Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

30 March 2009

Sommet des Amériques. Le projet de déclaration demeure insuffisant en matière de droits humains

Le projet de déclaration que les gouvernements négocient en prévision du Cinquième sommet des Amériques ne répond pas aux attentes en matière de droits humains, a mis en garde Amnesty International ce lundi 30 mars 2009, alors qu'elle publie une série de recommandations visant à améliorer la déclaration officielle.

« Le projet de déclaration préparé pour le Sommet des Amériques est décevant en ce qui concerne les droits humains, a affirmé Susan Lee, directrice du programme Amériques d'Amnesty International. C'est uniquement en s'engageant concrètement à renforcer la protection de ces droits que les gouvernements apporteront une réelle amélioration à la vie de leurs citoyens. Si les droits fondamentaux ne sont pas inscrits au cœur de ce sommet, la vie de millions de personnes sera mise en danger. »

Dans son rapport, Amnesty International souligne que la déclaration officielle du Cinquième sommet des Amériques, bien qu'elle aborde nombre de questions graves, doit consolider sa composante consacrée aux droits humains. En particulier, l'organisation estime que cette déclaration doit mettre l'accent sur plusieurs sujets, dont :
  • La pauvreté, en prenant clairement l'engagement de remédier aux taux élevés de mortalité maternelle qui pourraient être évités et à la misère dont souffrent les millions de personnes qui vivent dans les bidonvilles des Amériques.
  • Les projets énergétiques, en prenant en compte les conséquences négatives que certains projets peuvent avoir sur la capacité des citoyens à jouir de leurs droits à des soins de santé, à un logement, à de la nourriture et à des conditions de vie décents, et plus particulièrement sur la capacité des peuples indigènes de l'hémisphère à jouir de leur droit à la terre.
  • Les activités des entreprises, en reconnaissant la nécessité d'une législation vigoureuse contraignant les entreprises à rendre des comptes quant à leur impact potentiellement négatif sur les droits fondamentaux.
  • Le changement climatique, en s'engageant à mettre en œuvre des politiques qui placent les questions relatives aux droits humains au cœur des initiatives visant à atténuer le changement climatique.
  • La sécurité publique, en s'engageant à garantir que les lois et les pratiques en matière de sécurité publique, y compris celles qui traitent du terrorisme et du crime organisé, satisfont pleinement aux obligations relatives aux droits humains, telles que le droit de ne pas faire l'objet d'une détention arbitraire et de ne pas être soumis à la torture ou à une disparition forcée.
  • Le renforcement de la gouvernance démocratique, en promettant d'améliorer le faible taux de ratification de la plupart des traités relatifs aux droits humains de l'hémisphère.
Par ailleurs, Amnesty International met en lumière la nécessité pour les États-Unis de lever leur embargo économique contre Cuba, qui empêche les Cubains de jouir de leurs droits humains, comme le droit à la santé, à l'éducation et au logement.

« Les droits humains ne sauraient être considérés comme un bonus facultatif. Ils doivent se trouver au cœur de toutes les délibérations et de tous les engagements souscrits lors de ce sommet, a déclaré Susan Lee. Les droits des habitants des bidonvilles, des peuples indigènes confrontés à la dislocation de leurs terres et des personnes prises dans les filets de lois de sécurité publique abusives doivent être reconnus sans équivoque et protégés avec vigueur. Les droits fondamentaux offrent une orientation vers l'" avenir sûr " que la déclaration envisage pour les citoyens des Amériques.

« Les gouvernements des Amériques ont une occasion sans précédent de mener à bien un sommet jalonné d'engagements constructifs et de résolution des problèmes, à condition qu'ils veillent à l'articuler autour des droits humains, a conclu Susan Lee. Pour des millions de citoyens parmi les plus pauvres des Amériques, c'est littéralement une question de vie ou de mort. »

Complément d'information
Une délégation d'Amnesty International participera au Cinquième sommet des Amériques, qui se tiendra à Trinité-et-Tobago du 16 au 18 avril 2009, et au Sommet des peuples des Amériques, du 14 au 16 avril 2009.

Cette délégation se composera d'Alex Neve, secrétaire général d'Amnesty International Canada (anglais), d'Ivahanna Larrosa, directrice d'Amnesty International Uruguay, et de Stacy Shapiro, coordonnatrice Campagnes pour les Amériques.

Pour en savoir plus ou organiser un entretien avec l'un des experts d'Amnesty International, veuillez prendre contact avec :

Josefina Salomón, tél. : + 44 207 413 5562 ou +7778 472 116 ; courriel : jsalomon@amnesty.org.
Region
Country Americas
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress