LA PEINE DE MORT EN 2011


La grande majorité des pays du globe n’ont pas recouru à la peine de mort en 2011. Seuls 21 États sur 198 ont procédé à des exécutions – ce qui représente une baisse de plus d’un tiers sur 10 ans.

En 2011, 33 États ont commué des condamnations à la peine capitale ou accordé des grâces à des condamnés, au lieu de 19 en 2010.

Néanmoins, un groupe de pays de plus en plus isolés a procédé à des exécutions dans des proportions alarmantes en 2011. La Chine a continué de mettre à mort des milliers de personnes, tandis que l’on a assisté au Moyen-Orient à une augmentation brutale du nombre de prisonniers exécutés en Irak, en Iran et en Arabie saoudite. Année après année, les États qui continuent de figurer parmi ceux qui exécutent le plus grand nombre de prisonniers sont notamment l’Arabie saoudite, la Corée du Nord, les États-Unis, la Somalie et le Yémen.

Même dans les pays qui continuaient de recourir à la peine de mort, on a pu constater certaines avancées en 2011. Aux États-Unis, l’Illinois est devenu le 16e État à abolir la peine capitale. La Chine a supprimé la peine de mort pour 13 infractions, mais a ajouté au moins deux nouveaux crimes à la liste des crimes passibles de la peine de mort. On a observé une diminution du recours à la peine capitale au Liban, dans l’Autorité palestinienne et en Tunisie.

Au moins 18 750 personnes demeuraient sous le coup d’une condamnation à mort à la fin de l’année 2011 et au moins 680 personnes ont été exécutées dans le monde au cours de l’année, à l’exclusion de la Chine.

Lire le rapport

Voir aussi :
Les cinq pays ayant procédé au plus grand nombre d’exécutions en 2011
Le soutien à la peine de mort fléchit
Les victimes et leurs proches
Que veulent-ils cacher ?