Annual Report 2013
The state of the world's human rights

13 December 2007

Ouganda: les victimes de violences sexuelles sont privées de justice

Ouganda: les victimes de violences sexuelles sont privées de justice
En Ouganda, le système judiciaire ne protège pas les femmes et les filles qui ont subi des agressions sexuelles. Du fait que ce système ignore, nie, voire avalise implicitement la violence contre les femmes, les auteurs des crimes restent en liberté.

Nombre de femmes et de filles craignent de signaler les viols et les autres formes de violence, non seulement en raison de l’hostilité et de l’opprobre de leur communauté, mais aussi parce qu’elles n’ont pas confiance en la justice.

La violence contre les femmes est endémique en Ouganda. Le conflit entre l’Armée de résistance du Seigneur et les forces gouvernementales, qui a duré vingt et un ans et s’est terminé en 2006, s'est caractérisé par un ensemble de violences sexuelles contre les femmes et les filles. La situation de ces dernières reste dramatique, malgré la fin des hostilités.

La violence (viols, atteintes sexuelles contre des enfants et autres agressions physiques) est omniprésente et ses auteurs sont multiples: forces gouvernementales, agents responsables de l’application des lois, dirigeants des conseils locaux et membres de la famille.

Les personnes qui signalent des violences sexuelles se heurtent à différents obstacles qui entravent l’accès à la justice.

•    Souvent, il n’y a pas d’agent de police pour l’enregistrement des plaintes, et les postes de police sont rares. Dans certaines zones, la police est pratiquement absente. Les policiers sont souvent réticents lorsqu’il s’agit d’enquêter sur des affaires impliquant des soldats ou des violences au sein de la famille (le viol marital n'est pas considéré comme un crime au regard de la loi).
•    Les frais résultant des procédures peuvent décourager les victimes. Celles-ci doivent souvent prendre en charge les dépenses liées à leur affaire (frais médicaux, repas des policiers en cours d'enquête, repas du suspect en détention).
•    Les tribunaux sont rarement efficaces et généralement surchargés. De ce fait, très peu d'affaires ont une conclusion satisfaisante.

Le gouvernement ougandais doit immédiatement:

1.    remédier aux dysfonctionnements du système judiciaire qui empêche les femmes et les filles d’avoir accès à la justice;
2.    faire de la justice effective une priorité.

.

Read More


Issue

Impunity 
Trials And Legal Systems 
Women 

Country

Uganda 

Region

Africa 

Campaigns

Stop Violence Against Women 

@amnestyonline on twitter

News

30 January 2015

Zimbabwean President Robert Mugabe should use his position as the Chairperson of the African Union to address key human rights concerns in different parts of the... Read more »

22 January 2015

The Attorney General of Mexico has failed to properly investigate all lines of inquiry into allegations of complicity by armed forces and others in authority in the... Read more »

26 January 2015

Tucked in a dark corner of a secret detention centre in The Philippines was a mock-up of the multicolour wheel used in the "Wheel of Fortune". But rather than spinning for... Read more »

30 January 2015

The UK authorities must respond urgently to a statement today by a former Bush Administration staffer that interrogations of CIA detainees took place on the British... Read more »

30 January 2015

Last night’s royal decree offering pardons for Saudi Arabian prisoners convicted on “public rights” charges will only be a step in the right direction if the releases do not... Read more »