Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

2 January 2013

Chine. La mort en prison d'un écrivain ouïghour représente un «coup dur» pour la liberté

La mort présumée d'un célèbre écrivain ouïghour dans une prison chinoise donne une triste image de l'état de la liberté d'expression en Chine et met en relief les conditions de détention très dures dans le pays, a déclaré Amnesty International mercredi 2 janvier 2013.

Si les informations indiquant que l'auteur Nurmemet Yasin serait mort ont été communiquées il y a seulement quelques jours, il semble qu'il serait en réalité décédé en 2011 à la prison de Shaya, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (ouest de la Chine).

« Nurmemet Yasin n'aurait jamais dû être incarcéré et, si elle est confirmée, la mort de ce jeune écrivain en prison remet sérieusement en question la notion de justice du gouvernement chinois », a affirmé Catherine Baber, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

Amnesty International demande aux autorités chinoises de confirmer ou, le cas échéant, d'infirmer les informations selon lesquelles Nurmemet Yasin serait décédé.

Nurmemet Yasin a été emprisonné pour « incitation au séparatisme » à cause de l'une de ses nouvelles, dont le titre signifie « Le pigeon sauvage ». Il s'agit de l'histoire, narrée à la première personne, d'un jeune prince pigeon qui, capturé par des humains, choisit de se suicider plutôt que de vivre en captivité.

« Le poison de la fraise s'écoule en moi comme l'annonce de la liberté, en même temps que la reconnaissance de pouvoir enfin mourir librement », explique le narrateur vers la fin de l’histoire. « C'est comme si les flammes de mon âme s'élançaient libres dans le ciel. »

On en sait peu sur la mort de l'écrivain, mais on pense qu'il était en mauvaise santé pendant qu'il était incarcéré et les conditions de détention à la prison de Shaya sont connues pour être extrêmement dures. Le dissident bien connu Gao Zhisheng, avocat spécialiste des droits humains, est détenu dans la même prison.

Nurmemet Yasin a été arrêté en 2004, après la publication de la nouvelle Le Pigeon sauvage dans une revue littéraire de Kachgar, et condamné à 10 ans de réclusion à l'issue d'un procès inéquitable.

Il faisait partie des quelques prisonniers rencontrés par le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture en 2005 lors de la visite de ce dernier en Chine.

Écrivain et poète prolifique, Nurmemet Yasin était membre honoraire des Centres américain et anglais de l'organisation internationale Pen, ainsi que du Centre indépendant chinois. Il a publié trois recueils de poésie et certains de ses écrits figurent dans les manuels scolaires utilisés pour l’enseignement du ouïghour.

« Les autorités chinoises doivent se rendre compte qu'envoyer des écrivains pacifiques mourir lentement en prison ne détruira jamais leurs écrits et ne domptera pas le désir ardent de liberté qu'inspirent leurs œuvres », a souligné Catherine Baber.

AI Index: PRE01/001/2013
Region Asia And The Pacific
Country China
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress