10 septembre 2008
L’Italie doit mettre fin à la discrimination contre les Roms

Depuis 2007, en Italie, des communautés roms sont victimes d’une discrimination persistante. Les autorités italiennes ont pris plusieurs mesures de « sécurité » disproportionnées et discriminatoires visant spécifiquement de facto la minorité rom, et elles ont récemment décidé de recueillir les empruntes digitales de toutes les personnes – adultes et enfants – vivant dans les campements de Roms installés dans le pays.

Ces mesures s’accompagnent souvent d’un discours très négatif à l’égard des Roms de la part d'hommes politiques aux niveaux local et national, et de propos calomnieux dans les médias du pays. Cette stigmatisation et cette façon d’attiser la peur ont créé un climat où les attaques contre les Roms semblent de plus en plus tolérées. Les Roms ont été victimes d'attaques physiques et verbales et d'agressions commises en groupe par des particuliers, et des campements ont été incendiés.

Le 11 mai, des cocktails Molotov ont été lancés contre un campement de Roms à Novara, près de Milan, par des particuliers.

Le 13 mai 2008, après l’arrestation d’une adolescente rom appréhendée dans un appartement où elle aurait tenté d’enlever un bébé de six mois, à Ponticelli, dans un quartier de la périphérie de Naples, une foule en colère est allée chasser les Roms qui vivaient dans trois campements. Des cocktails Molotov ont été lancés contre ces camps qui ont en grand partie été détruits par le feu, et plus de 500 Roms, dont la moitié étaient des enfants, ont dû s’enfuir. La photo ci-dessus montre ce qui reste du campement de Roms de Ponticelli.

De semblables attaques ont eu lieu en juin et en juillet.

Compte tenu de ces événements, Amnesty International appelle les autorités italiennes à ne pas stigmatiser les Roms dans leurs discours, et à prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les communautés roms et de favoriser activement leur intégration dans la société.

L’organisation exhorte les autorités à mettre fin aux attaques commises contre des Roms par des acteurs non gouvernementaux, et à faire en sorte que toutes les attaques menées contre des campements roms fassent l'objet d'enquêtes exhaustives et que les responsables soient déférés à la justice.

Les autorités devraient également veiller à ce que les attaques menées contre les campements roms ne soient pas justifiées ou jugées avec indulgence par les hommes politiques à l'échelle locale ou nationale.

Écrivez au ministre de l’Intérieur pour lui faire part de votre grave préoccupation.

220
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expiredCette action est fermée. Merci pour votre soutien
662,944
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous