Document - Israel: Hunger strikers protest ongoing detention

Israël et territoires palestiniens occupés. Des grévistes de la faim contestent leur maintien en détention

AU 26/13, MDE 15/001/2013 – Israël et territoires palestiniens occupés 7 février 2013 7 février 2013

ACTION URGENTE

DES GRÉVISTES DE LA FAIM CONTESTENT LEUR MAINTIEN EN DÉTENTION

Les Palestiniens Jafar Izz al Din et Tareq Qadan, actuellement en détention administrative, ont entamé une grève de la faim le 28 novembre dernier pour protester contre leur incarcération sans inculpation ni jugement. Leur état de santé se dégrade.

Jafar Izz al Din et Tareq Qadan ont été arrêtés le 22 novembre 2012 par les autorités israéliennes avant de recevoir chacun un ordre de détention administrative pour trois mois. Tous deux ont entamé une grève de la faim le 28 novembre en signe de protestation. Ils sont actuellement incarcérés au centre médical de la prison de Ramleh, qui dépend des Services pénitentiaires israéliens. Leur avocat s'est entretenu avec eux le 31 janvier. Il a ensuite confié à Amnesty International : « Jafar et Tareq ne consomment que de l'eau. La semaine dernière, on les a conduits à l'hôpital, où ils sont restés huit heures pour passer des examens. J'étais là avec eux et j'ai parlé aux médecins, qui m'ont dit qu'ils étaient dans un état très critique. Jafar et Tareq ont accepté une injection de vitamines et d'autres éléments pour améliorer leurs chances de survie. Ils ont ensuite été ramenés à la prison de Ramleh. »

L'ordre de détention visant Jafar Izz al Din expire le 22 février prochain. Cet homme a déposé un recours contre sa détention auprès d'un tribunal militaire. Si son appel est rejeté, comme on s'y attend, son avocat saisira la Haute Cour israélienne.

L'ordre de détention visant Tareq Qadan expire le 21 février. Un tribunal militaire ayant précédemment rejeté le recours que cet homme a déposé contre son incarcération, son avocat se prépare à faire appel auprès de la Haute Cour.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais, en hébreu ou dans votre propre langue :

exhortez les autorités israéliennes à libérer sans délai Jafar Izz al Din, Tareq Qadan et tous les autres Palestiniens en détention administrative, à moins qu'ils soient rapidement inculpés d'une infraction reconnue par le droit international et jugés dans le strict respect des normes internationales d'équité des procès ;

exhortez-les à veiller à ce que Jafar Izz al Din, Tareq Qadan et tous les autres prisonniers menant une grève de la faim reçoivent tous les soins médicaux spécialisés nécessaires, qui ne peuvent leur être prodigués que dans un hôpital civil, qu'ils puissent consulter régulièrement les médecins de leur choix, et qu'ils ne soient pas enchaînés et ne subissent pas d'autres traitements cruels ou inhumains ;

priez-les instamment de mettre fin à l'utilisation de la détention administrative et de permettre à tous les détenus de recevoir la visite de leurs familles.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 MARS 2013 À :

Commissaire des Services pénitentiaires israéliens

Lieutenant-General Aharon Franco

Israel Prison Service, PO Box 81

Ramleh 72100, Israël

Fax : +972 8 919 3800

Formule d'appel : Dear Lieutenant-General, / Monsieur,

Directeur général au ministère de la Santé

Roni Gamzo

Ministry of Health

2 Ben Tabai Street

Jerusalem 93591, Israël

Fax : +972 2 565 5966

Formule d'appel : Dear Director General, / Monsieur,

Copies à :

Ministre de la Sécurité publique

Yitzhak Aharonovitch

Ministry of Public Security

Kiryat Hamemshala

Jerusalem 91181, Israël

Fax : +972 2 584 7872

Courriel : sar@mops.gov.il

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques d'Israël dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

DES GRÉVISTES DE LA FAIM CONTESTENT LEUR MAINTIEN EN DÉTENTION

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Jafar Izz al Din, 41 ans, mène une grève de la faim pour la seconde fois pour protester contre sa détention administrative. Cet homme a été interpellé le 21 mars 2012 à son domicile d'Arrabeh, à Jénine, et placé en détention administrative. L'année dernière, il a mené une grève de la faim du 27 mars, environ, au 14 mai. Il a ensuite été remis en liberté le 19 juin avant d'être de nouveau arrêté le 22 novembre. D'après des avocats travaillant pour Addameer, une organisation palestinienne de défense des droits humains, Jafar Izz al Din souffre d'une importante chute de tension, de vertiges constants, de céphalées chroniques, de douleurs articulaires et d'une carence en protéines.

Tareq Qadan, 40 ans, originaire lui aussi d'Arrabeh, a été libéré le 8 juillet dernier, au bout de 15 mois de détention administrative. Au début de l'année passée, il a entamé une grève de la faim en solidarité avec d'autres grévistes de la faim. Il a également participé à la grève de la faim générale menée par des détenus palestiniens entre le 17 avril et le 14 mai 2012. Cet homme a été une nouvelle fois interpellé chez lui le 22 novembre dernier.

Certains Palestiniens en détention administrative ayant cessé de s'alimenter pendant une longue période en 2012 ont finalement été relâchés, mais d'autres sont maintenus en détention, comme Samer al Barq, 37 ans, qui a mis un terme à sa troisième grève de la faim le 24 octobre dernier. Les autorités lui avaient pourtant assuré qu'il serait relâché pour aller en Égypte, d'où il aurait pu se rendre au Pakistan pour rejoindre sa femme. Son avocat a confié à Amnesty International que l'Égypte avait accepté de l'accueillir en novembre, mais les autorités israéliennes n'ont pas autorisé sa libération. Le 16 janvier 2013, Samer al Barq a reçu un visa pour ce pays, valable seulement un mois. Cet homme est actuellement détenu à la prison de Hadarim, qui ne dispose pas des infrastructures médicales nécessaires aux personnes ayant mené une grève de la faim sur une longue durée (voir http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE15/060/2012/fr).

La détention administrative est une détention sans inculpation ni jugement prononcée pour des périodes renouvelables et basée sur des éléments de preuve qui ne sont communiqués ni aux détenus ni à leurs avocats. Le 14 mai 2012, à la suite d'un accord conclu avec les autorités israéliennes sous médiation égyptienne, quelque 2 000 détenus palestiniens ont cessé leur grève de la faim collective, entamée pour protester contre les mauvaises conditions carcérales, les placements à l'isolement, le fait de ne pas pouvoir voir leurs familles et les détentions sans inculpation. Selon les médias, Israël avait accepté de ne pas reconduire les ordres de détention administrative en vigueur, à moins que de nouveaux renseignements d'importance soient révélés ; pourtant, les autorités israéliennes continuent d'émettre et de renouveler de tels ordres. Au 30 décembre 2012, 178 individus étaient en détention administrative, soit environ 140 de moins qu'en mars dernier. Plusieurs « détenus administratifs » ont été relâchés après avoir accepté de quitter les territoires palestiniens occupés et de s'exiler. La Quatrième Convention de Genève interdit pourtant à toute puissance occupante de transférer de force ou de déporter des personnes hors d'un territoire occupé. Pour en savoir plus, consultez le document Israël et territoires palestiniens occupés. En mal de justice. Des Palestiniens détenus sans jugement par Israël, 6 juin 2012, http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE15/026/2012/fr.

Noms : Jafar Izz al Din, Tareq Qadan

Genre : hommes

AU 26/13, MDE 15/001/2013, 7 février 2013

image1.png image2.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE