Annual Report 2013
The state of the world's human rights

24 February 2012

Les propos des dirigeants tunisiens fragilisent les droits humains

Les propos des dirigeants tunisiens fragilisent les droits humains
Le ministre tunisien des Droits de l'homme, Samir Dilou, a été appelé à revenir sur ses propos homophobes.

Le ministre tunisien des Droits de l'homme, Samir Dilou, a été appelé à revenir sur ses propos homophobes.

© Amnesty International


Ces commentaires sont extrêmement décevants, en particulier venant de la personne même qui devrait veiller à la protection des droits humains de tous les Tunisiens.
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

Amnesty International a écrit au ministre tunisien des Droits de l'homme pour lui exprimer son inquiétude concernant les propos qu'il a tenus sur l'homosexualité lors d'une interview télévisée au début du mois de février 2012.

Dans une lettre en date du 23 février, l'organisation a exhorté Samir Dilou, ministre des Droits de l'homme et de la Justice de transition, à revenir sur ses propos du 4 février, dans lesquels il déclarait que l'homosexualité n'était pas un droit humain et était une perversion qui nécessitait un traitement médical.

Répondant à des questions sur la naissance d'un magazine gay en Tunisie, Samir Dilou a aussi affirmé que « la liberté d'expression a ses limites. Ils [les gays, les lesbiennes et les personnes bisexuelles] ne doivent pas franchir la ligne rouge fixée par notre culture, notre religion et notre civilisation. »

« Ces commentaires sont extrêmement décevants, en particulier venant de la personne même qui devrait veiller à la protection des droits humains de tous les Tunisiens », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Ce ne sont pas là que des mots. Cautionner la discrimination pour des motifs liés à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre revient à donner le feu vert aux violations les plus graves des droits humains. »

« Le ministre doit revenir sur ses déclarations et défendre clairement les droits fondamentaux de tous les Tunisiens. »

Dans sa lettre, Amnesty International souligne que cela fait plusieurs dizaines d'années que l'homosexualité n'est plus considérée comme une maladie ni une « perversion » par les organisations et associations médicales internationales.

L'Organisation mondiale de la santé l'a officiellement retirée de sa Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes en 1990, et elle ne figure plus dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux depuis 1973.

Des études ont montré que les commentaires homophobes tenus par des dirigeants et des gouvernements avaient des retombées sur l'opinion publique et pouvaient amener les gens à penser que la discrimination, l'intimidation et les attaques à l'égard des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles étaient acceptables.

Amnesty International a souligné que ce n'était pas la première fois ces derniers mois que des membres de la nouvelle élite politique tunisienne faisaient des déclarations fragilisant les droits humains.

Ainsi, le 23 janvier 2012, Sadok Chourou, député du parti Ennahda (Renaissance) – qui a remporté une majorité de sièges à l'Assemblée constituante du pays – a tenu au Parlement un discours dans lequel il justifiait le recours à la violence contre les manifestants, affirmant que le Coran permettait de tuer, de crucifier ou d'amputer des mains ou des pieds ceux qui sèment le « désordre sur la terre ».

Le 9 novembre 2011, un autre député d'Ennahda, Souad Abderrahim, a pour sa part déclaré à la radio que l'État ne devait pas aider les mères célibataires car leur comportement n'était pas conforme à la culture tunisienne et ne devait pas être encouragé.

Ce courrier d'Amnesty International intervient à l'heure où les autorités tunisiennes sont soumises à une pression croissante leur demandant de montrer la voie en matière de droits humains.

Mi-février, la visite en Tunisie de Wajdi Ghoneim, éminent prédicateur égyptien connu pour ses prises de position favorables aux mutilations génitale féminines (MGF), a suscité une vaste controverse et a conduit la ministre tunisienne des Affaires de la femme à dénoncer publiquement cette pratique.

« Nous saluons le fait qu'une ministre ait pris fermement position contre la pratique des MGF », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui.

« Malheureusement, de telles déclarations sont réduites à néant par d'autres qui cautionnent les violations des droits humains. »

« En tenant ce type de discours à propos de groupes vulnérables ou marginalisés ou des contestataires, les membres de l'élite politique tunisienne fragilisent les droits humains et ouvrent clairement la voie à leur violation. »

« Les autorités tunisiennes ne doivent pas se contenter de manifester un attachement de pure forme aux droits humains, mais être réellement moteurs dans leur protection. »

Issue

Freedom Of Expression 
MENA unrest 
Sexual Orientation and Gender Identity 

Country

Tunisia 

Region

Middle East And North Africa 

@amnestyonline on twitter

News

30 January 2015

Zimbabwean President Robert Mugabe should use his position as the Chairperson of the African Union to address key human rights concerns in different parts of the... Read more »

01 February 2015

Tens of thousands of individuals born in the Dominican Republic, the vast majority of Haitian descent, will be put at risk of expulsion when the deadline to register for... Read more »

26 January 2015

Tucked in a dark corner of a secret detention centre in The Philippines was a mock-up of the multicolour wheel used in the "Wheel of Fortune". But rather than spinning for... Read more »

30 January 2015

The UK authorities must respond urgently to a statement today by a former Bush Administration staffer that interrogations of CIA detainees took place on the British... Read more »

01 February 2015

The continuing plight of Al Jazeera journalists Baher Mohamed and Mohamed Fahmy must not be forgotten as their colleague Peter Greste is deported from Egypt, said Amnesty... Read more »