Document - Yemen: Further information: Ahmed Saleh Abdullah al-Ma’ouri executed

Yémen. Ahmed Saleh Abdullah al Maouri a été exécuté

Informations complémentaires sur l'AU 35/13, MDE 31/005/13, Yémen 14 février 2013

ACTION URGENTE

AHMED SALEH ABDULLAH AL MAOURI A ÉTÉ EXÉCUTÉ

Ahmed Saleh Abdullah al Maouri a été exécuté au Yémen le 13 février.

Ahmed Saleh Abdullah al Maouri a été passé par les armes le 13 février. Amnesty International s'est entretenu avec lui au téléphone, quelques instants avant qu'il ne soit conduit dans la cour de la prison pour y être exécuté.

Il était détenu à l'isolement dans une prison d'al Baydha, au sud-est de la capitale, Sanaa. Il avait été condamné à mort en première instance pour meurtre en 2003. La cour d'appel et la Cour suprême ont confirmé cette sentence en 2004, mais il a plus tard été gracié, tout d'abord par certains membres de la famille des victimes et, ensuite, par le président de l'époque Ali Abdullah Saleh, en janvier 2006. Peu après, cependant, d'autres proches des victimes ont déposé une nouvelle plainte contre Ahmed Saleh Abdullah al Maouri, qui a débouché sur des poursuites et sur sa condamnation à mort, prononcée une seconde fois en septembre 2006. La cour d'appel a confirmé cette condamnation en 2008, de même que la Cour suprême en 2010. L'ancien président l'a une nouvelle fois gracié en 2010 en s'appuyant sur le fait qu'une grâce lui avait été accordée par la famille des victimes, avant d'annuler cette décision pour des raisons qu'Amnesty International ignore et d'ordonner l'exécution d'Ahmed Saleh Abdullah al Maouri.

Amnesty International s'est entretenue avec les autorités pénitentiaires d'al Baydha, dans le but de stopper l'exécution prévue le 13 février. Elles ont répondu que l'exécution ne pouvait être reportée que sur ordre du ministère public. Lorsqu'Amnesty International a parlé avec Ahmed Saleh Abdullah al Maouri, au cours sans doute de son dernier appel téléphonique, il a tenté de passer l'appareil à un représentant du ministère public présent, mais celui-ci a refusé de parler à Amnesty International.

Aucune action complémentaire n'est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Ceci est la première mise à jour de l'AU 35/13. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/en/library/info/mde31/003/2013

ACTION URGENTE

AHMED SALEH ABDULLAH AL MAOURI A ÉTÉ EXÉCUTÉ

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Amnesty International est préoccupée depuis longtemps par le recours à la peine capitale au Yémen, notamment parce que ce châtiment est souvent prononcé au terme de procès qui ne sont pas conformes aux normes internationales d'équité. En 2012, des dizaines de condamnés ont été exécutés. En 2011, au moins 41 personnes ont été exécutées et pas moins de 62 en 2010. L'on estime que des centaines de personnes se trouvent actuellement dans le quartier des condamnés à mort.

Amnesty International reconnaît que les gouvernements ont le droit et le devoir de traduire en justice les personnes soupçonnées d'infractions pénales reconnues par la loi, mais elle est opposée de manière catégorique et en toutes circonstances à la peine capitale, qui constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, ainsi qu'une violation du droit à la vie.

Nom : Ahmed Saleh Abdullah al Maouri

Genre : hommes

Action complémentaire sur l'AU 35/13, MDE 31/005/13, 14 février 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE