18 novembre 2008
Protégez la population en République démocratique du Congo

Personnes déplacées dans le camp de Kibati, Nord-Kivu, République démocratique du Congo (RDC), novembre 2008.Plus d’un million de civils, pour la plupart des femmes et des enfants, ont dû quitter leur foyer en raison des combats dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Selon certaines estimations, il y aurait au total 1 600 000 personnes déplacées dans la région du Nord-Kivu.

La plupart de ces personnes se trouvent dans une situation désespérée, manquant de nourriture, d’eau, de médicaments et d’abris.

Les combats se poursuivent dans le Nord-Kivu malgré le cessez-le-feu unilatéral déclaré le 29 octobre par un groupe armé, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Amnesty International continue à recevoir des informations faisant état d'atteintes graves aux droits humains, notamment d’homicides illégaux de civils, de viols, d'enrôlement forcé et de pillages dans les zones de conflit.

Les organismes humanitaires font de leur mieux pour aider les personnes déplacées, mais ils sont presque submergés par l’immensité des souffrances à soulager. De nombreuses personnes déplacées restent inaccessibles et certaines opérations humanitaires sont suspendues en raison de la fragilité de la situation en termes de sécurité.

Amnesty International se réjouit de l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution autorisant le renforcement de la force de maintien de la paix des Nations unies en RDC, la MONUC. L’organisation attire toutefois l'attention de la communauté internationale sur le caractère d’urgence que revêt la situation humanitaire et des droits humains dans l’est de la RDC : la résolution doit être mise en œuvre au plus vite car chaque jour qui passe apporte son lot de victimes.

Amnesty International demande aux États de fournir sans tarder soldats et équipement à la MONUC, afin que le personnel et le matériel puissent être déployés sur le terrain dans les délais les plus courts. Les États membres de l’Union européenne en particulier doivent en premier lieu fournir à la MONUC des hélicoptères et des appareils de transport aérien, entre autres matériels, ainsi que des unités d’infanterie et des unités militaires spécialisées, notamment dans l’ingénierie et le renseignement.

Afin de sauver des vies en RDC, le Conseil de sécurité de l'ONU doit fixer clairement et fermement la protection des civils comme priorité pour la MONUC, de manière à ce que celle-ci consacre le maximum de moyens et d’efforts à cette fin.

POUR EN SAVOIR PLUS

Des ONG demandent une réunion de l'ONU concernant la République démocratique du Congo (nouvelle, 18 novembre 2008)

1187
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expiredThis appeal for action is now closed.
663,167
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous