Une minorité religieuse victime de discrimination en Arménie

John Martirosyan, témoin de Jéhovah, a été emprisonné en raison de son objection de conscience.

John Martirosyan, témoin de Jéhovah, a été emprisonné en raison de son objection de conscience.

© DR


16 January 2008

Dans un nouveau rapport, Amnesty International estime que les témoins de Jéhovah sont victimes de discrimination et d’emprisonnement en Arménie à cause de leurs croyances.

De nombreux jeunes hommes appartenant à l’organisation religieuse des Témoins de Jéhovah sont emprisonnés parce que leur foi leur interdit d’accomplir leur service militaire. D’autres sont la cible d’agressions qui sont commises notamment, semble-t-il, par des membres du groupe religieux dominant en Arménie.

« Les jeunes témoins de Jéhovah continuent d’être envoyés en prison. Comme il n’existe pas de service civil en remplacement du service militaire en Arménie, Amnesty International considère ces jeunes gens comme des prisonniers d’opinion et demande leur remise en liberté immédiate et sans condition », a déclaré Laurence Broers, qui s’occupe des recherches sur l’Arménie à Amnesty International.

On estime qu’il y a 9 000 témoins de Jéhovah en Arménie. Les agressions à leur encontre se sont apparemment multipliées depuis qu’ils ont gagné en visibilité en 2004, lorsque leur groupe a été enregistré en tant qu’organisation religieuse (après une série de refus). Amnesty International est préoccupée par les informations selon lesquelles les autorités ne mènent pas d’enquêtes approfondies et n’engagent pas de poursuites judiciaires au sujet de ces atteintes aux droits humains manifestes.

Les violences ont coïncidé avec l’augmentation des frictions avec l’Église apostolique arménienne, à laquelle appartiennent officiellement environ 90 p. cent de la population.

« Les autorités arméniennes ferment les yeux sur le fait que les témoins de Jéhovah sont spécifiquement pris pour cibles, y compris, selon certaines informations, par des représentants de l’Église apostolique arménienne », estime Laurence Broers.

En tant que membre du Conseil de l’Europe, l’Arménie est tenue de proposer un véritable service civil en remplacement du service militaire obligatoire. Or, le service civil qui existe dans ce pays est placé sous le contrôle de l’armée, ce qui le rend incompatible avec les croyances des témoins de Jéhovah et d’autres personnes. À la date du 26 septembre 2007, 82 témoins de Jéhovah étaient emprisonnés en Arménie en raison de leur objection de conscience.

« Toutes les personnes emprisonnées à tort doivent être immédiatement libérées et recevoir une indemnisation appropriée. Les autorités arméniennes doivent aussi faire en sorte qu’elles ne se voient pas refuser des documents nécessaires à l’exercice de l’ensemble de leurs droits de citoyens − notamment le droit à la liberté de mouvement, le droit d’entrer dans la fonction publique ou celui de se marier », a conclu Laurence Broers.

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE