Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

5 noviembre 2012

Brésil. Action sur les droits humains dans les bidonvilles en amont d’une opération de police

Brésil. Action sur les droits humains dans les bidonvilles en amont d’une opération de police
L’action «Nous sommes de Maré et nous avons des droits» vise à prévenir toute atteinte aux droits humains lors d’une opération de police de grande ampleur prévue dans des bidonvilles de Rio de Janeiro

L’action «Nous sommes de Maré et nous avons des droits» vise à prévenir toute atteinte aux droits humains lors d’une opération de police de grande ampleur prévue dans des bidonvilles de Rio de Janeiro

© Marco Derksen


Nous voulons en finir avec la notion selon laquelle tout est permis parce que l’État fait la "guerre;" au crime organisé – cela suppose notamment de mettre un terme aux atteintes aux droits des résidents des zones où les UPP s’installent.
Fuente: 
Átila Roque, directeur de la section brésilienne d’Amnesty International
Fecha: 
Lun, 05/11/2012

Amnesty International et des organisations non gouvernementales (ONG) partenaires ont décidé d’aller au devant de dizaines de milliers de résidents d’une des plus grandes favelas (bidonvilles) de Rio de Janeiro afin de veiller à ce que ceux-ci connaissent leurs droits fondamentaux, préalablement au lancement d’une opération de police visant à reprendre ce territoire à des bandes criminelles armées.

À compter du 6 novembre, Redes de Desenvolvimento da Maré, Observatório de Favelas – des ONG locales – et Amnesty International distribueront quelque 50 000 dossiers d’information à des personnes vivant dans des bidonvilles de la zone de Maré, à Rio.

Cette action – intitulée « Nous sommes de Maré et nous avons des droits » – vise à prévenir le genre de violations des droits humains qui ont été perpétrées lors de récentes opérations de ce type, dans le cadre desquelles des Unités de police pacificatrice (UPP) se sont établies à l’intérieur de favelas de Rio.

« Nous voulons en finir avec la notion selon laquelle tout est permis parce que l’État fait la " guerre " au crime organisé – cela suppose notamment de mettre un terme aux atteintes aux droits des résidents des zones où les UPP s’installent », a expliqué Átila Roque, directeur de la section brésilienne d’Amnesty International.

« Les opérations de police visant à ramener le calme dans les secteurs où la criminalité est élevée ne sont justifiables que si elles permettent de garantir les droits de l’ensemble des citoyens, à commencer par les habitants des bidonvilles. »

Les dossiers d’information actuellement distribués par ces ONG contiennent des renseignements sur les droits et devoirs des habitants des bidonvilles au cas où des policiers viendraient à leur rencontre – que ce soit dans la rue ou à leur domicile.

Un panneau inclus dans le dossier dresse une liste des actions policières considérées comme inacceptables, notamment : entrer chez des particuliers sans mandat ; pratiquer une discrimination à l’égard de personnes pour quelque raison que ce soit ; ou encore mettre la vie des résidents en danger en utilisant des armes à feu dans des zones densément peuplées.

Les organisations reconnaissent que les policiers de Rio de Janeiro sont tenus d’accomplir leur devoir, mais les exhortent à traiter les habitants de Maré avec respect et courtoisie.

Cette action s’inscrit dans les efforts actuellement déployés par des groupes de la société civile souhaitant travailler main dans la main avec les habitants des bidonvilles de Rio dans une optique de sensibilisation aux droits humains.

« L’objectif de cette action est de renforcer la position des personnes vivant dans les favelas, et de leur permettre ainsi de jouer un rôle actif dans leur propre protection et celle de leurs voisins », a précisé Eliana Silva, directrice de Redes de Desenvolvimento da Maré.

Le gouvernement fédéral et les autorités de l’État travaillent de concert afin de « pacifier » des zones à forte criminalité dans les favelas de Rio de Janeiro, avec l’objectif d’installer 40 UPP dans ces secteurs d’ici à 2014. Parallèlement au fait de rétablir l’ordre dans des zones précédemment aux mains de bandes criminelles et de milices – dans certains cas depuis plus de 20 ans – ce programme a pour but d’amener dans certains des quartiers les plus défavorisés de la ville des services sociaux qui leur font cruellement défaut.

Quelque 130 000 personnes vivent dans la zone de Maré – constituée de 16 favelas distinctes – ce qui en fait une agglomération plus peuplée que 80 % des villes brésiliennes.

« Notre hypothèse de départ est que la ville doit appartenir à tous. Nous ne pouvons tolérer qu’un policier traite les résidents différemment selon la couleur de leur peau, leurs préférences sexuelles, leur apparence physique ou leur classe sociale – que ce soit à Maré ou dans des zones mieux loties de la ville », a déclaré Jaílson Silva, coordonnateur général de l’Observatório de Favelas.

« Nous voulons que les gens s’approprient la ville et soient informés de leurs droits, première étape pour que chaque personne puisse circuler librement en toute sécurité, en commençant par son propre quartier. »<

País

Brasil 

Región

América 

Tema

Exige Dignidad 
Detención 
Discriminación 
Economic, Social and Cultural Rights 
Extrajudicial Executions And Other Unlawful Killings 
Human Rights Standards 
Impunity 
Law Enforcement 
Poverty 
Sexual Orientation and Gender Identity 
Women 

Campañas

Exige Dignidad 

@amnestyonline on twitter

Noticias

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
07 julio 2014

La condena de un destacado abogado y defensor de los derechos humanos saudí a 15 años de prisión ha asestado un nuevo golpe al activismo pacífico y la libertad de expresión en... Más »