Annual Report 2013
The state of the world's human rights

23 October 2012

La Tunisie est à un tournant et doit choisir la voie des droits humains

La Tunisie est à un tournant et doit choisir la voie des droits humains
e gouvernement actuel de la Tunisie est en train de saper les avancées qui avaient été réalisées en matière de droits humains après la chute de Ben Ali.

e gouvernement actuel de la Tunisie est en train de saper les avancées qui avaient été réalisées en matière de droits humains après la chute de Ben Ali.

© FETHI BELAID/AFP/Getty Images


La Tunisie a été le berceau des événements qui ont secoué l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient en 2011. Des mesures ont été prises pour remédier aux violations commises par le passé et aller de l'avant, mais elles ne vont pas assez loin et des signes préoccupants font craindre que ces réformes et d'autres qui devraient être engagées de toute urgence ne soient en danger.
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

Les progrès réalisés en Tunisie en matière de droits humains après le renversement du président Ben Ali sont battus en brèche par l'équipe gouvernementale actuellement au pouvoir, qui suscite des doutes sur son engagement en faveur de réformes, a déclaré Amnesty International à l'occasion du premier anniversaire de l'élection de l'Assemblée constituante.

Dans une nouvelle synthèse intitulée Un pas en avant, deux pas en arrière ? Un an après les élections historiques en Tunisie, l'organisation examine les défis auxquels a été confrontée la Tunisie en matière de droits humains depuis les élections d'octobre 2011, décrit les tendances préoccupantes et fait une série de recommandations détaillées.

Dans les mois qui ont suivi la chute de Zine El Abidine Ben Ali, le gouvernement provisoire a engagé le pays dans la voie des réformes, notamment en ratifiant d'importants traités internationaux relatifs aux droits humains.

Les autorités ont également procédé à la libération de prisonniers politiques et de prisonniers d'opinion incarcérés avant le soulèvement ; elles ont promulgué une nouvelle loi sur la liberté de la presse et levé des restrictions qui pesaient sur la création d'associations.

Cependant, le nouveau gouvernement n'a pas maintenu ces initiatives et plusieurs déconvenues font douter de la sincérité de l'engagement de la Tunisie en faveur des droits humains.

« La Tunisie a été le berceau des événements qui ont secoué l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient en 2011, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe d'Amnesty International pour cette région du monde. Des mesures ont été prises pour remédier aux violations commises par le passé et aller de l'avant, mais elles ne vont pas assez loin et des signes préoccupants font craindre que ces réformes et d'autres qui devraient être engagées de toute urgence ne soient en danger. »

Au cours des derniers mois, les restrictions de la liberté d'expression se sont durcies, des journalistes, des artistes, des personnes critiques à l'égard du gouvernement, des écrivains et des blogueurs ont été pris pour cibles, sous couvert de maintien de l'ordre public et moral. Ceux qui ont été blessés pendant le soulèvement et les proches de ceux qui ont été tués ont le sentiment que la vérité n'a pas été établie et attendent que la justice soit rendue et que des réparations leur soient accordées.

Les autorités tunisiennes n'ont pas semblé désireuses ou capables de protéger la population contre les attaques de groupes soupçonnés d'être affiliés à des groupes salafistes.

L'état d'urgence décrété le 14 janvier 2011 a été renouvelé à plusieurs reprises ; récemment encore, il a été prolongé jusqu'à la fin du mois d'octobre 2012. Les autorités ont eu recours à une force injustifiée et excessive contre les personnes qui ont continué de manifester dans la rue dans différentes villes de Tunisie pour protester contre la lenteur des réformes.

Au cours de l'année qui a suivi l'élection de l'Assemblée constituante, Amnesty International a reçu des informations faisant état d'actes de torture et d'autres formes de mauvais traitements, le plus souvent en provenance de manifestants qui ont affirmé avoir été frappés lors d'un rassemblement, d'une arrestation ou dans un centre de détention.

Autre signe préoccupant, le nouveau gouvernement de la Tunisie a rejeté récemment une recommandation du Conseil des droits de l'homme des Nations unies qui, dans le cadre de l'Examen périodique universel, recommandait aux autorités du pays d'abroger les dispositions du droit tunisien discriminatoires à l'égard des femmes, d'abolir la peine capitale et de dépénaliser les relations sexuelles entre personnes de même sexe.

« La Tunisie est à un tournant. Les autorités doivent se saisir de cette occasion historique qui leur est donnée en remédiant aux atteintes aux droits fondamentaux commises par le passé et en intégrant dans la législation et dans la pratique les droits humains universels, pour que l'état de droit règne réellement dans la nouvelle Tunisie. »

« La Constitution, qui doit être finalisée dans les prochains mois, constitue un test et montrera si la Tunisie est fermement ancrée ou non dans le respect des droits humains et la primauté du droit. »

Issue

Activists 
Death Penalty 
Discrimination 
Economic, Social and Cultural Rights 
Freedom Of Expression 
Human Rights Standards 
Impunity 
MENA unrest 
Women 

Country

Tunisia 

Region

Middle East And North Africa 

Index card

Tunisia: One step forward, two steps back? One year since Tunisia’s landmark elections

Download:


This document is also available in:

Arabic
Spanish
French

@amnestyonline on twitter

News

21 August 2014

Children accused of being members of armed groups in the conflict in Mali are languishing in adult jails while human rights abuses continue.

Read more »
15 August 2014

The number of killings perpetrated by the police is on the rise again in the Dominican Republic whilst legislation intended to fix the problem stalls and stagnates in Congress... Read more »

29 August 2014

The execution of two men in Japan on Friday flies in the face of growing calls in the country to halt the use of capital punishment, said Amnesty International.

Read more »
29 August 2014

Russia’s official branding of a civil society organization as a “foreign agent”, an expression akin to “spying”, for speaking out on Ukraine is a sign of the country’s... Read more »

29 August 2014

Peaceful activist Mohamed Bachir Arab has been held in secret since he was arrested by the Syrian intelligence forces on 2 November 2011. He is one of Syria's many "disappeared... Read more »