à Bogotá, la capitale colombienne. Ce prêtre est le secrétaire exécutif de la Commission interecclésiastique Justice et paix, organisation non gouvernementale (ONG) de défense des droits humains.

Trois coups de feu ont été tirés dans une vitre de la voiture blindée d'Alberto Franco, qui ne se trouvait pas à l'intérieur. Ce prêtre avait accusé publiquement des représentants du gouvernement précédent d'être en partie responsables du fait que les communautés afro-colombiennes des bassins du Curvaradó et du Jiguamiandó (département du Chocó) ne parvenaient pas à récupérer les terres collectives détournées. Ces derniers temps, il était suivi et son bureau et son domicile étaient surveillés.

Quelques jours avant l'incident, la Cour interaméricaine des droits de l'homme et la Commission interaméricaine des droits de l'homme avaient reçu une lettre ouverte dans laquelle la Commission interecclésiastique Justice et paix était accusée d'entretenir des liens avec la guérilla. La lettre citait nommément Danilo Rueda et Abilio Peña, deux membres de l'ONG, et Javier Giraldo, prêtre défenseur des droits humains appartenant au Centre d'enquête et d'éducation populaire (CINEP).

La Commission interecclésiastique Justice et paix fait campagne en faveur des communautés de civils vivant dans les zones de conflit en Colombie et dont les membres sont tués, torturés ou forcés à fuir leur domicile par les forces de sécurité et les groupes paramilitaires. Un grand nombre de ces communautés sont également prises pour cible par les mouvements de guérilla.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en espagnol ou dans votre propre langue) :

dites-vous inquiet pour la sécurité d'Alberto Franco, de Danilo Rueda, d'Abilio Peña et des communautés auprès desquelles ils travaillent, ainsi que pour celle de Javier Giraldo ;

appelez les autorités à diligenter une enquête approfondie et impartiale sur l'incident du 13 février et les menaces plus anciennes, et à traduire en justice les responsables présumés de ces agissements ;

priez-les instamment de protéger efficacement les personnes citées, dans le strict respect de leurs souhaits ;

rappelez-leur qu'elles doivent respecter l'obligation qui leur est faite, aux termes de la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l'homme, de veiller à ce que les défenseurs des droits humains puissent mener leurs activités sans crainte.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 MARS 2013 À :

Président

Presidente Juan Manuel Santos

Presidente de la República, Palacio de Nariño, Carrera 8 No.7-26

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631

Formule d'appel : Excmo. Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre des Affaires étrangères

María Ángela Holguín �Ministerio de Relaciones Exteriores�Palacio San Carlos�Calle 10 No. 5-51�Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 381 4742

Formule d'appel : Estimada Señora Ministra, / Madame la Ministre,

Copies à :

Comisión Interelcesial Justicia y Paz

Calle 61A, No. 17-26

Bogotá, Colombie

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

TIRS SUR LA VOITURE D'UN DÉFENSEUR DES DROITS HUMAINS

COMPLÉMENT D'INFORMATION

La lettre ouverte a été envoyée quelques heures avant que la Cour interaméricaine des droits de l'homme n'examine l'affaire de Marino López et de l'opération Genesis. Il s'agissait d'une opération militaire menée conjointement en 1997 par les forces armées colombiennes, en particulier la 17e brigade, et des groupes paramilitaires, l'objectif officiel étant de combattre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). En août 2012, Rito Alejo del Río, général à la retraite, a été condamné à 26 ans de réclusion pour sa participation à l'homicide de Marino López, paysan tué par des paramilitaires dans le cadre de l'opération Genesis. Par ailleurs, Rito Alejo del Río a accusé récemment la Commission interecclésiastique Justice et paix d'appartenir à la guérilla.

La Commission interecclésiastique Justice et paix soutient la cause des communautés afro-colombiennes et indigènes installées dans les bassins des fleuves Curvaradó et Jiguamiandó, qui essaient de récupérer leurs terres. Dans ces régions, des paramilitaires occupent les terres de plusieurs communautés afro-colombiennes et tentent de forcer celles-ci à planter des palmiers à huile, culture commerciale servant à fabriquer divers produits qui vont de l'huile de cuisson au savon. Par ailleurs, de puissantes entreprises minières tentent de s'implanter au même endroit.

Les actions de la Commission interecclésiastique Justice et paix en faveur des droits de ces communautés et leur travail dans des affaires importantes visant à dénoncer l'impunité dont bénéficient des membres hauts-placés des forces de sécurité ont valu aux membres de l'ONG d'être menacés et attaqués.

Depuis le début du conflit armé de longue date qui déchire la Colombie, les forces de sécurité et les paramilitaires accusent souvent des membres d'organisations de défense des droits humains, de syndicats et d'autres organisations à vocation sociale de collaborer ou de sympathiser avec la guérilla. Ceux-ci sont donc souvent victimes d'homicides, de menaces ou de disparitions forcées. Des défenseurs des droits humains ont également été menacés, et parfois tués, par des groupes de guérilleros qui les accusaient de collaborer avec l'ennemi.

Noms : Alberto Franco, Danilo Rueda, Abilio Peña, Javier Giraldo

Genre : hommes

AU 40/13, AMR 23/007/2013 15 février 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE