Que faisons-nous ?

Amnesty International est opposée à la peine de mort en toutes circonstances. L'organisation se bat pour mettre un terme aux exécutions et pour obtenir l’abolition universelle de la peine de mort.

Une tendance encourageante

Fondée en 1961, Amnesty International s’est dès le début mobilisée afin que les prisonniers d’opinion ne soient pas exécutés. Progressivement, son opposition à la peine capitale s’est élargie à l’ensemble des condamnés, quels que soient les crimes qui leur étaient reprochés.
En quelques décennies, l’évolution a été spectaculaire. En 1977, seuls 16 pays avaient aboli la peine capitale pour tous les crimes. Trente ans plus tard, ils sont 90.

Pays abolitionnistes et non abolitionnistes
Nouvelles et actions

Action collective

Amnesty International mène une action permanente contre la peine de mort, notamment par des campagnes consacrées à des pays particuliers. Elle agit également en partenariat avec divers acteurs de la société civile.  
Elle est membre fondateur de la Coalition mondiale contre la peine de mort, qui réunit plus de 70 organisations de défense des droits humains, d’ordres d’avocats, de syndicats et de collectivités locales et régionales, soudés par leur volonté commune de débarrasser le monde de la peine capitale.

Amnesty International coordonne en outre le Réseau asiatique contre la peine de mort (ADPAN). Créé en 2006, l’ADPAN regroupe des avocats, des parlementaires et des militants abolitionnistes de nombreux pays (Australie, Corée du Sud, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Mongolie, Pakistan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Singapour, Taiwan et Thaïlande, entre autres).

Collecte d'informations

Amnesty International suit de près l'évolution de l'usage de la peine de mort dans le monde entier. C'est une tâche difficile. Par exemple, la grande majorité des exécutions ont lieu en Chine, mais le gouvernement chinois ne publie pas de statistiques sur la peine de mort.
En se basant sur les informations publiques disponibles, Amnesty International a calculé qu'en 2013, au moins 22 pays ont procédé à des exécutions.
Condamnations à mort et exécutions recensées en 2013

Campagne pour l'abolition

Le 18 décembre 2007, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté, à une majorité écrasante de voix, une résolution demandant un moratoire sur les exécutions. Le vote a recueilli 104 voix pour, 54 contre et 29 abstentions. Cette résolution a bénéficié d’un large soutien de pays de différentes régions du monde.

Un moratoire sur les exécutions, maintenant !