18 juillet 2013
Libérez les Pussy Riot

Sept membres du groupe punk des Pussy Riot, Russie, janvier 2012. © Игорь Мухин

En février 2012, des membres du groupe Pussy Riot ont fait une performance de quelques secondes dans la principale cathédrale orthodoxe de Moscou en reprenant une chanson critiquant les autorités russes. Deux femmes - Nadejda « Nadia » Tolokonnikova et Maria « Macha » Alekhina - ont été reconnues coupables de « hooliganisme » et sont en train de purger leur peine dans des colonies pénitentiaires connues pour le caractère brutal de leurs conditions de détention. Malheureusement, Macha et Nadia, qui ont toutes deux de jeunes enfants, n'ont pas bénéficié d'un report de leur peine jusqu'à ce que leurs enfants soient âgés de 14 ans. Elles n'ont pas non plus bénéficié d'une libération conditionnelle et ont formé un recours contre cette décision. Ces deux femmes sont des prisonnières d'opinion et leur sécurité suscite de vives inquiétudes.

Plus de 70 chanteurs et musiciens de renommée internationale ont répondu à l’appel mondial en faveur de la libération des deux membres incarcérés des Pussy Riot, groupe punk féminin russe, alors que doit avoir lieu cette semaine l’audience en appel consacrée à leur éventuelle libération conditionnelle.

Joignez-vous à eux et signez la pétition ci-dessous.

Monsieur le Procureur général,

Je vous écris pour vous faire part de ma vive préoccupation au sujet de Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, qui ont été condamnées à deux ans de détention dans une colonie pénitentiaire pour leur participation, en février 2012, à une action de contestation du groupe féministe punk des Pussy Riot dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou. Ces femmes, qui sont toutes deux des jeunes mères d'un peu plus de vingt ans, ont été arrêtées uniquement pour avoir exprimé de manière pacifique leurs convictions et sont donc des prisonnières d'opinion.

Je vous demande de veiller à la libération immédiate et inconditionnelle de Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova. Tant qu'elles sont incarcérées, les deux jeunes femmes ne doivent pas être maltraitées par le personnel ou les détenues de la prison et elles doivent être autorisées à entrer régulièrement en contact avec leur famille et leurs avocats.

Je me félicite par ailleurs de l'annonce de la remise en liberté d'Ekaterina Samoutsevitch, tout en conservant une inquiétude sur le caractère conditionnel de cette libération. Les trois membres du groupe Pussy Riot n'auraient jamais dû être inculpées. Je vous demande, ainsi qu'à tous les hauts responsables du pays, de respecter le droit à la liberté d'expression en Russie et de remédier immédiatement au traitement injuste qui a été réservé à ces jeunes femmes.

Je vous remercie de votre attention.

5652
appels envoyés

Passez à l'action

Pétition
663,156
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous