Document - Cuba: Three brothers detained for dissent

Cuba. Arrestation de trois frères dissidents

AU 201/13, AMR 25/005/2013 – Cuba 2 août 2013

ACTION URGENTE CUBA. ARRESTATION DE TROIS FRÈRES DISSIDENTS Trois frères membres d'une organisation dissidente ont été placés en détention sur la base d'accusations forgées de toutes pièces. Amnesty International les considère comme des prisonniers d'opinion, incarcérés seulement pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression. Alexeis Vargas Martín et ses deux frères jumeaux Vianco et Django Vargas Martín ont été interpellés et accusés par la police d'avoir eu recours à « la violence ou l'intimidation » à l'encontre d'un représentant de l'État. Les trois frères, qui vivent dans le quartier de Veguita de Galo, à Santiago de Cuba, sont tous membres de l'Union patriotique de Cuba (UNPACU). Dans l'après-midi du 27 novembre 2012, Alexeis Vargas Martín est rentré chez lui au moment d'une manifestation approuvée par le gouvernement (acte de répudiation, voir deuxième page). Des partisans du gouvernement encerclaient la maison, où s'étaient réunies sa mère Miraida Martín Calderín et d'autres membres du groupe de protestation Les Dames en blanc. Alexeis Vargas Martín s'est vu empêcher d'entrer et a été appréhendé par des policiers et des agents du département de la sûreté de l'État. Le 2 décembre dernier, Vianco et Django Vargas Martín, alors âgés de seulement 16 ans, sont allés manifester avec des amis devant le poste de police Micro 9, à Santiago de Cuba, pour protester contre la détention de leur frère. Ils ont alors été interpellés et accusés de violence ou intimidation par la police. Les trois frères n'ont pas encore été officiellement inculpés par le parquet, et leur avocat se voit refuser l'accès à leur dossier. Amnesty International pense que l'arrestation et le placement en détention de ces personnes sont liés à l'exercice pacifique de leur droit à la liberté d'expression et qu'il s'agit d'une manœuvre d'intimidation visant les autres détracteurs du gouvernement, notamment les autres membres de l'UNPACU. L'organisation les considère donc comme des prisonniers d'opinion et réclame leur libération immédiate et inconditionnelle. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :  appelez les autorités à libérer Alexeis, Vianco et Django Vargas Martín immédiatement et sans condition, car ils sont des prisonniers d'opinion détenus uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d'expression ;  exhortez-les à cesser de restreindre illégalement la liberté d'expression, d'association et de réunion.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 SEPTEMBRE 2013 À : Chef de l 'État et du gouvernement Raúl Castro Ruz La Habana, Cuba Fax : +41 22 758 9431 (bureau de Cuba à Genève) / +1 212 779 1697 (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU) Courriel : cuba@un.int (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU) Formule d'appel : Estimado Sr Presidente, / Monsieur le Président,

Procureur général Darío Delgado Cura Fiscalía General de la República Amistad 552, e/Monte y Estrella Centro Habana, La Habana, Cuba Formule d'appel : Estimado Sr Fiscal General, / Monsieur le Procureur général,

Copies à : Ministre de l 'Intérieur General Abelardo Coloma Ibarra Ministerio del Interior Plaza de la Revolución La Habana, Cuba Fax : +1 212 779 1697 (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU) Courriel : correominint@mn.mn.co.cu Formule d'appel : Estimado Sr Secretario, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de Cuba dans votre pays (adresse/s à compléter) : nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

2 août 2013

ACTION URGENTE CUBA. ARRESTATION DE TROIS FRÈRES DISSIDENTS

COMPLÉMENT D'INFORMATION Alexeis Vargas Martín, 22 ans, est détenu à la prison d'Aguadores, dans la province de Santiago de Cuba, tandis que ses deux frères sont incarcérés dans l'aile des mineurs à la prison pour hommes de Mar Verde, dans la même province.

Le chef d'inculpation de violence ou intimidation est passible de cinq ans d'emprisonnement.

Début juillet 2013, des agents du département de la sûreté de l'État ont informé la famille des trois frères que ceux-ci pouvaient être libérés sous caution. Ceux-ci ont néanmoins refusé car ils nient les charges qui pèsent sur eux et proclament leur innocence.

Miraida Martín Calderín a également été interpellée le 2 décembre 2012, alors qu'elle manifestait devant le poste de police de Tercera Unidad, à Santiago de Cuba, et inculpée de trouble de l'ordre public par la police. Elle a été placée en détention à la prison pour femmes de Mar Verde avant d'être relâchée le 20 février dernier. Les charges retenues contre elles ont été abandonnées.

Les actes de répudiation sont des manifestations orchestrées par le gouvernement qui ont généralement lieu devant le domicile de détracteurs du gouvernement, et auxquelles participent des partisans du gouvernement, des représentants de l'État et des membres des forces de l'ordre. Ces rassemblements ont pour but de harceler et d'intimider les opposants, et les autorités y ont souvent recours pour empêcher ces derniers de se déplacer pour participer à certaines actions. Lors de tels actes, les opposants politiques et les défenseurs des droits humains sont insultés et agressés par des personnes scandant des slogans favorables au régime. La police est généralement présente mais reste passive devant ces agressions. Les Brigades de réaction rapides, créées en 1991 et composées de bénévoles du Parti communiste chargés de réprimer toute velléité de « contre-révolution », participent souvent à ce type de manifestations. Les défenseurs locaux des droits humains, entre autres, pensent que ces actions sont organisées par les services de sécurité cubains dans le but de décourager toute opposition. Miraida Martin Calderin a confié à Amnesty International que des membres des Brigades de réaction rapides avaient jeté des pierres sur sa maison le 27 novembre dernier.

L'Union patriotique de Cuba est une organisation de la société civile qui prône plus de libertés civiles dans le pays.

Noms : Alexeis Vargas Martín, Vianco Vargas Martín et Django Vargas Martín Hommes

AU 201/13, AMR 25/005/2013, 2 août 2013

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE