Les détentions illégales en Irak

Ces prisonniers sont entassés dans une cellule du centre de détention de la police irakienne, dans le quartier de Kadhimiya, à Bagdad, en Irak (11 août 2007).

Ces prisonniers sont entassés dans une cellule du centre de détention de la police irakienne, dans le quartier de Kadhimiya, à Bagdad, en Irak (11 août 2007).

© AP/PA Photo/Petr David Josek


Huit ans après l’invasion menée par les États-Unis en 2003, la situation des droits humains en Irak reste dramatique. Le pays est toujours en proie à de graves violences, comme les attaques de groupes armés qui ont ciblé des civils et lancé des attaques sans discrimination.

Des milliers de personnes, dont certaines ont été transférées par les États-Unis, se trouvent en détention sans inculpation ni jugement. La plupart n’ont pas vu d'avocat et n’ont eu aucune possibilité de contester la légalité de leur détention. Beaucoup n'ont eu aucun contact avec le monde extérieur et d'autres sont détenus dans ces prisons secrètes.

Plusieurs détenus sont morts en détention, apparemment des suites de tortures ou d’autres mauvais traitements commis par des interrogateurs ou des gardiens de prison irakiens. Des milliers de personnes sont toujours emprisonnées, malgré des ordres judiciaires visant leur libération.

Torture

La torture et les mauvais traitements sont systématiques dans les centres de détention en Irak et largement utilisés pour obtenir des « aveux ». Selon des témoignages d'hommes et de femmes recueillis par Amnesty International, les méthodes de torture comprenaient le viol, les coups de câble et de tuyau d’arrosage, les décharges électriques et les membres fracturés.

Les actes de torture ont sur la santé des victimes des conséquences qui vont bien au-delà de la douleur et de la peur ressenties sur le moment. Parmi ces conséquences, on compte des lésions permanentes, des infections des organes internes, ainsi qu'une variété de problèmes psychologiques.

« La méthode la plus horrible est l'asphyxie avec un sac plastique. Au bout de 5 à 10 secondes, vous commencez à suffoquer. Après, vous êtes bien forcé de dire : " je vais avouer et signer tout ce que vous voudrez" ».
Un ancien détenu irakien. Mai 2010

Les autorités irakiennes ont annoncé qu’elles allaient enquêter sur d’importantes affaires d’allégations de torture ; les conclusions de ces investigations, si elles ont été menées, n’ont cependant pas été révélées et les responsables présumés n’ont pas été traduits en justice,

Mauvaises conditions de vie et surpopulation dans les prisons
Les personnes détenues dans les prisons irakiennes vivent dans des conditions terribles. La surpopulation est un problème grave dans la plupart de ces prisons. Les détenus doivent subsister dans des espaces confinés et mal aérés. Le manque d’eau potable et d’installations sanitaires adaptées facilite la propagation des maladies et des infections.

Pour en savoir plus :

Rapport : Iraq: New order, same abuses: Unlawful detentions and torture in Iraq, septembre 2010

Rapport : Broken bodies, tortured minds: Abuse and neglect of detainees in Iraq