30 avril 2010
L'enquête sur une disparition forcée doit être rouverte en Ingouchie

Moukhmed Gazdiev fait appel à VOUS : « Vous ne devez pas rester silencieux lorsque l'un de vos proches, votre ami, votre frère humain souffre.Ils sont tués et vous ne dites rien !Demain, leurs assassins viendront pour vous et, cette fois, vous vous tairez pour toujours.Si vous voulez rester en vie sur cette belle planète…J'en appelle à toutes les personnes qui m'entendent :Ne restez pas silencieux !Agissez ! »

Le fils de Moukhmed Gazdiev, Ibraguim, avait 29 ans et de nombreux projets d'avenir. Il était titulaire d'un diplôme universitaire d'économie et gérait un magasin de Karaboulak, une ville de la République russe d'Ingouchie, dans le Caucase du Nord, où il vivait avec sa famille.

Le 8 août 2007, à 12 h 54, Ibraguim Gazdiev aurait été enlevé par des hommes armés en tenue de camouflage dans le centre de Karaboulak ; il n'a jamais été revu depuis lors. Ces hommes étaient, semble-t-il, des agents des forces de l'ordre et, plus précisément, des membres du Service fédéral de sécurité (FSB). La famille d'Ibraguim Gazdiev pense qu'il est, ou a été, détenu par le gouvernement dans un lieu secret. Les forces de l'ordre nient le détenir.

L'enquête criminelle portant sur la disparition de cet homme a été suspendue et rouverte à plusieurs reprises. Selon ses proches, aucune mesure effective n'a été prise pour déterminer ce qu'il est advenu de lui et où il se trouve, ni pour découvrir les responsables présumés de ces faits.

Depuis le jour où cet homme a disparu, Moukhmed – son père, un professeur d'histoire à la retraite – le cherche sans relâche. Malgré son âge avancé, son handicap et son mauvais état de santé, celui-ci n'a pas l'intention d'abandonner son combat pour la justice. Il a lancé des appels à plusieurs responsables politiques en Ingouchie et à Moscou, notamment à Vladimir Poutine, alors président de la Fédération de Russie, au directeur du FSB, au médiateur de la Fédération de Russie chargé des droits humains, au procureur d'Ingouchie, au procureur général et au président ingouche. Plus récemment, il a saisi le tribunal au sujet de la suspension de l'enquête, sans résultat. Il a interjeté appel devant une juridiction supérieure.

Moukhmed Gazdiev a déclaré avoir été menacé en raison des démarches qu'il a entreprises en vue de faire la lumière sur le sort de son fils. Par ailleurs, il a subi des mauvais traitements lors d'une manifestation qu'il avait aidé à organiser afin de dénoncer les violations des droits humains commises en Ingouchie. En mai 2008, des agents du FSB ont perquisitionné au domicile familial en présentant une autorisation destinée, semble-t-il, à la maison voisine.

Selon l'ONG locale MASHR, Ibraguim Gazdiev fait partie des 179 personnes qui ont disparu en Ingouchie depuis 2002. Ce chiffre est très élevé compte tenu du fait que cette République ne compte que 500 000 habitants. Ces enlèvement et disparitions, dont certains seraient perpétrés par les forces de sécurité, s'inscrivent dans un contexte de multiplication des attaques menées par des groupes armés illégaux contre des représentants du gouvernement et des civils en Ingouchie. Les organes chargés du maintien de l'ordre ripostent en lançant des « opérations de lutte contre le terrorisme ».

Les disparitions provoquent chez les proches des victimes une souffrance déchirante et sans fin. Ne sachant pas si l'être aimé est mort ou s'il est encore en vie, ils ne peuvent pas faire leur deuil et se retrouvent dans l'impossibilité de résoudre certains problèmes juridiques ou matériels.

Veuillez écrire au président Dmitri Medvedev :

Adresse postale :
Dimitri Anatolievitch Medvedev
Président de la Fédération de Russie
ul. Ilyinka, 23
103132 Moscou
Russie
Fax : +7 495 9102134

Ou signer et envoyer l'appel ci-dessous au président Dmitri Medvedev via :
le ministre russe des Affaires étrangères
Sergueï Lavrov
ministry@mid.ru

1233
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expired
Appel à l'action
663,122
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous