Annual Report 2013
The state of the world's human rights

21 September 2009

Il est temps que justice soit rendue : un Taiwanais est rejugé pour la 11e fois

Il est temps que justice soit rendue : un Taiwanais est rejugé pour la 11e fois
La Haute Cour de Taiwan est exhortée à juger équitablement ce mardi un condamné à mort qui va être rejugé pour la 11e fois en vingt et un ans.

Chiou Ho-shun a été jugé pour la première fois dans le cadre de deux affaires concernant la mort d'un petit garçon de neuf ans et d'une femme d'âge mûr en 1987. Il a été condamné à mort pour vol qualifié, enlèvement, chantage et meurtre en 1998.

Il a passé vingt et un ans derrière les barreaux et pendant toutes ces années ces affaires ont fait la navette entre la Haute Cour et la Cour suprême.

Amnesty International a appelé la Haute Cour à mener ce dernier procès dans le respect des normes internationales relatives à l'équité des procès, qui interdisent notamment les aveux obtenus au moyen de la torture, et à ne pas prononcer la peine de mort.

« Aux termes des normes internationales d'équité des procès, les accusés ont le droit d'être présumés innocents et jugés dans un délai raisonnable, a déclaré Roseann Rife, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International. Cette affaire qui traîne en longueur depuis plus de deux décennies doit être résolue sans plus tarder. »

D'après la dernière décision de la Cour suprême, la procédure a été entachée d'irrégularité dans les affaires concernant Chiou Ho-shun et deux de ses coaccusés, Lin Kun-ming et Wu Shu-chen.

La Cour suprême a en effet noté que les empruntes digitales des accusés n'avaient pas été retrouvées sur les lieux du crime.

En outre, les accusés n'ont pas eu accès aux services d'un avocat durant la phase de l'enquête, leurs premiers aveux leur ont été extorqués sous la torture et, lors de précédents procès, des tribunaux n'ont pas refusé d'admettre ces « aveux » à titre de preuves et ils ont rendu des verdicts de culpabilité et condamné à mort Chiou Ho-shun.  

Aucune preuve matérielle – telle que l'arme du crime, les corps des victimes ou leurs vêtements – n'a été retrouvée.

Depuis les deux procès de 1987 lors desquels Chiou Ho-shun et 11 coaccusés ont été jugés, neuf de ces personnes sont mortes ou ont purgé leur peine.

En 1994, plusieurs policiers ayant joué un rôle dans cette affaire ont été condamnés pour leur implication dans les actes de torture commis pour obtenir des aveux. Malgré cela, lors de tous les procès, des dizaines de juges de la Haute Cour ont insisté pour que soient utilisés les parties « exemptes de torture » de ces aveux.

Le 6 août 2009, la Cour suprême a annulé plusieurs points des décisions qui avaient été rendues contre Chiou Ho-shun et deux de ses coaccusés, et renvoyé cette affaire devant la Haute Cour pour qu'elle soit rejugée.

D'après les estimations, en juillet 2009, 65 personnes condamnées à mort à Taiwan étaient dans l'attente d'un procès en appel ou de leur exécution.

Taiwan n'a procédé à aucune exécution depuis décembre 2005 et l'ancien président Chen Shui-bian a publiquement déclaré son opposition à la peine de mort, mais l'actuel moratoire de facto sur les exécutions ne repose sur aucune base légale.

Issue

Death Penalty 
Detention 
Torture And Ill-treatment 
Trials And Legal Systems 

Country

Taiwan 

Region

Asia And The Pacific 

@amnestyonline on twitter

News

18 September 2014

Nigeria’s police and military routinely torture women, men, and children – some as young as 12 – using a wide range of methods including beatings, shootings and rape... Read more »

19 September 2014

The Guatemalan government is fuelling the fires of conflict by failing to consult local communities before awarding mining licences to companies.

Read more »
19 September 2014

A Thai court’s decision to uphold a 10-year prison sentence given to an editor and social activist for allegedly insulting the royal family continues the relentless erosion of... Read more »

19 September 2014

Ireland’s latest guidelines on abortion are mere window-dressing that will confuse health professionals and endanger women’s lives and rights.

Read more »
19 September 2014

The Egyptian authorities are putting at risk the life of a jailed activist, whose health has sharply deteriorated after more than 230 days on hunger strike, by denying him... Read more »