La peine de mort en Asie en 2009

Comme les années précédentes, un plus grand nombre de personnes ont été exécutées en Asie que dans le reste du monde. La grande majorité des exécutions a eu lieu en Chine, même si 26 exécutions ont eu lieu dans sept autres pays de la région Asie et Océanie : Bangladesh (3), Japon (7), Corée du Nord (+), Malaisie (+), Singapour (1), Thaïlande (2), Viêt-Nam (au moins 9).

D'après les informations disponibles, au moins 819 condamnations à mort ont été prononcées : Afghanistan (au moins 133), Bangladesh (au moins 64), Chine (+), Inde (au moins 50), Indonésie (1), Japon (34), Corée du Nord (+), Corée du Sud (au moins 5), Malaisie (au moins 68), Myanmar (au moins 2), Pakistan (276), Singapour (au moins 6), Sri Lanka (108), Taiwan (7), Thaïlande (+), Viêt-Nam (au moins 59).

La Chine a de nouveau refusé de communiquer ses statistiques sur la peine de mort. Même si les médias ont couvert certaines affaires bien précises, les informations concernant le nombre d'exécutions est classé secret d'État en Chine et les personnes qui divulguent des secrets d'État peuvent être mises en cause sur le plan pénal.

Amnesty International ne connaît donc pas le nombre exact d'exécutions pratiquées en 2009. Mais d'après les indications des années précédentes et selon des sources plus récentes, il semble qu'elles se comptent par milliers.

Pour la première fois au cours des dernières années, aucune exécution n'aurait été pratiquée en Afghanistan, en Indonésie, en Mongolie ou au Pakistan.

La Thaïlande a procédé à sa première exécution depuis 2003. Au mois d'août, Bundit Jaroenwanit et Jirawat Poompreuk ont été exécutés par injection létale. Ils avaient tous deux été condamnés à mort en 2001 pour des infractions à la législation sur les stupéfiants. Selon la presse, ces hommes n'ont été prévenus qu'une heure avant leur exécution . Aucune autre exécution n'a eu lieu pendant l'année.

POUR EN SAVOIR PLUS
Condamnations à mort et exécutions recensées en 2009

Lorsque le signe « + » précédé d'un nombre apparaît après un pays, cela signifie que les chiffres calculés par Amnesty International sont une estimation a minima. Lorsque le signe « + » apparaît après un pays sans être précédé d'aucun nombre, cela signifie qu'il y a bien eu des exécutions ou des condamnations à mort (au moins une) dans ce pays, mais qu'il n'a pas été possible de faire une estimation.