Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

22 enero 2013

La Tunisie doit abandonner les poursuites injustement engagées contre des militants ayant dessiné des graffitis

La Tunisie doit abandonner les poursuites injustement engagées contre des militants ayant dessiné des graffitis
Ces hommes ne doivent pas faire l'objet de poursuites pénales pour ce que disaient leurs graffitis. Il est injustifiable de les menacer de peines d'emprisonnement simplement parce qu'ils ont exercé pacifiquement leur droit à la liberté d'expression
Fuente: 
Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

En Tunisie, les deux militants poursuivis parce qu'ils ont dessiné des graffitis en novembre dernier ne doivent pas être emprisonnés pour avoir exercé leur liberté d'expression, a déclaré Amnesty International mardi 22 janvier.

Oussama Bouajila, 25 ans, et Chahine Berrich, 23 ans, membres du collectif d'artistes de rue Zwewla (« Les pauvres »), qui milite contre la pauvreté, sont jugés pour « diffusion de fausses informations en vue de troubler l'ordre public », « non-respect de l'état d'urgence » et « inscriptions sur un bâtiment public sans autorisation ».

Ils ont été inculpés en novembre après avoir été surpris en train d'écrire des slogans soutenant les personnes défavorisées sur le mur d'une université à Gabès, dans le sud-est de la Tunisie.

« Ces hommes ne doivent pas faire l'objet de poursuites pénales pour ce que disaient leurs graffitis. Il est injustifiable de les menacer de peines d'emprisonnement simplement parce qu'ils ont exercé pacifiquement leur droit à la liberté d'expression », a souligné Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

Ces deux hommes encourent cinq ans d'emprisonnement s'ils sont reconnus coupables. Leur procès, qui a été reporté en décembre, reprend mercredi 23 janvier.

Ils ont été inculpés de « trouble à l'ordre public » au titre de l'article 121(3) du Code pénal, qui a été utilisé à maintes reprises par les autorités tunisiennes pour réprimer la liberté d'expression.

Cette disposition rend passible de poursuites la publication, la diffusion ou la vente d'informations qui portent atteinte à l'ordre public ou aux bonnes mœurs.

Amnesty International a déjà exprimé ses préoccupations relatives au maintien de l'état d'urgence en Tunisie et aux restrictions potentielles des droits humains que permet cette situation.

« L'état d'urgence ne doit pas être utilisé pour justifier des restrictions arbitraires de la liberté d'expression, un droit pour lequel les Tunisiens se sont battus si vigoureusement pendant la révolution il y a deux ans », a rappelé Philip Luther.

Amnesty International demande que deux des chefs d'inculpation – « diffusion de fausses informations en vue de troubler l'ordre public » et « non-respect de l'état d'urgence » – soient abandonnés.

Quant au troisième chef, « inscriptions sur un bâtiment public sans autorisation », l'organisation considère que la peine prononcée ne doit pas s'apparenter à une sanction de l'exercice de la liberté d'expression.

Tema

Activistas 
Libertad de expresión 
Revueltas en Oriente Medio 
Poverty 

País

Túnez 

Región

Oriente Medio y Norte de África 

Follow #tunisia @amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
07 julio 2014

La condena de un destacado abogado y defensor de los derechos humanos saudí a 15 años de prisión ha asestado un nuevo golpe al activismo pacífico y la libertad de expresión en... Más »