La peine de mort dans les Amériques en 2009

Depuis que Cuba a cessé de procéder à des exécutions en 2003 (en commuant les peines de la plupart des condamnés à mort), les États-Unis sont le seul pays des Amériques à pratiquer des exécutions, à l'exception de Saint-Kitts-et-Nevis, où une personne a été exécutée en 2008.

Cinquante-deux exécutions ont eu lieu aux États-Unis, réparties comme suit entre les différents États : Texas (24), Alabama (6), Ohio (5), Géorgie (3), Oklahoma (3), Virginie (3), Floride (2), Caroline du Sud (2), Tennessee (2), Indiana (1), Missouri (1).

D'après les informations disponibles, au moins 123 condamnations à la peine capitale ont été prononcées dans cinq pays des Amériques : Bahamas (au moins 2), États-Unis (au moins 105), Guyana (3), Jamaïque (2), Trinité-et-Tobago (au moins 11).

La Trinité-et-Tobago a délivré un mandat d'exécution mais l'exécution a été reportée par les tribunaux. De nombreux pays des Caraïbes ont continué à débattre de la question de la peine de mort, l'opinion publique étant largement favorable à la reprise des pendaisons.

Bien que les États-Unis continuent de procéder à des exécutions, le pays semblerait se détourner de la peine capitale. Même si les 52 exécutions pratiquées en 2009 constituent le chiffre le plus élevé des trois dernières années, elles ne représentent qu'environ la moitié des 98 exécutions pratiquées dix ans plus tôt, en 1999. Ce chiffre est également représentatif des exécutions pratiquées sur une année complète, la Cour suprême ayant suspendu toutes les exécutions en 2007 et 2008 pendant l'examen de la constitutionnalité des injections létales. La majorité des exécutions sont pratiquées dans un petit nombre d'États.

Le Nouveau-Mexique est devenu en mars le 15e État à abolir la peine de mort, avec la promulgation par le gouverneur de l'État d'une nouvelle loi. Un certain nombre d'autres États ont examiné des propositions de loi en faveur de l'abolition qui pourrait encore progresser lors de futures sessions législatives.

Des éléments d'information concernant des condamnations injustifiées à la peine de mort alimentent les débats autour de la peine capitale aux États Unis. Neuf hommes qui avaient été condamnés à la peine capitale ont été mis hors de cause et libérés en 2009.

POUR EN SAVOIR PLUS
Condamnations à mort et exécutions recensées en 2009

Lorsque le signe « + » précédé d'un nombre apparaît après un pays, cela signifie que les chiffres calculés par Amnesty International sont une estimation a minima. Lorsque le signe « + » apparaît après un pays sans être précédé d'aucun nombre, cela signifie qu'il y a bien eu des exécutions ou des condamnations à mort (au moins une) dans ce pays, mais qu'il n'a pas été possible de faire une estimation.

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE