21 janvier 2010
Le Mexique doit protéger les militants

Obtilia Eugenio Manuel, de l'Organisation du peuple indigène me'phaaPour les défenseurs des droits humains, le Mexique est un pays dangereux : ils sont victimes de menaces, de manœuvres de harcèlement et d'intimidation, de poursuites en justice injustifiées et même de menaces de mort, en raison de leur travail de défense des droits humains.

Ces militants attirent l'attention sur les violations des droits humains commises par l'armée, la police et des acteurs non étatiques ; ils œuvrent aussi en faveur des droits des peuples indigènes, des migrants et des femmes, ainsi que pour les personnes dont les droits liés à l'environnement sont menacés. Du fait du travail qu'ils accomplissent en vue d'améliorer le respect des droits d'autrui ils se retrouvent en conflit avec la police, avec ceux qui pratiquent des coupes de bois illégales, avec des propriétaires terriens et avec toutes les autres personnes qui considèrent qu'ils menacent leurs intérêts.

Au cours des trois dernières années, Amnesty International a rassemblé des informations sur au moins six cas de meurtres de défenseurs des droits humains. Des militants ont également été victimes de menaces, d'attaques, de poursuites judiciaires injustifiées et de fausses accusations. Les autorités fédérales ou des États n'ont pour ainsi dire pas mené d'enquêtes sérieuses sur ces agissements. Dans certains cas les enquêtes ont été menées avec la plus grande négligence.

Comme les autorités mexicaines répondent avec beaucoup de lenteur et d'inefficacité aux demandes de protection, les défenseurs en danger au Mexique ne peuvent presque entièrement compter que sur les demandes de protection adressées par la Commission interaméricaine des droits de l'homme aux autorités mexicaines.

Or, le système interaméricain ne devrait intervenir qu'en dernier recours et non en premier recours. Amnesty International demande donc au gouvernement mexicain de mettre en place pour les défenseurs des droits humains un programme national de protection efficace et exhaustif qui inclurait notamment des enquêtes effectives sur les atteintes aux droits humains dont ils sont victimes.

Photo : Obtilia Eugenio Manuel, de l'Organisation du peuple indigène me'phaa, lors d'une manifestation organisée devant la prison d'Auytla, dans l'État de Guerrero, pour réclamer la libération de cinq prisonniers d'opinion. © Javier Verdin/La Jornada

391
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expiredThis appeal for action is now closed.
655,381
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous