Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

20 September 2012

Mali. Les civils paient un lourd tribut au conflit

Amputations et autres châtiments corporels, violences sexuelles, harcèlement quotidien dans le but d'imposer de nouvelles mœurs, enfants soldats, exécutions extrajudiciaires : tel est le lot des civils pris dans le conflit qui secoue le Mali depuis le début de l'année, dénonce Amnesty International dans un document publié ce jour.

« Aujourd'hui les parties au conflit armé s'observent sans s'affronter directement. Cependant les civils, de part et d'autre de la ligne qui divise le pays en deux, continuent de payer un lourd tribut », déclare Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'ouest, de retour d'une mission de 15 jours au Mali.

« Alors que le conflit peut reprendre à tout moment, il est essentiel que les parties en présence assurent la protection des populations civiles dans le strict respect du droit international humanitaire et des droits humains. »

Au Nord, le nombre de châtiments corporels imposés à des personnes accusées d'avoir commis des crimes, par les groupes islamistes armés, à la suite de parodies de procès, ne cessent de croître.

Depuis le mois d'août, sept personnes accusées de vol ou de braquage ont été amputées à la suite de décisions expéditives.

Le 8 août, Alhader Ag Almahmoud, éleveur tamasheq (touareg), accusé d'avoir volé du bétail, a été amputé de la main droite à la suite d'un procès méprisant les garanties essentielles prévues par le droit international. Cet homme a raconté à Amnesty International :

« J'étais assis au milieu de plus de dix personnes dont le chef du MUJAO [Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest]. Les questions n'ont pas dépassé les dix minutes […] La majorité a déclaré que j'étais coupable et qu'il fallait appliquer la Charia en me coupant la main droite au niveau du poignet. […] Avant l'amputation de ma main, le propriétaire du bétail volé est venu déclarer que les bêtes avaient été retrouvées. »

Les femmes continuent d'être victimes de violences sexuelles. Une jeune fille âgée de quatorze ans a été violée à Tombouctou par un membre de la « police » mise en place par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Un résident de la ville a témoigné auprès d'Amnesty International :

« Cet homme, un Burkinabè, a été arrêté et condamné à cent coups de bâton. L'homme a également été condamné à épouser la jeune fille, à être exclu de la police, et à s'exiler de Tombouctou durant un an. Il a reçu 11 coups de bâton sur la place Sankoré, mais il n'a pas épousé sa victime, n'a pas été expulsé de Tombouctou et continue de faire partie de la police d'AQMI. »

Amnesty International lance un appel aux groupes islamistes armés pour qu'ils mettent un terme aux châtiments corporels, y compris les lapidations et amputations ainsi qu'aux violences à l'égard des femmes.

Par ailleurs, le recours à des enfants soldats par les groupes islamistes armés dans le Nord et des milices d'autodéfense dans la zone gouvernementale persiste.

La délégation a pu avoir accès à des camps d'entraînement de milices d'autodéfense et a rencontré des enfants recrutés et entraînés dans la perspective d'une offensive destinée à reprendre le contrôle du Nord du pays.

Les responsables de ces camps ont déclaré à Amnesty International que leurs milices étaient entraînées et armées par des militaires et d'anciens soldats maliens. Un des responsables du camp des Forces de libération du Nord (FLN), à Sévaré, a dit :

« Les jeunes viennent de toutes les régions du Mali pour un seul objectif : libérer le Nord et rentrer chez nous. Ici on n'est pas chez nous, nous avons nos familles dans le Nord. Le pays est pour tous, c'est le même Mali. Nous avons notre bétail et nos biens dans le Nord. Ici on fait de la formation militaire, les combats. La seule relation entre nous et Ansar Eddin et le MUJAO, c'est la guerre. […] ».

Plus récemment, le conflit a conduit les forces gouvernementales à accroître leur surveillance de certains mouvements musulmans, soupçonnés d'être liés à ces groupes.

C'est dans ce contexte que dans la nuit du 8 au 9 septembre 2012, 16 personnes, membres d'un mouvement de prêcheurs musulmans, la Dawa, ont été arrêtées à bord d'un véhicule par des militaires maliens à Diabaly (à environ 400 km au nord-est de Bamako). Quelques heures plus tard, ces personnes ont été exécutées de manière extrajudiciaire.

« Les autorités maliennes doivent faire toute la lumière sur ces faits et traduire en justice les auteurs de ces actes », rappelle Gaëtan Mootoo.

Notes aux rédacteurs
Lors de leur mission de recherche en septembre 2012, les délégués d'Amnesty International ont enquêté à Bamako et ont pu visiter trois camps à Soufouroulaye et à Sévaré (dans le cercle de Mopti dans le centre du pays) où des enfants avaient été recrutés. Ces trois camps se trouvent situés sur des terres appartenant au gouvernement.

AI Index: PRE01/444/2012
Region Africa
Country Mali
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress