Document - Belarus: Further information: Men released on bail still face prison

Bélarus. Des hommes libérés sous caution risquent encore la prison

Action complémentaire sur l’AU 222/12, EUR 49/015/2012 – Bélarus 20 août 2012

ACTION URGENTE

DES HOMMES LIBÉRÉS SOUS CAUTION RISQUENT ENCORE LA PRISON

Après avoir passé plus d'un mois en détention, Anton Souriapine et Sergueï Bacharimov ont été libérés sous caution le 17 août. Ils encourent toujours jusqu'à sept ans d'emprisonnement pour des infractions liées à l'« action de l'ours en peluche », orchestrée par une agence de publicité suédoise en faveur de la liberté d'expression au Bélarus.

Le 17 août, le Comité de sûreté de l'État bélarussien (KGB) a diffusé une déclaration indiquant qu'Anton Souriapine et Sergueï Bacharimov avaient été libérés sous caution. Ces deux hommes avaient été inculpés à la suite d'une action organisée le 4 juillet 2012 : deux employés d'une agence de publicité suédoise, Studio Total, avaient traversé la frontière bélarussienne à bord d'un avion monomoteur et parachuté environ 900 ours en peluche portant des pancartes en faveur de la liberté d'expression. Étant donné les charges retenues contre eux en vertu des articles 16 (« complicité d'infraction ») et 371 (« franchissement illégal d'une frontière ») du Code pénal bélarussien, ils encourent jusqu'à sept ans d'emprisonnement.

Anton Souriapine, 20 ans, étudiant en journalisme à l'université d'État du Bélarus, a été libéré sous caution le 17 août vers 18 h 30 à condition de ne pas quitter son domicile de Slutsk, au sud de Minsk, sans l'autorisation du KGB et de ne révéler aucune information concernant l'enquête. Il avait été arrêté le 13 juillet, après avoir publié sur le site Internet Belarusian News Photos des images des ours en peluche largués depuis l'avion. Anton Souriapine affirme détenir ces photos d'une source anonyme.

Sergueï Bacharimov, qui gère des appartements de location à Minsk, avait été arrêté le 6 juillet car on le soupçonnait d'avoir aidé les publicitaires suédois à traverser la frontière illégalement. Il avait, en effet, loué un appartement à deux de leurs associés, qui étaient arrivés à Minsk avant l'action médiatique pour repartir immédiatement après. Studio Total a dénoncé les arrestations d'Anton Souriapine et de Sergueï Bacharimov, en précisant qu'aucun d'eux n'avait de lien avec le projet ni n'en avait eu connaissance.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en bélarussien, en russe ou dans votre propre langue) :

appelez les autorités à abandonner immédiatement les charges retenues contre Anton Souriapine et Sergueï Bacharimov ;

priez-les instamment de garantir le droit à la liberté d'expression, conformément à leurs obligations internationales relatives aux droits humains, y compris l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er OCTOBRE 2012 À :

Président

Alyaksandr Lukashenka

Administratsia Prezidenta Respubliki Bélarus

ul.Karla Marksa 38

220016 Minsk, Bélarus

Fax : +375 17 226 06 10/ +375 17 222 38 72

Courriel : contact@president.gov.by

Formule d'appel : Dear President Lukashenka, / Monsieur le Président,

Procureur général

Alyaksandr Koniuk

ul. Internatsionalnaya 22

220050 Minsk, Bélarus

Fax : +375 17 226 42 52 (dites clairement « fax » si quelqu'un

décroche)

Courriel : info@prokuratura.gov.by

Formule d'appel : Dear General Prosecutor, / Monsieur le Procureur général,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Bélarus dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), numéro de fax, courriel, formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 222/12. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/EUR49/012/2012/fr.

ACTION URGENTE

UN HOMME LIBÉRÉ SOUS CAUTION RISQUE ENCORE LA PRISON

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Le 4 juillet, une agence de publicité suédoise a organisé une action médiatique pour attirer l'attention sur les atteintes à la liberté d'expression commises au Bélarus. Sur l'enregistrement vidéo diffusé le lendemain par Studio Total, on voit deux personnes portant des masques d'animaux, dont l'une lâche des ours en peluche depuis l'avion. Le ministère bélarussien de la Défense a immédiatement nié toute violation de l'espace aérien national et affirmé qu'il s'agissait évidemment d'un montage. La police de la ville d'Ivianets a récupéré les peluches mais des témoins interrogés par Radio Free Europe et des médias bélarussiens indépendants ont déclaré avoir vu l'appareil et les ours.

Le 26 juillet, le président Loukachenko a reconnu publiquement le franchissement illégal de la frontière et, en l'espace d'une semaine, deux militaires haut gradés ont été renvoyés et deux autres ont reçu un blâme.

Studio Total a expliqué que sa campagne s'inspirait d'une action menée en février à Minsk : Pavel Vinogradov avait mis en scène des animaux en peluche portant des pancartes réclamant le respect de la liberté d'expression et dénonçant les brutalités policières. Cet homme avait par la suite été condamné à 10 jours de détention administrative pour cette action. Tomas Mazetti, qui pilotait l'avion, et sa collègue Hannah Frey étaient aidés de deux autres personnes, dont le cofondateur de Studio Total, Per Cromwell, qui s'étaient rendues à Minsk pour assurer un appui au sol si nécessaire.

Les autorités bélarussiennes ont arrêté plusieurs personnes à la suite des faits du 4 juillet. Sergueï Bacharimov, qui dirige une agence de location d'appartements à Minsk, a été interpellé car on le soupçonnait d'avoir aidé les Suédois à franchir la frontière illégalement parce qu'il aurait loué un appartement à Per Cromwell et un de ses collègues. Une adolescente de 16 ans vivant à Ivianets a également été détenue brièvement et interrogée car on la soupçonnait d'avoir pris les photos publiées par Anton Souriapine.

Noms : Anton Souriapine, Sergueï Bacharimov

Genre : hommes

Action complémentaire sur l'AU 222/12, EUR 49/015/2012, 20/08/2012

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE