14 février 2008
Appelez les dirigeants kenyans à respecter et protéger les droits humains
Police officers detain an opposition supporter on December 31, 2007 during riots at the Kibera slum in Nairobi.Amnesty International appelle les dirigeants kenyans à protéger les droits humains de la population du pays.

Ce mois-ci, une journée internationale d’actions publiques et électroniques aura lieu afin de soutenir le peuple kenyan et d’exhorter le gouvernement du Kenya à protéger la population des violences ethniques et politiques.

Le 27 février, Amnesty International donnera aux gens la possibilité d’exprimer leur indignation face aux atteintes aux droits humains qui continuent au Kenya. L’organisation coordonnera une série d’événements, notamment une action en ligne sur Facebook et des manifestations dans les villes du monde entier.

Participer à l’action Facebook           Envoyer un message           Envoyer des photos           Envoyer cette page à un ami

Les élections contestées du 27 décembre 2007 ont déclenché une succession de violents affrontements et de graves atteintes aux droits humains. Au moins 1 000 personnes ont été tuées jusqu’à présent, et plus de 300 000 ont été déplacées.

Lors d’une récente visite au Kenya, Amnesty International a recensé diverses atteintes aux droits humains : homicides illégaux, incendies de maisons et déplacements forcés de certaines catégories ethniques par les milices armées, recours excessif à la force par les responsables de la sécurité, violences sexuelles contre les femmes et les filles, et violations de la liberté d’expression et de réunion.

Amnesty International a aussi recueilli des informations selon lesquelles des défenseurs et militants des droits humains auraient été menacés.

Le bilan des victimes comprend les centaines de personnes abattues par les policiers, qui étaient chargés de contenir les violences postélectorales et de disperser les manifestations organisées par le Mouvement démocratique orange (MDO), un parti d’opposition.

Par la suite, la violence provenait largement d’attaques de mieux en mieux organisées, lancées par des milices et des bandes de jeunes kalenjins et luos contre des membres de l’ethnie kikuyu, suivies de violentes représailles de la part de milices et de bandes de jeunes kikuyus.

La dimension ethnique des violences, et ses implications potentielles pour la société kenyane sur le long terme, représente une profonde source d'inquiétude.

Amnesty International appelle le gouvernement kenyan à assurer la protection des habitants du pays, qui ont enduré des souffrances continuelles ces deux derniers mois.

Les autorités doivent aussi mettre un terme au cycle d’impunité qui entretient les violences politiques.

Envoyez vos photos à cold27south@photos.flickr.com.

Pour en savoir plus

Kenyan victims of political violence speak out (article, 26 février 2008)
Des militants kenyans menacés de mort (nouvelle, 1er février 2008)
Les violences meurtrières se poursuivent au Kenya (nouvelle, 28 janvier 2008)
Kenyan police fire at protesters (nouvelle, 18 janvier 2008)
Meurtres politiques sur fond de contestation des résultats électoraux au Kenya (nouvelle, 4 janvier 2008)

0
appels envoyés

Passez à l'action

Appel à l'action

Commentaire

To contribute comments on the Activism Center you must be signed in. Be the first to comment

Register now for your Activism profile on amnesty.org

The profile enables you to...

  • Comment and engage with a wide range of human rights debates, activism, stories and blogs
  • Control your anonymity and privacy settings
  • Ensure your voice contributes to our campaigns
  • Record and share your activity
  • Timely on and offline activism opportunities and news alerts
  • Twitter and Facebook integration coming soon


Why wait? Human rights is nothing without you    Register now »
663,107
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous