Document - Libya: Further information: Detained journalist’s health at risk: Amara Abdalla al-Khatabi

Libye. La santé d'un journaliste en détention se dégrade

Action complémentaire sur l'AU 49/13, MDE 19/002/2013 – Libye 11 mars 2013

ACTION URGENTE LIBYE. LA SANTÉ D'UN JOURNALISTE EN DÉTENTION SE DÉGRADE Amara Abdalla al Khatabi, rédacteur en chef d'un journal libyen en détention au secret depuis le 19 décembre dernier, a entamé une grève de la faim le 28 février. Son état de santé se dégrade, et le ministre de la Justice réclame sa libération sous caution. Amara Abdalla al Khatabi, 67 ans, mène une grève de la faim depuis le 28 février 2013 pour contester son arrestation et son maintien en détention à la prison de Hudba à Tripoli, la capitale libyenne. On pense qu'il a été interpellé en raison d'un article qu'il a publié et qui faisait état de la corruption supposée au sein de la magistrature. Cet homme a comparu le 11 mars dernier mais il était en si mauvaise santé qu'on a dû le porter jusqu'à l'intérieur du tribunal. Son avocat affirme qu'il a perdu connaissance pendant l'audience. Amara Abdalla al Khatabi a également décidé de ne plus parler jusqu'à sa libération. Son avocat a demandé qu'il soit libéré sous caution ou transféré vers un hôpital, mais ces deux requêtes ont été rejetées. Le procès a été repoussé jusqu'au 18 mars à sa demande, après que le juge l'a autorisé à accéder au dossier de son client et à rendre visite à ce dernier en prison dans les prochains jours. Il a expliqué à Amnesty International qu'il craignait que les autorités l'empêchent de librement consulter les documents relatifs à l'affaire et s'entretenir avec son client, afin de gêner son travail. D'après les médias libyens, Salah Marghani, ministre de la Justice, a déclaré lors d'une conférence de presse le 4 mars dernier qu'Amara Abdalla al Khatabi devait être libéré sous caution, et souligné la nécessité de respecter la liberté de presse et la liberté d'expression.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en arabe, en anglais ou dans votre propre langue :  exhortez les autorités à libérer immédiatement et sans condition Amara Abdalla al Khatabi s 'il est détenu uniquement pour avoir exercé de manière pacifique son droit à la liberté d'expression ;  appelez-les à veiller à ce que cet homme reçoive immédiatement les soins médicaux nécessaires, à l'extérieur de la prison si besoin est ;  reconnaissez les propos tenus par le ministre de la Justice dans cette affaire, et engagez-le à faire tout son possible pour garantir la libération de cet homme.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 AVRIL 2013 À : Ministre de la Justice et des Droits humains Salah Marghani Ministry of Justice and Human Rights Fax : +218 2 14 80 54 27 (dites « fax » si quelqu'un décroche ; le fax est le seul moyen de communication fiable, n'envoyez pas de lettres SVP) Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Ministre de l 'Intérieur Ashur Shuwail Fax : +218 2 14 80 36 45 / +218 21 44 42 997 (merci de vous montrer persévérant-e ; dites « fax » si quelqu'un décroche ; le fax est le seul moyen de communication fiable, n'envoyez pas de lettres SVP) Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Libye dans votre pays (adresse/s à compléter) : nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 33/13. Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE19/001/2013/fr.

11 mars 2013

ACTION URGENTE LIBYE. LA SANTÉ D'UN JOURNALISTE EN DÉTENTION SE DÉGRADE

COMPLÉMENT D'INFORMATION Amara Abdalla al Khatabi a été arrêté le 19 décembre 2012, un mois après la publication dans son journal des noms de 84 juges que l'auteur de l'article soupçonne de corruption. Cette liste émanait d'une source dont Amara Abdalla al Khatabi n'a pas voulu dévoiler l'identité. Depuis que celui-ci a été appréhendé, sa famille et son avocat n'ont pas été autorisés à lui rendre visite en prison et jusqu'au 11 mars dernier, son avocat n'avait pas pu consulter le dossier de l'affaire.

Plusieurs charges sont retenues contre Amara Abdalla al Khatabi dans deux affaires distinctes, l'une concernant l'enregistrement du journal et l'autre reposant sur des accusations de diffamation et d'outrage à l'institution judiciaire. Si cet homme est déclaré coupable, il encourt une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. Jusqu'à l'audience du 11 mars, il n'avait pas été informé de l'avancée des poursuites ni amené aux audiences auxquelles il était convoqué et qui ont été fréquemment repoussées.

Nom : Amara Abdalla al Khatabi Genre : homme

Action complémentaire sur l'AU 49/13, MDE 19/002/2013, 11 mars 2013

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE