La peine de mort en Europe et en Asie centrale en 2009

Pour la première fois, les archives d'Amnesty International indiquent qu'aucune exécution n'a été pratiquée en Europe en 2009. Le Bélarus, seul pays d'Europe à avoir procédé à des exécutions au cours des dernières années, n'a exécuté aucun prisonnier, bien que deux condamnations à la peine capitale aient été prononcées dans le pays et que deux prisonniers risquent toujours d'être passés par les armes.

Le moratoire sur les exécutions en Russie a été prolongé par la Cour constitutionnelle du pays au mois de novembre. Le moratoire instauré en 1999 avait suspendu les exécutions dans l'attente de la mise en place dans tout le pays de jurys de jugement. Ce travail a été mené à son terme le 1er  janvier 2010. En novembre de la même année, la Cour constitutionnelle de Russie affirmait, dans un jugement : « La mise en place de jurys de jugement n'ouvre pas la voie à la peine de mort. Le chemin vers l'abolition totale de la peine de mort est sans retour. »

Le Tadjikistan est le seul pays d'Asie centrale qui maintient la peine capitale pour les crimes de droit commun, et ce bien qu'un moratoire sur les peines capitales et les exécutions ait été mis en place en 2004 et qu'aucune exécution n'ait été pratiquée depuis.

POUR EN SAVOIR PLUS
Condamnations à mort et exécutions recensées en 2009

Lorsque le signe « + » précédé d'un nombre apparaît après un pays, cela signifie que les chiffres calculés par Amnesty International sont une estimation a minima. Lorsque le signe « + » apparaît après un pays sans être précédé d'aucun nombre, cela signifie qu'il y a bien eu des exécutions ou des condamnations à mort (au moins une) dans ce pays, mais qu'il n'a pas été possible de faire une estimation.