Document - USA: Further information: Mississippi execution blocked by state court: Willie Manning

États-Unis. La cour suprême du Mississippi suspend une exécution

Informations complémentaires sur l'AU 113/13, AMR 51/027/2013 - États-Unis 9 mai 2013

ACTION URGENTE ÉTATS-UNIS. LA COUR SUPRÊME DU MISSISSIPPI SUSPEND UNE EXÉCUTION Le 7 mai dernier, la cour suprême du Mississippi a accordé un sursis à Willie Manning, environ cinq heures avant l’heure prévue de son exécution. Cet homme, déclaré coupable en 1994 de deux meurtres commis en 1992, est dans le couloir de la mort depuis plus de 18 ans. Tiffany Miller et Jon Steckler, tous deux étudiants à l’université du Mississippi, ont été tués dans le comté d’Oktibbeha, dans l’est du Mississippi, tôt dans la matinée du 11 décembre 1992. Willie Manning, âgé de 24 ans au moment des faits, a été traduit en justice fin 1994 et condamné à mort. Celui-ci a toujours clamé son innocence. Alors que la date de son exécution approchait, ses avocats ont réclamé un sursis afin qu’un test ADN et un nouvel examen des éléments provenant de la scène de crime soient effectués. Cette requête a été rejetée le 25 avril par la cour suprême du Mississippi, à cinq voix contre quatre. La majorité a conclu que le jury avait pris connaissance d’« éléments à charge irréfutables et accablants ». Les quatre juges minoritaires ont déclaré que non seulement ces tests devraient être autorisés, mais également que la procédure de sélection effectuée par le ministère public lors du procès de 1994 devrait être réexaminée. En effet, ceux-ci estiment que « les raisons invoquées par le parquet » pour ne pas avoir retenu d’éventuels jurés afro-américains « suggéraient fortement » des motivations discriminatoires – sachant que Willie Manning est noir et que les victimes étaient blanches – et que « ces faits semblent illustrer des pratiques de discrimination raciale inacceptables de la part du ministère public ». Dans une lettre en date du 2 mai 2013, le ministère de la Justice informait le procureur de district du comté d’Oktibbeha qu’un examen avait été réalisé par certains de ses agents conjointement avec le FBI, et que ceux-ci en avaient conclu que « le rapport de l’analyse au microscope de fibres capillaires », présenté lors du procès par un expert du FBI, « dépassait les limites de la science et était par conséquent non-recevable ». Dans une seconde lettre, datée du 4 mai, le ministère affirmait avoir identifié une autre erreur dans le témoignage de ce spécialiste, qui a conclu de façon exagérée que le cheveu appartenait à un Afro-Américain. Ces deux courriers indiquaient que le FBI avait la possibilité d’effectuer un test ADN si le procureur de district « estimait qu’un tel examen était approprié ou nécessaire ». Le 7 mai, à huit voix contre une, la cour suprême du Mississippi a suspendu l ’exécution « jusqu’à nouvel ordre de la cour ». Le juge Michael Randolph, président de cette juridiction, était le seul à contester cette décision, affirmant que « Willie Manning ne satisfaisait absolument pas aux exigences légales et à la jurisprudence de la cour ». Celui- ci a critiqué ce qu’il pense être une « connexion » entre le ministère de la Justice et deux organisations, le projet Innocence et l’Association nationale des avocats de la défense pénale, qui ont notifié les erreurs du dossier au ministère. Il semble également avoir révélé son opinion quant à certaines questions de droit pénal en insistant sur le fait que « le projet Innocence soutienne un moratoire sur la peine capitale » et que « la NACDL critique ouvertement le système de la peine de mort ». Il a également ajouté qu’il ne « [devrait] pas être surpris » « de cette connexion et de la rapidité avec laquelle l’examen a été réalisé » étant donné que « c’est ce même ministère de la Justice qui permet aux combattants ennemis étrangers de recevoir l’avertissement Miranda [droit de garder le silence et de prendre un avocat] ».

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Ceci est la première mise à jour de l’AU 113/13. Pour plus informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR51/023/2013/fr.

Nom : Willie Manning Genre : homme

Informations complémentaires sur l’AU 113/13, AMR 51/024/2013, 9 mai 2013

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE