Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

Comunicados de prensa

2 octubre 2012

Maldives. Un membre du Parlement tué à l’arme blanche

Afrasheem Ali a été poignardé près de chez lui à Malé, la capitale des Maldives, mardi 1er octobre au petit matin. Les circonstances entourant ce meurtre restent obscures et les autorités locales n’ont pour l’instant aucun suspect.

La mort d’Afrasheem Ali, membre du Parlement appartenant au Parti progressiste des Maldives, pro gouvernemental, intervient alors que le pays traverse une période d’agitation politique, l’ancien président Mohamad Nasheed s’apprêtant à comparaître devant la justice pour son rôle présumé dans l’arrestation d’un juge.

« Amnesty International condamne ce terrible acte de violence perpétré contre Afrasheem Ali », a déclaré Abbas Faiz, spécialiste des Maldives au sein d’Amnesty International.

« Nous appelons les autorités maldiviennes à veiller à ce que l’enquête sur ce meurtre réponde aux normes internationales relatives aux droits humains et à ce qu’aucun suspect ne soit maltraité ou torturé.

« Étant donné le climat de tension qui règne actuellement aux Maldives, tous les acteurs politiques doivent faire preuve de retenue et faire en sorte que ce meurtre ne donne pas lieu à de nouvelles violences. »

Le 5 septembre 2012, Amnesty International a publié un rapport intitulé The other side of paradise: A human rights crisis in the Maldives, qui rassemble des informations sur des violations des droits humains commises par les forces de sécurité contre des manifestants en 2012.

Índice AI: PRE01/467/2012
Región Asia y Oceanía
País Maldivas
Si deseas más información, ponte en contacto con Oficina de Prensa Internacional »

Oficina de Prensa Internacional

Teléfono : +44 (0) 20 7413 5566
9.30 - 17.00 GMT de lunes a viernes
Teléfono : +44 (0) 777 847 2126
Línea operativa 24 horas
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Oficina de Prensa Internacional
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Reino Unido
Sigue a la Oficina de Prensa Internacional en Twitter
@amnestypress