Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

2 abril 2013

Arabie saoudite : la perspective d'une condamnation à la paralysie est «intolérable»

Arabie saoudite : la perspective d'une condamnation à la paralysie est «intolérable»
Setences in cases of retribution in Saudi Arabia have included eye-gouging, tooth extraction, and death in cases of murder.

Setences in cases of retribution in Saudi Arabia have included eye-gouging, tooth extraction, and death in cases of murder.

© Armin Kübelbeck


Qu'un tel châtiment puisse être appliqué est profondément choquant, même dans un contexte où la flagellation est fréquemment imposée pour certaines infractions, comme en Arabie saoudite.
Fuente: 
Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

Un tribunal saoudien a, semble-t-il, condamné un homme à la paralysie afin de le punir pour un crime qu'il aurait commis il y a 10 ans ; cette décision est intolérable et ne doit être appliquée sous aucune circonstance, a déclaré Amnesty International mardi 2 avril.

Des informations récemment relayées par les médias saoudiens ont braqué les projecteurs sur le cas d'Ali al Khawahir, 24 ans, qui aurait été condamné en application du principe de qisas (« réparation ») dans la ville d'Al Ahsa et risque de subir une intervention visant à le priver de l'usage de ses jambes, à moins de verser une indemnisation d'un million de riyals saoudiens (soit environ 208 000 euros) à la victime.

Ali al Khawahir aurait poignardé un ami dans le dos vers 2003 ; cette agression a laissé la victime paralysée des membres inférieurs. Ali al Khawahir avait 14 ans à l'époque.

« Paralyser une personne pour la punir d'un crime serait un acte de torture », a souligné Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.

« Qu'un tel châtiment puisse être appliqué est profondément choquant, même dans un contexte où la flagellation est fréquemment imposée pour certaines infractions, comme en Arabie saoudite. »

« Il est temps pour les autorités saoudiennes de commencer à respecter les obligations auxquelles elles sont tenues en vertu du droit international, et de retirer ces terribles châtiments de la législation saoudienne. »

Une condamnation similaire, prononcée en 2010, n'a apparemment pas été appliquée.

L'Arabie saoudite condamne régulièrement des accusés à diverses formes de châtiments corporels.

La flagellation est une peine impérativement prévue par la loi pour un certain nombre d'infractions et peut également être appliquée à la discrétion des juges en remplacement ou en complément d'autres sanctions.

La majorité des peines d'amputation sont prononcées contre des individus reconnus coupables de « vol » ou de « banditisme de grand chemin », infractions sanctionnées respectivement par l'amputation de la main droite et par l'amputation croisée (main droite et pied gauche).

Dans les cas de qisas (réparation), d'autres peines prononcées ont inclus l'énucléation, l'arrachage de dents, voire la mort dans des affaires de meurtre. Dans ce type d'affaires, la victime peut demander l'exécution de la peine, réclamer une indemnisation ou accorder son pardon de manière conditionnelle ou inconditionnelle.

Si elle était appliquée, cette condamnation à la paralysie enfreindrait la Convention des Nations unies contre la torture, à laquelle l'Arabie saoudite est partie, ainsi que les Principes d'éthique médicale adoptés par l'Assemblée générale des Nations unies.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture a déclaré à ce propos : « Le châtiment corporel est en contradiction avec l'interdiction de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants » et a conclu que « que toute forme de châtiment corporel va à l'encontre de l'interdiction de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

País

Arabia Saudí 

Región

Oriente Medio y Norte de África 

Tema

Tortura y malos tratos 

@amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
25 julio 2014

Expertos de Amnistía Internacional responden a algunas cuestiones surgidas en torno al conflicto Israel/Gaza.

Más »