Document - Europe: Facts of shame: Discrimination, forced evictions, segregation and violence against Roma in the European Union

Europe. Les chiffres de la honte Discriminations, expulsions forcées, ségrégation et violence contre les Roms dans l’Union européenne

AMNESTY INTERNATIONAL

DÉCLARATION PUBLIQUE

Sous embargo jusqu’au 4 avril 2013 à 01 h 01 TU

Index AI : EUR 01/008/2013

Les chiffres de la honte

Discriminations, expulsions forcées, ségrégation et violence contre les Roms dans l’Union européenne

Entre 10 et 12 millions de Roms vivent en Europe ; la moitié d’entre eux environ résident dans des États membres de l’Union européenne (UE). Huit foyers roms sur 10 sont menacés de pauvreté dans l’UE.

Les trois-quarts des Européens reconnaissent que les Roms sont en butte à la discrimination. La majorité des Européens – 53 % – pensent qu’une meilleure intégration des Roms profiterait à l’ensemble de la société.

En 2012, 34 % des Européens estimaient que les citoyens de leur pays seraient mal à l’aise – et 28 % seulement « plutôt » à l’aise –, à l’idée que leurs enfants aient des camarades de classe roms.

En Hongrie, en République tchèque, en Slovaquie et en Bulgarie, plus de 120 agressions violentes graves – à l’arme à feu, à l’arme blanche et aux cocktails Molotov, notamment – ont été commises contre des Roms et leurs biens entre janvier 2008 et juillet 2012.

Bulgarie – Les quelque 750 000 Roms de Bulgarie représentent 9,94 % de la population. Plus de 70 % des Roms habitant en milieu urbain vivent dans des quartiers séparés du reste de la population. Lors de 14 attaques ayant visé des Roms et/ou leurs biens entre septembre 2011 et juillet 2012, au moins trois d’entres eux ont été tués et environ 22, dont une femme enceinte et deux mineurs, ont été blessés.

France – Environ 500 000 gens du voyage vivent en France ; la plupart ont la nationalité française. Il a été estimé qu’entre 15 000 et 20 000 Roms venus de Bulgarie et de Roumanie se trouvent sur le territoire français. Les Roms migrants habitant dans des squats et des camps informels sont visés par des expulsions forcées et par des renvois dans leur pays d’origine. En 2012, les autorités ont procédé à 11 803 expulsions de Roms ; on estime que 80 % d’entre elles ont été des expulsions forcées. Seuls 10 % de ces Roms ont terminé leurs études secondaires.

Hongrie – Sur les quelque 750 000 Roms de ce pays (7,49 % de la population), seuls 20 % des adultes sont allés plus loin dans leurs études que l’école primaire, contre 67 % au niveau national. À peine 0,3 % des Roms ont un diplôme d’études supérieures. Soixante-et-une attaques violentes prenant des Roms et/ou leurs biens pour cibles ont eu lieu en Hongrie entre janvier 2008 et septembre 2012 ; neuf d’entre elles ont été fatales – deux mineurs sont morts, en particulier. Des dizaines de personnes ont été blessées lors de ces agressions, 10 d’entre elles très grièvement.

Italie – On compte quelque 150 000 Roms, Sintis et Caminanti en Italie ; ils constituent 0,25 % de la population. Ces minorités sont composées de personnes issues d’autres pays de l’UE (Roumanie pour la plupart) et de l’Ex-Yougoslavie, ainsi que d’un nombre indéterminé d’apatrides et de citoyens italiens (à peu près 50 %). Seuls 3 % d’entre eux environ mènent une existence nomade. Plus d’un quart (40 000) vivent dans des camps, informels ou construits par les autorités, et risquent de faire l’objet d’expulsions forcées. Plus de 1 000 expulsions ont été signalées à Rome et Milan au cours des six dernières années. Cela représente à peu près une expulsion tous les deux jours. Plus de la moitié ont été des expulsions forcées. 51 % de la population pensent que la société n’aurait rien à gagner d’une meilleure intégration des Roms.

