24 avril 2009
Les enfants roms privés d'une éducation digne de ce nom en Slovaquie
« Qu'est-ce que le terme école spéciale veut dire pour toi ? »
« L'école spéciale, c'est l'école gitane. »

Une fillette rom de douze ans, élève de l'école spéciale de Pavlovce nad Uhom


Un élève rom de l'école élémentaire spéciale de Pavlovce nad Uhom (est de la Slovaquie), le 28 mars 2008.Chaque enfant a le droit de recevoir une éducation sans faire l'objet de discriminations. En Slovaquie, une très grande proportion d'enfants roms sont privés de ce droit.

Ils sont placés de manière abusive dans des « écoles spéciales » ou dans des classes spécialisées destinées aux enfants souffrant de handicaps mentaux, ou encore inscrits dans des écoles ou des classes réservées aux enfants rom, où on leur enseigne des programmes insuffisants en les gardant séparés des autres élèves.

Selon des études indépendantes, dans toute la Slovaquie, environ 80 % des enfants placés dans les écoles spéciales sont roms.

Ces établissements, conçus pour l'accueil d'enfants présentant des handicaps mentaux, dispensent à des élèves roms des programmes inférieurs et tronqués. Il existe un écart de quatre ans entre le programme dispensé dans les écoles primaires spéciales et générales, ce qui signifie en pratique que des enfants âgés de dix ans inscrits dans une école primaire spéciale se voient enseigner les bases de la lecture et de l'écriture.

« En classe 7 de l'école spéciale, j'ai appris les mêmes choses qu'en classe 3 de l'école générale. »
Un adolescent rom de quatorze ans placé par erreur dans une école spéciale

L'école spéciale située dans la ville de Pavlovce nad Uhom est l'un des établissements illustrant cette ségrégation de fait en Slovaquie ; 99,5 % de ses quelque 190 élèves sont en effet issus de la minorité rom. Les recherches effectuées par Amnesty International ont montré que cette situation n'avait rien d'exceptionnel.

L'organisation craint que la manière dont est menée l'évaluation des élèves, ainsi que les critères retenus pour l'orientation d'un enfant vers une école spéciale ne constituent, de fait, des actes de discrimination, dans la mesure où ceux-ci ne tiennent pas réellement compte des particularismes culturels et linguistiques.

Selon Amnesty International, dans toute la Slovaquie, des milliers d'enfants roms sont placés de manière indue dans des écoles spéciales ou isolés dans des écoles qui leur sont réservées.

La nouvelle législation relative à l'éducation en Slovaquie proscrit la discrimination, et en particulier la ségrégation ; il n'existe cependant aucune mesure visant à faire respecter cette interdiction dans la pratique.

Le gouvernement slovaque ne faisant pas le nécessaire pour que tous les enfants roms bénéficient d'un enseignement de bon niveau, ces jeunes voient leurs perspectives d'études et d'emploi fort compromises. Les Roms sont ainsi entraînés dans un engrenage de marginalisation et de pauvreté.

Amnesty International appelle donc le gouvernement slovaque à mettre fin à la discrimination fondée sur la race au sein du système éducatif et à lutter contre les graves violations du droit à l'éducation des enfants roms. Prenez part à notre action en faveur de véritables changements !

427
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expiredThis appeal for action is now closed.
663,112
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous