09 January 2012
10 ans après : mettez fin aux détentions à Guantánamo

Le soleil se couche sur le camp X-Ray, au premier jour de son entrée en activité (base navale de Guantánamo, Cuba, le 11 janvier 2002). © Département de la Défense des États-Unis

Le 11 janvier 2002, à la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, les premiers détenus étaient transférés à la base navale américaine de Guantánamo Bay, à Cuba. Depuis lors, le centre de détention de Guantánamo a fait les gros titres de l'actualité dans le monde entier en raison des dérives choquantes en termes de droits humains qui lui étaient associées, notamment les détentions arbitraires, les détentions secrètes, les actes de torture et autres mauvais traitements, les « restitutions » et les procès iniques.

Dix ans après, plus de 150 détenus demeurent incarcérés à Guantánamo Bay. La majorité d'entre eux sont maintenus en détention sans inculpation ni jugement pour une durée indéterminée. Ceux qui ont été inculpés risquent d'être jugés de manière inéquitable par des commissions militaires, et certains pourraient encourir la peine de mort s'ils sont reconnus coupables. D'après le gouvernement, même ceux qui seront déclarés non coupables pourraient être de nouveau détenus pendant une période indéterminée. Il n'y a pour ainsi dire ni obligation de rendre des comptes ni réparation pour les violations des droits humains dont ils sont, ainsi que d'autres détenus, victimes.

Les préoccupations relatives aux droits humains à Guantánamo Bay sont loin d'être apaisées. Combien de temps encore avant que le gouvernement des États-Unis ne referme le chapitre de Guantánamo et honore ses obligations en termes de droits humains ?

Signez notre pétition ci-dessous. Nous la remettrons au président Barack Obama avant qu'il ne prononce son discours sur l'état de l'Union de 2012.


Nous appelons le président des États-Unis Barack Obama à mettre fin aux détentions à Guantánamo Bay, question relative aux droits humains qui requiert son attention de toute urgence.

•  Les détenus de Guantánamo doivent être inculpés et poursuivis dans le cadre de procès équitables, ou être remis en liberté dans des pays qui respecteront leurs droits fondamentaux, y compris aux États-Unis si c'est la seule option possible.

•  Il convient d'abandonner le système des commissions militaires, qui ne respectent pas les normes internationales d'équité, et de ne plus requérir la peine de mort.

•  Les représentants de l'État américain, encore en fonction ou non, qui ont bafoué les droits fondamentaux doivent rendre compte de leurs actes, notamment concernant les crimes relevant du droit international tels que la torture et les disparitions forcées, et comparaître devant la justice. Quant aux victimes d'atteintes aux droits humains, elles doivent avoir véritablement accès à des recours utiles.

•  Les États-Unis doivent reconnaître que le droit international relatif aux droits humains s'applique, y compris lors des opérations de lutte contre le terrorisme, et le respecter pleinement, notamment eu égard aux centres de détention de Guantánamo, de Bagram en Afghanistan et ailleurs dans le monde.

8131
Actions taken

Take Action

Campaign has expired
663,219
Total Actions taken
by people like you