Annual Report 2013
The state of the world's human rights

19 August 2011

Les Nations unies estiment que le Brésil a négligé de prévenir la mort d'une femme enceinte

Les Nations unies estiment que le Brésil a négligé de prévenir la mort d'une femme enceinte

Le Brésil doit de toute urgence améliorer les services de santé proposés aux femmes pendant et après leur grossesse, a déclaré Amnesty International vendredi 19 août après qu'un organe des Nations unies ait déterminé que ce pays avait échoué dans sa mission consistant à prévenir la mort d'une Afro-Brésilienne enceinte.

En 2002, Alyne da Silva Pimentel Teixera, jeune femme de 28 ans d'ascendance africaine, était enceinte de six mois de son deuxième enfant lorsqu'elle est morte après avoir reçu des soins insuffisants dans un centre médical d'un des quartiers les plus pauvres de Rio de Janeiro.

Sa mère a porté plainte, et le Comité des Nations unies pour l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes a récemment déterminé que le Brésil n'avait pas fourni à la jeune femme les soins de santé maternelle que son état exigeait et lui avait infligé des discriminations sur la base de son genre, de son appartenance ethnique et de son statut socioéconomique.

C'est la première fois qu'un organe international de protection des droits humains intervient dans un cas individuel et détermine que les gouvernements ont le devoir de prévenir la mortalité maternelle et de protéger les droits des femmes et des jeunes filles enceintes.

« L'incapacité du gouvernement à prévenir les décès ou les lésions survenant durant la grossesse est une forme de discrimination contre les femmes et les jeunes filles, qui affecte leurs droits à la vie, la santé et l'égalité », a déclaré Widney Brown, directrice générale chargée des questions relatives au droit international et à la stratégie politique à Amnesty International.

« Non seulement Alyne da Silva a reçu des soins insuffisants ayant mené à son décès, qui était totalement évitable, mais les discriminations que subissent les femmes Afro-Brésiliennes ont en outre joué un rôle dans la qualité des soins qui lui ont été prodigués. Il est positif que le Comité ait expressément reconnu que les femmes peuvent subir de multiples formes de discrimination - et dans ce cas, ce fut fatal. »

Alyne da Silva, qui était mariée et dont le premier enfant, une fille, avait quatre ans à l'époque, approchait de la fin de son second trimestre de grossesse lorsqu'elle s'est rendue à son centre médical le 11 novembre 2002 car elle souffrait de fortes douleurs à l'estomac et de nausées.

Les Nations unies ont estimé que le personnel du centre de santé a mal diagnostiqué ses symptômes et a tardé à lui prodiguer des soins d'urgence. Deux jours plus tard, des médecins ont déclenché son accouchement car le rythme cardiaque du fœtus n'était plus détectable.

Après avoir donné naissance à un enfant mort-né, Alyne da Silva s'est sentie désorientée ; le 14 novembre 2002, une partie du placenta a été retirée chirurgicalement. Bien que son état ait continué à se dégrader après cette opération, le personnel du centre de santé a assuré à sa famille qu'elle allait bien.

La nuit du 15 novembre 2002, Alyne da Silva a été transférée à l'hôpital après avoir sombré dans le coma plus tôt ce jour-là. Malgré la gravité de son état, elle avait été forcée à attendre pendant des heures au centre de santé tandis qu'on lui refusait un lit d'hôpital ou un transfert en ambulance.

La jeune femme est morte le lendemain soir à l'hôpital des suites d'une hémorragie résultant, selon les médecins, de l'accouchement. Avant sa mort, le personnel de l'hôpital et les membres de la famille d'Alyne da Silva se sont à de multiples reprises vu refuser l'accès à son dossier médical par le centre de santé local.

« Alyne a perdu la vie à la suite de négligences et de discriminations. Les autorités brésiliennes doivent accorder des réparations aux membres de sa famille, qui ont perdu une mère, une épouse et une fille », a ajouté Widney Brown.

« Le Brésil doit veiller à ce que son système de santé public réponde aux besoins des femmes et des jeunes filles, ce qui relève de leur obligation de respecter le droit à la santé. Les femmes doivent pouvoir bénéficier de soins de santé satisfaisants pendant et après leur grossesse, quel que soit leur niveau de salaire ou leur appartenance ethnique. Aucune autre femme ne doit souffrir de la sorte. »

Le taux de mortalité maternelle au Brésil est élevé compte tenu des forts progrès enregistrés par ce pays sur le plan économique ces dernières années. Les femmes indigènes, pauvres et afro-brésiliennes sont beaucoup plus susceptibles que les autres Brésiliennes de mourir au cours de leur grossesse ou de leur accouchement.

L'affaire a été portée devant les Nations unies par la mère d'Alyne de Silva, qui était représentée par le Centre pour les droits reproductifs et l'ONG brésilienne Advocacia Cidadã pelos Direitos Humanos. Amnesty International et d'autres ont soumis au Comité des mémoires destinés à l'éclairer.

Read More

Brésil. Les Nations unies demandent au Brésil de rendre des comptes dans le domaine de la mortalité maternelle (déclaration publique, 17 août 2011)
Santé maternelle et droits sexuels et reproductifs
(campagne thématique d'Amnesty International)

Country

Brazil 

Region

Americas 

Issue

Demand Dignity 
Discrimination 
Economic, Social and Cultural Rights 
Medical And Health 
Poverty 
Women 

Campaigns

Demand Dignity 

@amnestyonline on twitter

News

21 August 2014

Children accused of being members of armed groups in the conflict in Mali are languishing in adult jails while human rights abuses continue.

Read more »
15 August 2014

The number of killings perpetrated by the police is on the rise again in the Dominican Republic whilst legislation intended to fix the problem stalls and stagnates in Congress... Read more »

29 August 2014

The execution of two men in Japan on Friday flies in the face of growing calls in the country to halt the use of capital punishment, said Amnesty International.

Read more »
29 August 2014

Russia’s official branding of a civil society organization as a “foreign agent”, an expression akin to “spying”, for speaking out on Ukraine is a sign of the country’s... Read more »

29 August 2014

Peaceful activist Mohamed Bachir Arab has been held in secret since he was arrested by the Syrian intelligence forces on 2 November 2011. He is one of Syria's many "disappeared... Read more »