Document - Colombia: Peasant farmers at risk following killings

Colombie. Des petits agriculteurs sont en danger à la suite de deux homicides

AU 207/13, AMR 23/035/2013 – Colombie 5 août 2013

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES PETITS AGRICULTEURS SONT EN DANGER À LA SUITE DE DEUX HOMICIDES

Deux petits agriculteurs ont été tués dans la municipalité de Tierralta, dans le nord de la Colombie. La sécurité des paysans vivant dans cette région pourrait être menacée.

Emel Antonio Varela Tuberquia, président du Comité d'action communale du hameau de La Estrella, dans la municipalité de Tierralta (département de Córdoba), a été tué à son domicile par des hommes armés le 26 juillet. Elmer Antonio Serna Usuaga, président du Comité d'action commune du hameau de La Gloria, également dans la municipalité de Tierralta, avait lui aussi été tué par des hommes armés, le 22 juillet. Ces deux hommes étaient membres d'une association paysanne pour le développement du Haut Sinú (ASODECAS), une région du nord-ouest de la Colombie englobant les municipalités de Tierralta et Valencia, dans le département de Córdoba. Cinq chefs de file paysans auraient été tués dans le Haut Sinú en 2013.

L'ASODECAS est l'une des organisations ayant tenu une réunion publique à El Crucito, dans la municipalité de Tierralta, les 26 et 27 avril pour attirer l'attention sur la crise à la fois humanitaire et des droits humains qui touche la région. Environ 900 personnes venues de différentes régions du pays ont assisté à ce rassemblement. Les deux hommes avaient eux aussi participé à cet événement. L'ASODECAS organise des réunions de débats autour du processus de paix, qui doivent se tenir entre le 14 et le 28 août dans différentes localités du département de Córdoba. À la suite des récents homicides, l'association s'inquiète pour la sécurité des responsables qui vont participer à ces rassemblements locaux.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

faites part de votre inquiétude pour les petits agriculteurs de la région du Haut Sinú, notamment pour les membres de l'ASODECAS, et appelez les autorités à fournir à ces personnes une protection efficace et conforme à leurs souhaits ;

priez instamment les autorités d’ordonner sans délai l’ouverture d’une enquête exhaustive et impartiale sur les homicides d'Emel Antonio Varela Tuberquia et d'Elmer Antonio Serna Usuaga, et de traduire en justice les responsables présumés de ces agissements ;

demandez-leur vivement de respecter pleinement les recommandations des Nations unies pour une protection efficace des communautés menacées.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 SEPTEMBRE 2013 À :

Président

Señor Juan Manuel Santos

Presidente de la República

Palacio de Nariño, Carrera 8 No.7-26, Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631 (merci de vous montrer persévérant)

Formule d’appel : Excmo. Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre de la Défense

Juan Carlos Pinzón

Ministerio de Defensa

Carrera 54, no.26–29

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 266 1003

Formule d’appel : Sr. Ministro Pinzón,/ Monsieur le Ministre,

Ministre de l’Agriculture et du Développement rural

Francisco Estupiñán Heredia

Ministerio de Agricultura y Desarrollo Rural, Avenida Jiménez No 7-65, Piso 3

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 286 2649

Formule d’appel : Estimado Sr. Ministro Estupiñán, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES PETITS PAYSANS SONT EN DANGER À LA SUITE DE DEUX HOMICIDES

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Toutes les parties au conflit armé qui déchire la Colombie de longue date ont maintes fois bafoué le droit de la population civile de ne pas être entraînée dans les affrontements et ont commis de graves atteintes aux droits humains et des violations du droit international humanitaire. Amnesty International a appelé à plusieurs reprises les deux camps – guérilleros et forces de sécurité – à mettre un terme à ces agissements immédiatement et sans condition.

L'ASODECAS milite pour défendre le droit à la vie, à la dignité, à la sécurité d'occupation des terres et au séjour sur le territoire pour les populations civiles vivant dans le Haut Sinú, une région où le conflit armé a des effets dévastateurs pour les habitants.

Noms : Elmer Antonio Serna Usuaga (h), Emel Antonio Varela Tuberquia (h) et les membres de l'ASODECAS

(hommes et femmes)

AU 207/13, AMR 23/035/2013, 5 août 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE