Contrôle des armes et droits humains

Nous sommes ravis de partager maintenant avec vous cette bonne nouvelle : le 2 avril 2013, les gouvernements membres des Nations unies ont voté à une grande majorité en faveur de l'adoption d'un Traité sur le commerce des armes (TCA). Ces règles, une fois mises en œuvre, permettront de stopper l'envoi d'un large éventail d'armes lorsque l'État expéditeur estimera qu'elles risquent d'être utilisées pour commettre des violences et des atrocités. Les États qui sont parties au Traité se concerteront régulièrement au sujet de sa mise en œuvre et pourront le renforcer au fil du temps.

Point culminant de 20 ans de mobilisation, ce traité associe pour la première fois de manière explicite le contrôle des armes conventionnelles et les normes relatives aux droits humains. Le fait que 156 États aient voté en faveur de son adoption à l'Assemblée générale en dépit d'une puissante opposition à un tel texte constitue une réelle victoire pour les droits humains.

Maintenant que le TCA a été adopté, il faut exercer de toute urgence des pressions sur les gouvernements pour qu'ils le signent, le ratifient et le mettent en œuvre. Cinquante ratifications suffisent pour que le Traité entre en vigueur, mais nous devons continuer à exercer des pressions pour que le plus grand nombre d'États le mettent en œuvre. Ce n'est qu'à ce moment-là que le Traité pourra sauver des vies.

Des crimes de guerre, des homicides illégaux, des actes de torture ainsi que d'autres atteintes graves aux droits humains sont perpétrés dans le monde entier à l’aide d’un vaste éventail d’armes, de munitions et de matériel militaire et de sécurité. Le fait que ce matériel soit souvent fourni sans limitation de stocks aux auteurs de violations encourage et perpétue cette violence illégale. Des millions de personnes sont tuées, blessées, violées ou obligées de fuir de chez elles à cause de cette violence armée.

Depuis le début des années 1990, Amnesty International appelle de ses vœux un traité qui empêcherait les États d'autoriser les transferts de matériel militaire et de sécurité lorsque ces armes risquent d'être utilisées pour commettre de graves atteintes aux droits humains. En 2003, l'organisation a lancé avec la société civile une campagne mondiale en faveur de l'adoption d'un traité international sur le commerce des armes qui règlemente de manière stricte les transferts d'armes conventionnelles.

Notre message est simple : il faut mettre un terme aux exportations d’armes vers un pays lorsqu'elles risquent d'être utilisées pour commettre de graves atteintes aux droits humains ou des crimes de guerre.

Pas d'armes pour les atrocités !
***********************************
Le respect des droits humains dans le monde est mis en danger par les transferts irresponsables des armes conventionnelles et de l'équipement militaire existants mais aussi du matériel utilisé pour le maintien de l'ordre. Les nouvelles technologies utilisées pour les opérations militaires et de maintien de l'ordre constituent aussi de nouveaux défis à l'échelle internationale en matière de droits humains. C'est pourquoi Amnesty International effectue des recherches et engage des actions sur les problèmes posés par le commerce et l'utilisation des armes de guerre particulièrement inhumaines, des armes robotisées et des armes « moins létales » pour le maintien de l'ordre et dans les prisons. L'organisation se préoccupe également du commerce du matériel utilisé pour la torture.

Le diaporama nécessite JavaScript et Flash Player. Télécharger Flash.

Nouvelles et mises à jour

Les autorités maliennes doivent libérer les enfants emprisonnés

30 novembre 2013

Les autorités maliennes doivent immédiatement remettre en liberté cinq enfants qui sont maintenus en captivité depuis plus de sept mois dans un centre de détention militaire, a déclaré Amnesty International samedi 30 novembre à l’occasion du lancement, à Bamako, de son rapport Agenda pour les droits humains.

République centrafricaine : l’ONU doit réagir face à une catastrophe humaine imminente

25 novembre 2013

L’ONU doit prendre la pleine mesure de la catastrophe humaine de grande ampleur qui se profile en République centrafriquaine lorsqu’elle va examiner les options soumises par son secrétaire général concernant le maintien de la paix dans ce pays, a déclaré Amnesty International.

République centrafricaine : les violences commises par les forces de sécurité sont désormais impossibles à maîtriser

29 octobre 2013

Les forces centrafricaines de sécurité sont devenues incontrôlables, et les autorités nationales et la communauté internationale doivent agir de toute urgence pour faire respecter l’ordre public.

Deir Ezzour, en Syrie, une ville divisée en deux

12 septembre 2013

Auparavant centre prospère de l’industrie pétrolière syrienne, Deir Ezzour est désormais un pâle microcosme, reflet du conflit.

Syrie. Il faut mettre fin aux exécutions extrajudiciaires de civils visant à obtenir des gains militaires

26 juillet 2013

Les civils aux abords des bases des combattants de l’opposition dans le gouvernorat de Tartous sont exposés au risque d’être sommairement exécutés par les forces pro-gouvernementales, écrit Amnesty International dans une nouvelle synthèse.

Audio et vidéo

Commentaire de Salil Shetty sur la situation en Égypte

3 février 2011

Le secrétaire général d'Amnesty International est déçu par le fait que l'armée n'a pas protégé les manifestants (vidéo en anglais).

Face au mouvement de protestation, le respect des droits doit être prioritaire pour le gouvernement tunisien

18 janvier 2011

Face au mouvement de protestation, le respect des droits doit être prioritaire pour le gouvernement tunisien (vidéo en anglais).

Entretien : des parents demandent justice pour leur fils, tué par des hommes armés au Mexique

27 août 2010

Le militant finlandais Jyri Antero Jaakkola a été tué lorsque son convoi est tombé dans une embuscade. La mère de Jyri explique son souhait de se rendre au Mexique afin de découvrir la vérité sur la mort de son fils.

Les droits fondamentaux bafoués dans le nord-ouest du Pakistan

11 juin 2010

Des civils parlent des exactions commises par les talibans et expliquent qu'ils se sentent abandonnés par leur gouvernement.

Un journaliste philippin raconte comment il a échappé à la mort

3 mars 2010

Aquiles Zonio évoque l'embuscade de Maguindanao en novembre, l'attaque la pire qu'aient jamais subie des journalistes.

Vidéo : les implications du conflit Israël/Gaza en termes de droits humains

14 janvier 2009

Philip Luther, d’Amnesty International, parle des problèmes relatifs aux droits humains engendrés par le conflit Israël/Gaza (vidéo en