Annual Report 2013
The state of the world's human rights
This article in other languages:

Press releases

20 February 2013

Yémen. Les forces de sécurité ne doivent pas réprimer dans la violence les manifestations anniversaires

Les autorités yéménites doivent mettre un terme à la répression habituelle de la liberté de réunion par leurs forces de sécurité, a déclaré Amnesty International alors que des manifestations massives sont prévues jeudi 21 février 2013 dans le sud du pays.

Plusieurs marches de protestation organisées par le Mouvement du Sud, qui réclame la sécession pacifique du Yémen du Sud, doivent converger dans la ville d’Aden ce jour-là.

Ces manifestations, qui marquent le premier anniversaire de l’élection du président Abd Rabbu Mansour Hadi, surviennent 10 jours après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur une manifestation pacifique similaire à Aden, faisant deux morts.

« Le Mouvement du Sud et ses partisans ont le droit de manifester pacifiquement, et les autorités yéménites doivent respecter ce droit », a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Cela signifie que les forces de sécurité déployées pour maintenir l’ordre lors de ces manifestations ne doivent pas recourir de manière abusive à la force meurtrière contre les manifestants pacifiques, contrairement à ce qu’elles ont fait à maintes reprises ces derniers temps. »

Selon les témoignages directs recueillis par Amnesty International, le 11 février 2013, les forces de la Sécurité centrale ont ouvert le feu « sans discrimination » contre des manifestants à Aden.

Un homme qui se trouvait dans un bus, ainsi que la passagère d’une voiture, âgée de 14 ans, ont été tués, et plusieurs autres personnes auraient été blessées par des tirs à balles réelles provenant semble-t-il des forces de sécurité.

Deux jours plus tôt, une femme enceinte avait trouvé la mort à son domicile, touchée par une balle perdue tirée dans la rue par les forces de la Sécurité centrale, qui tentaient semble-t-il de disperser un sit-in du Mouvement du Sud à Aden.

Le 4 juillet 2012, les forces de la Sécurité centrale et des tireurs embusqués avaient ouvert le feu sur une manifestation pacifique à Aden, tuant trois personnes.

En octobre 2012, les forces de sécurité avaient fait irruption au domicile de Fairouz Nasser Ahmed, à Aden, semble-t-il pour y arrêter des hommes recherchés. Selon les déclarations de la famille de cette femme à la Direction générale des enquêtes pénales, les agents ont ouvert le feu sans discrimination, tuant Fairouz dans sa chambre. Il semble pourtant que la vie des agents des forces de sécurité n’était nullement menacée par les occupants de la maison.

Pour la seule année 2012, au moins 12 personnes ont tuées et des dizaines d’autres blessées à la suite d’un recours excessif à la force, y compris à la force meurtrière, par les forces de sécurité et les sympathisants du gouvernement lors de manifestations à Aden.

« À de multiples reprises, les forces de sécurité yéménites, en particulier les forces de la Sécurité centrale, ont fait preuve d’un mépris total pour les vies humaines, tuant et blessant des manifestants pacifiques et des passants », a souligné Ann Harrison.

« Dans le cadre des manifestations qui convergent vers Aden cette semaine, les forces de sécurité doivent veiller à ce que les normes internationales relatives à l’usage de la force par les responsables du maintien de l’ordre soient strictement appliquées, et doivent respecter le droit des manifestants pacifiques à la liberté d’expression et de réunion. »

AI Index: PRE01/082/2013
Region Middle East And North Africa
Country Yemen
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress