Annual Report 2013
The state of the world's human rights

22 February 2008

Portés disparus et emprisonnés depuis un an en Libye

Portés disparus et emprisonnés depuis un an en Libye
Quatorze Libyens au moins ont été arrêtés il y a un peu plus d’un an pour avoir planifié une manifestation pacifique afin de commémorer les événements qui s’étaient déroulés un an auparavant à Benghazi : 12 manifestants avaient été tués par les forces de sécurité. Douze d’entre eux risquent à présent d’être jugés selon une procédure inéquitable devant une cour de sûreté de l'État récemment instituée. On est sans nouvelles de Juma Boufayed et Abdelrahman al Qateewy depuis leur arrestation.

Idriss BoufayedLe 1er février 2007, les militants politiques Idriss Boufayed, Al Mahdi Saleh Hmeed, Ahmed Youssef al Obaidi et Bashir Qasem al Hares ont annoncé la manifestation sur des sites Internet d’information basés hors de Libye. Ils ont été arrêtés deux semaines plus tard, le 16 février 2007, en même temps qu’Alaa al Drissi et les écrivains Jamal al Hajji et Farid Mohammed al Zwai.

Idriss Boufayed, ouvertement critique à l’égard de la politique de Mouammar Kadhafi et secrétaire général de l'Union nationale pour la réforme, une organisation libyenne, a dénoncé la situation politique ainsi que la situation des droits humains dans le pays. Il a été arrêté le 16 février 2007 à son domicile à Gheryan.

Quelques heures plus tard, le frère de cet homme, Juma Boufayed, a, dans une interview téléphonique, raconté que des hommes armés s’étaient présentés au domicile familial. Comme personne n'avait ouvert, ils avaient enfoncé la porte et emmené Idriss Boufayed.

Au cours de cet entretien, Juma Boufayed a également déclaré qu'il craignait d'être lui aussi bientôt arrêté pour avoir révélé ces informations par téléphone. Juma Boufayed a effectivement été arrêté le jour-même et il a été vu une dernière fois deux jours plus tard, au domicile familial, où il avait été conduit pour y prendre son téléphone portable et son ordinateur.

Parmi ces personnes, celles qui ont été inculpées sont accusées d’infractions définies en termes vagues, notamment de « tentative de renversement du régime politique », de « détention d’armes et d’explosifs dans le but de mener des activités subversives » et de « communication avec des puissances ennemies ». Elles sont jugées devant la Cour de sûreté de l'État et risquent d’être condamnées à mort si elles sont reconnues coupables.

D’après certaines sources, toutes ont été détenues au secret de manière prolongée après leur arrestation, et au moins deux d’entre elles ont été torturées. Selon les informations reçues, durant une séance d’interrogatoire au moins, elles ont été frappées à coups de poing et à coups de bâton, soumises à la falaqa (coups assenés sur la plante des pieds) et placées dans des cercueils, dans le but de les intimider.

Elles ont en conséquence besoin de soins médicaux, mais elles n’y ont, semble-t-il, pas suffisamment accès. Les personnes actuellement incarcérées dans la prison d’Ain Zara ne sont pas autorisées à recevoir des visites de leur famille depuis leur arrestation, mais celles incarcérées dans la prison d’al Jadida ont quelquefois eu la permission de voir leurs proches.

Amnesty International demande la libération immédiate et sans condition de toutes ces personnes si elles sont détenues uniquement pour avoir exercé, de manière pourtant pacifique, leur droit à la liberté d’expression. L’organisation s’est dite préoccupée par les informations faisant état d’actes de torture et a appelé les autorités à ordonner une enquête exhaustive, impartiale et indépendante sur ces cas.

Amnesty International exhorte également les autorités à veiller à ce que les détenus aient accès aux soins médicaux nécessaires et aux avocats de leur choix, et à ce qu’ils soient autorisés à recevoir des visites de leur famille. En ce qui concerne Juma Boufayed et Abdelrahman al Qateewy, l’organisation demande aux autorités de révéler immédiatement où ils se trouvent et de veiller à ce qu’ils soient traités avec humanité.

Issue

Activists 
Disappearances And Abductions 
Freedom Of Expression 
Prisoners Of Conscience 
Trials And Legal Systems 

Country

Libya 

Region

Middle East And North Africa 

@amnestyonline on twitter

News

28 October 2014

 The Gambian authorities must heed a warning from the international community about the deteriorating human rights situation in the country, Amnesty International said... Read more »

30 October 2014

The fourth anniversary of the killing of an outspoken community leader in Maranhão state must be a wake-up call to the Brazilian government to urgently address increasing... Read more »

29 October 2014

The death sentence against a leading opposition figure in Bangladesh for war crimes will not bring justice to the millions of victims of the independence war.

Read more »
30 October 2014

 The onus is on the UK government to answer allegations for its role in the Abdul Hakim Belhaj rendition case.

Read more »
30 October 2014

Lawless militias and armed groups on all sides of the conflict in western Libya are carrying out rampant human rights abuses, including war crimes, according to a new... Read more »