Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

19 octobre 2012

Afghanistan. Une aide est nécessaire pour éviter que des personnes déplacées ne meurent pendant les grands froids

Des mesures doivent être prises pour éviter que, comme l'hiver dernier, des enfants et des adultes ne meurent dans les camps pour personnes déplacées en Afghanistan, ont déclaré 30 organisations non gouvernementales d'une coalition dont fait partie Amnesty International.

L'hiver 2011-2012 a été inhabituellement froid en Afghanistan et plus d'une centaine de personnes, des enfants principalement, sont mortes de froid ou de maladie dans les camps de réfugiés.

Le gouvernement afghan et les donateurs étrangers, Amnesty International, le Conseil norvégien pour les réfugiés et 28 autres ONG ont demandé dans une lettre ouverte aux Nations unies le lancement immédiat d'une campagne d'assistance pour protéger de l'hiver les centaines de milliers de personnes déplacées à l'intérieur du pays.

« La tragédie de l'année dernière aurait pu être évitée et doit rappeler à tous qu'une aide doit être fournie immédiatement, avant que l'hiver n'arrive, a déclaré Polly Truscott, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International, qui se trouve actuellement à Kaboul pour discuter de la situation des personnes déplacées avec le gouvernement afghan et les donateurs. »

« Les autorités afghanes et la communauté internationale ne doivent pas oublier qu'elles ont l'obligation aux termes du droit international de prendre des mesures pour protéger la vie de ces personnes. »

Les affrontements et l'insécurité n'ont cessé de croître en Afghanistan et le nombre de personnes déplacées a atteint, selon le HCR, le chiffre record d'un demi-million, et ce chiffre pourrait être en réalité beaucoup plus élevé.

Après la crise de l'année dernière, le gouvernement afghan a commencé à développer un programme national pour les personnes déplacées et a demandé une aide internationale pour le finaliser et le mettre en œuvre.

« Si l'élaboration de cette nouvelle politique envers les personnes déplacées est encourageante et montre que le gouvernement est désireux d'intervenir en faveur de ces personnes vulnérables, il reste néanmoins qu'il faut du temps pour l'élaborer et de l'argent pour la mettre en œuvre, a déclaré Polly Truscott. Or, ce qu'il faut maintenant c'est agir de toute urgence. »

Les organisations ont mis l'accent sur le fait que le budget 2011 de six millions de dollars à peine pour le ministère afghan chargé des réfugiés était insuffisant et ne pouvait même pas couvrir les besoins les plus élémentaires des personnes déplacées. En outre, l'aide humanitaire internationale pour l'Afghanistan n'a été financée qu'à 34 % et le Fonds d'intervention d'urgence a diminué.

« L'incertitude des Afghans face à la réduction des effectifs de la force internationale et l'impact politique, sécuritaire, social et économique de la transition vont sans aucun doute donner lieu à de nouveaux déplacements de la population, surtout si les conditions de sécurité ne s'améliorent pas très rapidement », a déclaré Polyy Truscott.

« L'accélération de la transition rend d'autant plus urgente la nécessité d'assurer la protection des personnes déplacées. »

Le texte complet de la lettre ouverte est consultable (en anglais), à l'adresse suivante : http://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA11/019/2012/en

Index AI : PRE01/497/2012
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress