Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

Comunicados de prensa

31 julio 2012

Mali. Il faut enquêter sur les disparitions, les homicides et les tortures d'opposants à la junte

Le Mali doit mettre un terme à l'engrenage infernal de violations des droits humains et ouvrir des enquêtes sur les dizaines de cas de disparitions forcées, d'exécutions extrajudiciaires et de tortures documentées par Amnesty International.

Dans un rapport publié aujourd'hui et qui fait suite à une mission de dix jours au Mali en juillet 2012, Amnesty International documente de graves violations des droits humains commises par des soldats fidèles à la junte militaire contre des militaires et des policiers impliqués dans un contre-coup d'État le 30 avril 2012.

Dans les jours qui ont suivi cette tentative de contre-coup d'État, des dizaines de militaires et de policiers ont été arrêtés et conduits au camp militaire de Kati (à 20 kilomètres au nord de Bamako, la capitale). Ils y ont été détenus durant plus de 40 jours dans des conditions effroyables et soumis à des tortures et des sévices sexuels. Vingt-et-un détenus ont été enlevés de leur cellule en pleine nuit et on est sans nouvelles d'eux depuis lors.

« Les autorités maliennes ont l'obligation d'enquêter sur tous les cas que nous avons documentés. Les personnes responsables de ces atrocités qui visaient à venger la tentative de contre-coup d'État doivent répondre de leurs actes », a déclaré Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'ouest.

« Ces actes de vengeance vont à l'encontre des obligations internationales relatives aux droits humains qui incombent au Mali et des mesures doivent être prises afin de s'assurer que la junte militaire ne puisse plus agir en toute impunité. »

Le rapport d'Amnesty International décrit les conditions dans lesquelles au moins 21 personnes ont été victimes de disparitions forcées après avoir été enlevées de leur cellule dans la nuit du 2 au 3 mai 2012.

L'un des co-détenus de ces disparus a raconté à Amnesty International :

« Vers 2 heures du matin, la porte de notre cellule s'est ouverte. Nos geôliers sont restés devant la porte et ils ont commencé à lire une liste. Un à un, les militaires appelés sont sortis. Nous n'avons plus revu nos compagnons de cellule depuis cette date. »

Amnesty International s'inquiète également du sort d'un certain nombre de soldats blessés lors du contre-coup d'État qui ont été enlevés, le 1er mai 2012, par des membres de la junte militaire à l'hôpital Gabriel Touré de Bamako où ils étaient soignés. En dépit de ses demandes, Amnesty International n'a pas pu obtenir la liste de ces militaires ni établir le lieu où ils se trouvent.

Les prisonniers ont décrit les conditions inhumaines et dégradantes auxquelles ils ont été soumis au camp militaire de Kati. Détenus en sous-vêtements dans une cellule de cinq mètres carrés qui a contenu jusqu'à plus de 80 personnes, les prisonniers ont été contraints de faire leurs besoins dans un sac en plastique et ont été privés de nourriture pendant les premiers jours de leur détention. Certains détenus ont été régulièrement extraits de la cellule pour être passés à tabac.

Un prisonnier a décrit la manière dont on l'avait été torturé dans le but de lui extorquer des « aveux » :

« Ils nous ont demandé d'avouer que nous voulions faire un coup d'État. Ils nous ont fait coucher sur le ventre, ils nous ont menottés les mains dans le dos et les ont liées à nos pieds. L'un des militaires a enfoncé un chiffon à l'aide d'un bâton dans nos bouches. On ne pouvait plus parler et encore moins crier. Ils ont éteint des cigarettes sur nos corps et l'un d'eux en a éteint une dans mon oreille gauche. »

Dans certains cas, les prisonniers ont été victimes de sévices sexuels à Kati. Un policier a raconté :

«Nous étions au nombre de quatre, ils nous ont demandés de nous déshabiller complètement, ils nous ont ordonnés de nous sodomiser mutuellement, autrement ils nous exécuteraient. (…) Durant l'acte, nos gardes hurlaient en nous demandant d'aller plus fort. »

En 2009, le Mali a ratifié la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Ce pays est donc tenu, aux termes du droit international, de révéler sans délai le lieu où sont détenus tous les militaires et policiers qui ont disparu suite à la répression de la tentative de contre-coup d'État. Une liste de personnes disparues figure dans le rapport d'Amnesty International.

« Le gouvernement de transition du Mali a failli dans sa tâche de protection des droits humains de ses citoyens et cette absence de droit ne peut pas continuer », a déclaré Gaëtan Mootoo.

« Les responsables du système judiciaire malien doivent immédiatement initier une enquête sur ces événements très graves et restaurer la stabilité dans un pays qui a énormément souffert au cours des six derniers mois. »

Notes aux rédacteurs

  • Tous les prisonniers avec lesquels Amnesty International s'est entretenue - 17 officiers et 33 hommes de rang qui ont été arrêtés après le contre-coup d'État du 30 avril 2012 - sont actuellement détenus dans un centre de détention officiel.
  • Le contre-coup d'État du 30 avril a opposé des parachutistes connus sous le nom de « bérets rouges » et favorables à l'ancien président Touré et des militaires connus sous le nom de « bérets verts » qui soutenaient le putsch du capitaine Sanogo.
  • La répression, qui a fait suite à ce contre-coup d'État, a été d'autant plus violente que les militaires et policiers arrêtés n'ont pas été incarcérés dans un lieu de détention officiel mais ont été conduits au camp de Kati (à 20 km de Bamako), siège de la junte, où ils se sont retrouvés livrés, aux mains des militaires auxquels ils s'étaient opposés.
Índice AI: PRE01/372/2012
Región África
País Malí
Si deseas más información, ponte en contacto con Oficina de Prensa Internacional »

Oficina de Prensa Internacional

Teléfono : +44 (0) 20 7413 5566
9.30 - 17.00 GMT de lunes a viernes
Teléfono : +44 (0) 777 847 2126
Línea operativa 24 horas
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Oficina de Prensa Internacional
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Reino Unido
Sigue a la Oficina de Prensa Internacional en Twitter
@amnestypress