Azerbaïdjan. Le convoi d'un candidat attaqué

AU 11/13, EUR 55/001/2013 – Azerbaïdjan 15 janvier 2013

ACTION URGENTE

AZERBAÏDJAN. LE CONVOI D'UN CANDIDAT ATTAQUÉ

Un convoi transportant Issa Gambar, candidat de l'opposition à l'élection présidentielle en Azerbaïdjan, a été attaqué par une foule le 13 janvier. Au moins neuf personnes ont été blessées et plusieurs voitures gravement endommagées. La police a regardé la scène sans intervenir.

Selon un porte-parole du parti d'Issa Gambar, le Parti de l'égalité, le candidat se rendait à Lenkoran (sur la côte sud du pays) dimanche 13 janvier pour sa campagne électorale lorsque 10 véhicules ont tenté de bloquer son convoi à l'entrée de la ville.

Plus d'une centaine de personnes ont alors bombardé le convoi avec des pierres et des œufs pris dans des camions présents sur place, au point de fracasser les vitres des voitures qui le composaient. Neuf membres de l'entourage d'Issa Gambar ont été blessés. Plusieurs ont été roués de coups de poing et de pied, et le vice-président du parti, Gulagha Aslanli, s'est fait rouler sur le pied par une voiture.

Au cours de cette embuscade, un photographe du parti, Mehman Karimov, a été brièvement retenu pour être interrogé par des hommes en civil qui semblaient diriger la foule. Ils l'ont relâché après lui avoir rendu son appareil photo.

Des policiers qui se trouvaient à proximité ne sont pas intervenus. Issa Gambar et son convoi ont réussi à s'échapper, mais seulement après avoir été percutés par un camion et suivis pendant plusieurs kilomètres par environ cinq voitures. Le 12 janvier, une manifestation pacifique à Bakou a été dispersée et des militants politiques ont été spécifiquement pris pour cible et inculpés de participation à une manifestation non autorisée.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en turc azéri ou dans votre propre langue :

demandez instamment aux autorités d'enquêter sans délai sur l'attaque visant le convoi du Parti de l'égalité à l'entrée de Lenkoran et sur l'absence d'intervention de la police ;

priez-les d'ouvrir immédiatement une enquête pour identifier les responsables des blessures infligées aux membres du convoi et des dommages causés à leurs véhicules, puis de les traduire en justice ;

engagez les autorités à s'abstenir de poursuivre de manière sélective les jeunes militants des partis politiques et de la société civile.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 FÉVRIER 2013 À :

Ministre de l'Intérieur

Col.-Gen. Ramil Usubov

7 Azerbaijan Prospekti,

Baku AZ1005, AZERBAÏDJAN

Fax : +994 12 590 98 64 (merci de vous montrer persévérant)

Formule d'appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

Procureur général

Zakir Qaralov

Prosecutor General of the Republic of Azerbaijan

7 Rafibeyli Street,

Baku 370001, AZERBAÏDJAN

Fax : +994 12 492 32 30 (merci de vous montrer persévérant)

Formule d'appel : Dear Prosecutor General, / Monsieur le Procureur général,

Copies à :

Président de la République

Ilham Aliyev

Office of the President of the Republic of Azerbaijan

18 Istiqlaliyyat Street,

Baku AZ1066, AZERBAÏDJAN

Fax : +994 12 492 0625 (merci de vous montrer persévérant)

Courriel : office@pa.gov.az

Formule d'appel : Dear President Aliyev, / Monsieur le Président,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de l'Azerbaïdjan dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

AZERBAÏDJAN. LE CONVOI D'UN CANDIDAT ATTAQUÉ

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Depuis longtemps, Amnesty International déplore que les autorités de l'Azerbaïdjan persécutent ceux qui osent les critiquer publiquement. Dans ce pays, les personnes exprimant des opinions dissidentes sont fréquemment la cible d'accusations forgées de toutes pièces, d'agressions, de harcèlement ou de chantage. Les nombreux documents récemment publiés par l'organisation sur l'Azerbaïdjan exposent en détails plusieurs dizaines de cas de ce type (http://www.amnesty.org/fr/region/azerbaidjan) et son rapport annuel de l'an dernier en présente une synthèse (http://www.amnesty.org/fr/region/azerbaijan/report-2012).

Ces personnes ne peuvent espérer obtenir réparation en Azerbaïdjan. Les tribunaux – des juridictions locales à la Cour suprême – ne sont pas indépendants et cèdent systématiquement à la pression politique. Actuellement, une personne poursuivie par les autorités en représailles pour avoir critiqué le gouvernement ne peut s'attendre à bénéficier d'un procès équitable. De la même manière, quiconque forme un recours contre les autorités ne peut espérer obtenir juste réparation ou protection auprès des tribunaux. Des informations détaillées concernant le manque d'équité des procès en Azerbaïdjan dans les affaires où la liberté d'expression est en jeu figurent dans le rapport intitulé The Spring that Never Blossomed: Freedoms Suppressed in Azerbaïdjan (http://www.amnesty.org/en/library/info/EUR55/011/2011/en, EUR 55/011/2011).

Si les personnes concernées peuvent recevoir une aide des ONG azerbaïdjanaises, ces dernières ne sont toutefois pas en mesure d'offrir une protection dans cet État autoritaire. En effet, elles sont elles-mêmes constamment sous la pression du gouvernement et risquent une fermeture forcée si elles sont jugées trop critiques ou problématiques (voir The Spring that Never Blossomed: Freedoms Suppressed in Azerbaïdjan, http://www.amnesty.org/en/library/info/EUR55/011/2011/en, EUR 55/011/2011).

Noms : Issa Gambar et les autres membres du Parti de l'égalité

Genre : hommes et femmes

AU 11/13, EUR 55/001/2013, 15 janvier 2013

image1.png