Document - Iraq: Further information: Journalist permitted to return to France: Nadir Dendoune

Irak. Un journaliste autorisé à rentrer en France

Informations complémentaires sur l’AU 32/13, MDE 14/003/2013 – Irak 5 mars 2013

ACTION URGENTE

IRAK. UN JOURNALISTE AUTORISÉ À RENTRER EN FRANCE

Le journaliste indépendant Nadir Dendoune a été libéré sous caution le 14 février dernier et remis à l’ambassade française à Bagdad en attendant la clôture de cette affaire. Cet homme est rentré en France le 4 mars.

Le journaliste algéro-franco-australien Nadir Dendoune, 40 ans, son interprète et l’homme qui l’hébergeait durant son séjour à Bagdad ont été relâchés le 14 février 2013 en échange d’une caution de 10 millions de dinars irakiens (environ 6 600 euros) chacun. Nadir Dendoune a été remis à l’ambassadeur français et emmené à l’ambassade de France à Bagdad. Cependant, il n’a pas été autorisé à quitter le pays avant qu’un tribunal ne close officiellement l’affaire, ce qui a eu lieu le 26 février. Il s’est vu empêcher de partir le 1er mars étant donné que son visa avait expiré, mais il est finalement rentré en France le 4 mars.

Nadir Dendoune avait été interpellé le 23 janvier dernier à Al Dura, au sud de Bagdad. Selon les autorités irakiennes, il était en train de photographier le siège du Service de renseignement irakien, ainsi que des postes de contrôle de l’armée et de la police. Le journaliste s’était rendu à Bagdad afin de réaliser un reportage pour Le Monde Diplomatique à l’occasion du dixième anniversaire de l’invasion américaine en Irak.

Le 5 février, cet homme a comparu à huis clos devant un juge du Tribunal pénal central à Bagdad, au cours d’une audience qui a duré 30 minutes. La présence du consulat français en Irak a néanmoins été autorisée. Nadir Dendoune était incarcéré dans un centre de détention du Service de renseignement.

À Bagdad, les journalistes doivent d’abord obtenir l’approbation des autorités s’ils souhaitent photographier les postes de contrôle, les soldats et les policiers. Lors de sa comparution, Nadir Dendoune aurait affirmé qu’il n’avait rien fait de mal, que les autorités avaient connaissance de la nature de son travail et que son visa pour l’Irak lui avait été délivré par l’ambassade irakienne en France.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 32/12. Pour plus d’informations : http://amnesty.org/fr/library/info/MDE14/002/2013/fr.

Nom : Nadir Dendoune

Genre : homme

Informations complémentaires sur l’AU 32/13, MDE 14/003/2013, 5 mars 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE