Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

20 décembre 2012

Argentine. De nouvelles condamnations liées au gouvernement militaire, encore une avancée historique en direction de la justice

La première condamnation prononcée contre un civil pour des violations des droits humains commises sous la dictature militaire en Argentine représente une nouvelle avancée historique en direction de la justice, a déclaré Amnesty International jeudi 20 décembre.

Mercredi 19 décembre, l'ancien ministre Jaime Smart et 22 anciens responsables militaires ont été déclarés coupables pour leur implication dans l'enlèvement, la torture et le meurtre de militants des droits sociaux dans six centres illégaux de détention de Buenos Aires.

Jaime Smart, qui était ministre de l'Intérieur de l'État de Buenos Aires de 1976 à 1979, a été condamné à la réclusion à perpétuité.

« Les condamnations prononcées hier sont une nouvelle preuve que l'Argentine fait face à son passé tragique et apporte vérité et justice à la société », a déclaré Mariela Belski, directrice exécutive d'Amnesty International Argentine.

« La difficulté qui se pose encore est de faire en sorte que tous ceux qui sont impliqués, de près ou de loin, dans les meurtres, les actes de torture et les disparitions forcées dont ont été victimes des milliers de personnes lorsque l'armée était au pouvoir soient traduits en justice, y compris les civils. »

Dans son jugement, le tribunal a également requis que les atteintes sexuelles perpétrées par des hauts responsables soient considérées comme de la torture et que les postes de police ayant servi de centres de détention secrets soient transformés en sites commémoratifs.

Lorsque l’armée était au pouvoir en Argentine, de 1976 à 1983, les forces de sécurité ont enlevé environ 30 000 personnes, dont beaucoup n'ont toujours pas été retrouvées.

Des violations des droits humains étaient commises de manière généralisée et systématique, y compris la torture et les exécutions extrajudiciaires à très grande échelle.

Un certain nombre de personnes haut placées, y compris les anciens présidents militaires Jorge Videla et Reynaldo Bignone, ont été condamnées pour leurs responsabilités dans ces crimes.

Index AI : PRE01/630/2012
Région ou pays Amériques
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress