Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

18 juillet 2013

Affaire Bradley Manning : l'accusation de «collusion avec l'ennemi» est une parodie de justice

La décision de la juge militaire américaine de ne pas abandonner l'accusation de « collusion avec l'ennemi » portée contre le soldat Bradley Manning est une parodie de justice, a déclaré Amnesty International le 18 juillet. Si le jeune homme est déclaré coupable de cette charge, il pourrait être condamné à la détention à perpétuité dans une prison militaire, sans possibilité de libération conditionnelle.

« La charge de “collusion avec l'ennemi” est ridicule, a déclaré Widney Brown, directrice générale chargée du droit international et de la stratégie politique à Amnesty International. Il est stupéfiant que les procureurs chargés de l'affaire, qui ont le devoir d'agir dans l'intérêt de la justice, défendent une théorie selon laquelle publier des informations sur Internet – que ce soit par le biais de Wikileaks, sur un blog personnel ou sur le site du New York Times – peut s'apparenter à de la “collusion avec l'ennemi” ».

Pour justifier l'accusation de « collusion avec l'ennemi », le gouvernement des États-Unis doit apporter la preuve que Bradley Manning a transmis des renseignements potentiellement dangereux à un ennemi, et qu'il a agi en toute connaissance de cause et avec une « mauvaise intention générale ».

Les propres témoins de l'accusation ont dit à plusieurs reprises devant le tribunal qu'ils n'avaient aucune preuve d'une quelconque sympathie de Bradley Manning pour Al Qaïda ou d'autres groupes terroristes, que le soldat n'avait jamais exprimé une quelconque déloyauté vis-à-vis de son pays et qu'ils ne disposaient d'aucun élément indiquant qu'il avait eu des liens avec un gouvernement autre que le sien.

« Il apparaît de façon évidente que le chef de “collusion avec l'ennemi” est sans fondement et que cette charge doit être abandonnée, a conclu Widney Brown. Cette affaire enlève toute crédibilité à la justice militaire américaine. »

Index AI : PRE01/357/2013
Région ou pays Amériques
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress