Annual Report 2013
The state of the world's human rights

9 January 2013

Arabie saoudite : une employée de maison décapitée en violation des normes internationales

Arabie saoudite : une employée de maison décapitée en violation des normes internationales
Le gouvernement sri-lankais avait exhorté le roi d'Arabie saoudite à user de son droit de grâce pour empêcher l'exécution de Rizana Nafeek.

Le gouvernement sri-lankais avait exhorté le roi d'Arabie saoudite à user de son droit de grâce pour empêcher l'exécution de Rizana Nafeek.

© Ishara S.KODIKARA/AFP/Getty Images


Malgré les nombreux appels les suppliant d'intervenir pour empêcher l'exécution de Rizana Nafeek, les autorités saoudiennes n'ont pas renoncé à cette exécution, témoignant une nouvelle fois d'un terrible décalage entre leurs actes et leurs obligations internationales relatives à la peine de mort.
Source: 
Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

La décapitation, mercredi 9 janvier 2013, d'une employée de maison sri-lankaise en Arabie saoudite pour un crime qu'elle aurait commis alors qu'elle était encore mineure montre une nouvelle fois que ce royaume du Golfe manque cruellement à ses obligations aux termes des normes internationales relatives à la peine de mort, a déclaré Amnesty International.

Rizana Nafeek a été exécutée à Dawadmi, une ville située à l'ouest de la capitale saoudienne, Riyadh, mercredi 9 janvier au matin. Accusée d'avoir tué, alors qu'elle n'avait que 17 ans, un nourrisson dont elle s'occupait, elle avait été condamnée à mort par un tribunal de Dawadmi le 16 juin 2007.

Au début de la semaine, Amnesty International et le gouvernement sri-lankais avaient exhorté le roi Abdallah d'Arabie saoudite – qui a ratifié la condamnation à mort – à lui accorder sa grâce, compte tenu de son jeune âge au moment des faits qui lui étaient reprochés et des doutes concernant l'équité de son procès.

« Malgré les nombreux appels les suppliant d'intervenir pour empêcher l'exécution de Rizana Nafeek, les autorités saoudiennes n'ont pas renoncé à cette exécution, témoignant une nouvelle fois d'un terrible décalage entre leurs actes et leurs obligations internationales relatives à la peine de mort », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

En tant qu'État partie à la Convention relative aux droits de l'enfant, l'Arabie saoudite n'a pas le droit d'appliquer la peine de mort à des personnes qui avaient moins de 18 ans au moment des faits qui leur sont reprochés. En cas de doute sur l'âge de l'accusé, celui-ci doit être considéré comme un mineur délinquant tant que l'accusation n'est pas en mesure de prouver sa majorité.

Avant l'exécution de Rizana Nafeek, le président sri-lankais, Mahinda Rajapakse, avait appelé le roi d'Arabie saoudite à user de son droit de grâce ; le Parlement du Sri Lanka a semble-t-il observé une minute de silence mercredi 9 janvier après avoir appris l'exécution de la jeune femme.

Dans une déclaration parue sur le site du ministère des Affaires étrangères sri-lankais, le président Rajapakse et le gouvernement sri-lankais ont « déploré » la décapitation de Rizana Nafeek.

Doutes quant à l'équité du procès

Le passeport que Rizana Nafeek a utilisé pour entrer en Arabie saoudite en mai 2005 mentionne une date de naissance en février 1982, ce qui voudrait dire qu'elle avait 23 ans quand elle est arrivée dans le pays pour y travailler comme employée de maison. Cependant, son certificat de naissance indique qu'elle est née six ans plus tard, ce qui fait qu'elle n'avait que 17 ans lors de la mort de l'enfant.

Selon les informations recueillies par Amnesty International, Rizana Nafeek n'a pas été autorisée à présenter son acte de naissance ni aucun autre élément attestant son âge au tribunal lors de son procès en 2007. Elle a peut-être pu le faire ultérieurement, à d'autres étapes de la procédure judiciaire, mais cela ne semble pas avoir influencé la décision des juges, qui, en Arabie saoudite, ont toute latitude pour déterminer l'âge de la majorité des jeunes accusés.

Il s'avère également que l'homme qui a traduit les déclarations de la jeune femme n'était semble-t-il pas capable de traduire correctement du tamoul à l'arabe. Il a depuis quitté l'Arabie saoudite.

Rizana Nafeek n'a pas pu bénéficier de l'aide d'un avocat pendant l'interrogatoire précédant son procès ni lors de son procès en 2007. Elle a d'abord « avoué » le meurtre pendant son interrogatoire, mais elle s'est rétractée ensuite, affirmant que ses « aveux » lui avaient été arrachés sous la contrainte après qu'elle eut été agressée physiquement en détention. Selon elle, le bébé s'est étouffé accidentellement en buvant son biberon.

L'ampleur du recours à la peine de mort

L'Arabie saoudite applique la peine de mort pour un large éventail d'infractions, et nombre des personnes exécutées ces dernières années étaient des étrangers, principalement des travailleurs migrants originaires de pays en développement.

Les procédures judiciaires dans les affaires où l'accusé encourt la peine capitale sont loin de respecter les normes internationales d'équité des procès. Les accusés sont rarement autorisés à être officiellement représentés par un avocat et, dans bon nombre de cas, ils ne sont pas informés de l'avancée des poursuites engagées contre eux.

En 2012, Amnesty International a recensé l'exécution d'au moins 79 personnes, dont 27 étrangers. Au moins deux exécutions ont déjà eu lieu en 2013 – toutes deux concernant des étrangers.

Amnesty International est opposée à la peine de mort en toutes circonstances.

Campaigns

Abolish the death penalty  

Issue

Children 
Death Penalty 
Refugees, Displaced People And Migrants 
Trials And Legal Systems 

Country

Saudi Arabia 
Sri Lanka 

Region

Asia And The Pacific 

Follow #DeathPenalty @amnestyonline on twitter

News

18 September 2014

Nigeria’s police and military routinely torture women, men, and children – some as young as 12 – using a wide range of methods including beatings, shootings and rape... Read more »

25 September 2014

El Salvador has one of the most restrictive abortion laws in the world. Abortion is totally banned in all circumstances and harsh prison sentences befall those accused of... Read more »

01 October 2014

The Chinese authorities must release all those detained for peacefully showing support for pro-democracy protests in Hong Kong.

Read more »
01 October 2014

Ukrainian and rebel forces must immediately end indiscriminate attacks in residential areas, Amnesty International said after at least nine civilians were killed in... Read more »

29 September 2014

Iranian authorities have today confirmed that a woman convicted of killing a man whom she said tried to sexually abuse her will be hanged tomorrow morning at a prison... Read more »