République tchèque Les Roms de ce pays, qui seraient à peu près 200 000, représentent 1,9 % de la population. Environ un tiers d’entre eux – de 60 000 à 80 000 – vivent dispersés entre quelque 330 camps réservés aux roms, où le taux de chômage est supérieur à 90 %. Les enfants roms représentent 32 % des élèves scolarisés dans les établissements destinés aux écoliers souffrant d’un « léger handicap mental » et suivant un programme allégé. Au moins cinq Roms ont été tués et 22, dont trois mineurs, blessés lors de violentes attaques entre janvier 2008 et juillet 2012.  

Roumanie – Le nombre de Roms dans ce pays est estimé à 1 850 000, soit 8,63 % de la population. Environ 80 % d’entre eux vivent dans la pauvreté. Près de 60 % d'entre eux habitent dans des zones isolées du reste de la population, sans pouvoir bénéficier de services publics de base. 23 % des foyers roms – contre à peu près 2 % des foyers non roms – souffrent de privations multiples : ils n'ont par exemple pas accès à un approvisionnement en eau de qualité ni à des installations sanitaires, et ne jouissent d’aucune sécurité d'occupation.

Slovaquie – Les quelque 490 000 Roms du pays représentent 9,02 % de la population totale. Plus d’un tiers (36 %) des enfants roms se trouveraient dans des classes réservées aux seuls Roms, et 12 % seraient placés dans des écoles spéciales. En l’espace d’une génération, le taux de scolarisation des élèves roms dans des établissements spéciaux a plus ou moins doublé. Cinq Roms ont été tués et 10 autres blessés dans le cadre de 16 attaques ayant visé des membres de la communauté et/ou leurs biens entre janvier 2008 et juillet 2012.

 

Slovénie – Les quelque 8 500 Roms vivant dans le pays représentent 0,41 % de la population. Entre 20 et 30 % des camps de Roms situés dans le sud-est de la Slovénie ne sont pas approvisionnés en eau, tandis que près de 100 % du reste de la population a l’eau courante. Alors que la quantité moyenne d’eau consommée par personne par jour est de 150 litres – quantité atteignant les 300 litres dans les zones urbaines –, certaines familles roms ne sont pas en mesure de recueillir plus de 10 à 20 litres par personne.

Sources

Conseil de l'Europe, Estimates on Roma population in European countries, 2012

Agence des droits fondamentaux / Programme des Nations Unies pour le développement, 2012 - étude menée dans 11 États membres de l’UE

Centre européen des droits des Roms, 2012

Commission européenne, rapport Eurobaromètre spécial 393, La discrimination dans l'UE en 2012

Commission européenne, réseau européen des experts indépendants sur l’inclusion sociale, rapport sur l’UE : Encourager l'inclusion sociale des Roms, décembre 2011

Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, 2012 – Conditions de vie des Roms : logement précaire et santé

Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), 2012

Sintesi del rapporto conclusivo dell'indagine sulla condizione di Rom, Sinti e Caminanti in Italia, Sénat italien, 2011

PNUD, 2013 The housing situation of Roma communities: Regional Roma survey 2011

Banque mondiale, 2012

http://www.eurofound.europa.eu/publications/htmlfiles/ef12021_fr.htm

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_393_en.pdf�� HYPERLINK "http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_393_en.pdf" \t "_blank" http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_393_en.pdf

http://www.errc.org/cms/upload/file/attacks-list-in-czech-republic.pdf

http://www.errc.org/cms/upload/file/attacks-list-in-bulgaria.pdf

http://www.errc.org/cms/upload/file/attacks-list-in-hungary.pdf

http://www.errc.org/cms/upload/file/attacks-list-in-slovakia.pdf

http://www.eurofound.europa.eu/publications/htmlfiles/ef12021_fr.htm

http://www.senato.it/documenti/repository/commissioni/dirittiumani16/RAPPORTO%20ROM%20.pdf

http://europeandcis.undp.org/ourwork/roma/show/20878C34-F203-1EE9-B29075D0AFDC41BB

Fin

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE