06 April 2011
Serbie : il faut mettre fin aux expulsions forcées

© Amnesty International


« Les autorités n'ont aucun respect pour la dignité et les droits fondamentaux des Roms. Nous souffrons de discrimination dans cette société depuis bien trop longtemps. Les autorités agissent comme si c'était de notre faute si nous vivons dans ces endroits, comme si nous l'avions choisi. Quel autre choix avons-nous ? Quand vous êtes Rom, vous n'avez pas beaucoup de choix. »
Borka, campement de Belville, Belgrade (Serbie).

Les Roms qui vivent dans des campements de fortune en Serbie sont expulsés de force de chez eux sans bénéficier de la moindre forme de protection juridique. Amnesty International engage le gouvernement serbe à introduire une nouvelle loi afin de protéger leurs droits.

La majorité des personnes vivant dans des installations précaires en Serbie sont des Roms. À Belgrade, la plus grande ville du pays et celle qui se développe le plus rapidement, les autorités procèdent fréquemment à des expulsions forcées de Roms dans le but de faire de la place pour de nouveaux bâtiment ou des projets d'infrastructure.

De nombreuses personnes se trouvent prises au piège dans un cercle vicieux, forcées de se déplacer d'un site d'installations précaires à un autre, privées de certains de leurs droits les plus fondamentaux tels que le droit à un logement convenable, à l'emploi, à la santé et à l'éducation.

Les expulsions forcées bafouent le droit à un logement convenable et entraînent souvent des atteintes à d'autres droits humains.

Aux termes du droit international, les autorités serbes ont pour obligation d'empêcher, d'interdire et de faire cesser les expulsions forcées. Elles doivent agir immédiatement, en adoptant une loi interdisant les expulsions et en protégeant les Roms contre la perte de leur logement, de leurs moyens de subsistance et, bien souvent, de leurs seuls biens.

Passez à l'action ! Lancez un appel à Božidar Djelić, vice-premier ministre serbe à la tête du Conseil pour l'amélioration de la situation des Roms :


Monsieur le Vice-Premier ministre,

Le fait que la ville de Belgrade ait bafoué les droits fondamentaux de communautés roms vivant dans des installations précaires en procédant à des expulsions forcées me préoccupe. En Serbie, le droit national ne protège pas les personnes contre les expulsions forcées, contrairement à ce que prévoit le droit international.
Je vous demande donc instamment de proposer une nouvelle loi interdisant les expulsions forcées et offrant des garanties et des recours pour la protection des droits des personnes expulsées, conformément aux normes internationales en matière de droits humains.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de ma haute considération,

1605
Actions taken

Take Action

Campaign has expired
662,944
Total Actions taken
by people like you